SÈVES de Jean-Paul Chabard alias Patlotch
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

jazz  idéologie  gilets  Marx  peinture  guerre  contre  jaunes  

Juillet 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Patlotch le Jeu 17 Jan - 19:59

l'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire des conneries, et je ne veux pas mourir idiot dans une période de haute production. J'ai donc décidé d'ouvrir un sujet, en attendant la fin. Il a un peu évolué depuis le 9 janvier. Les débats théoriques sont dans LES LUTTES EN FRANCE vers la restructuration politique : les débats continués

le plus urgent : concernant les VIOLENCES POLICIÈRES, un suivi incontournable par David Dufresne @davduf sur tweeter, photos, vidéos, témoignages, plaintes...

17 janvier
- une auto-entrepreneuse entreprenante, ou la gillette jaune chez les élites : le citoyen tiré au sort n'est pas jeté
Priscillia Ludosky juge qu'une "étape a été franchie" après son audition au Cese BFMTV 16h48

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Image
Priscillia Ludosky, une des figures les mieux connues des gilets jaunes, était entendue par le Conseil économique, social et environnemental ce jeudi après-midi. Elle a jugé l'entretien constructif. Ça fait deux mois jour pour jour ce jeudi que le mouvement des gilets jaunes est né. Et la pétition qu'elle avait mise en ligne, intitulée "Pour une baisse du carburant" et qui avait recueilli 1.200.000 signatures, avait beaucoup fait pour initier les premières mobilisations. Ce jeudi après-midi, Priscillia Ludosky était entendue au Conseil économique, social et environnemental (Cese). A la sortie, elle s'est montrée satisfaite de l'entretien auprès de BFMTV [retour à l'odeur de Sainteté médiatique ?] : "Il y a eu un échange intéressant. Les grandes thématiques étaient à l’ordre du jour. La transition écologique, les fractures sociales et territoriales, le pouvoir d’achat, les conditions de vie, la justice fiscale, et la participation citoyenne. C’est un peu comme si on avait franchi une étape dans le dialogue et l’écoute des citoyens. Et c’est ce qui est demandé : qu’on soit écoutés", a-t-elle commencé.
Des "citoyens présents"
Elle a poursuivi: "Le fait que le Cese se saisisse de l’affaire pour essayer de rendre un avis après avoir auditionné un certain nombre de personnes et que dans cette commission-là des citoyens soient présents, ils ont été tirés au sort, je trouve ça très bien. Là, c’est une autre étape qui a été franchie pour parler du fond et des attentes."
Il y a quelques jours, elle franchissait une autre étape, liée à son engagement personnel. Elle a en effet annoncé qu'elle avait "cessé de travailler avec Eric Drouet", lui reprochant son "comportement".
- c'est Toubon. LBD : lanceur de balle de défense
. Jacques Toubon, le Défenseur des droits demande la suspension des lanceurs de balles de défense, Le Monde 10h12
. David Dufresne @davduf : « Tout vient à point à qui sait attendre : "Manifestants blessés : le lourd bilan des LBD" BFMTV » 10h20
. Le directeur de la police nationale rappelle aux policiers les conditions d’utilisation des LBD Le Monde 16 janvier
. Lettre ouverte aux forces de l’ordre, à mes anciens collègues… d'un CRS cégétiste et PCF à la retraite


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 XOFnv8IX?format=jpg&name=600x314

- bataille de "gros culs" : blague belge ou 'internationalisme prolétarien' ? Les 'gros culs' c'est ainsi qu'on appelait les poids lourds, de mon temps
. Des chauffeurs "attaqués" par des "gilets jaunes": des mesures exigées au ministre de l'Intérieur La LibreBelgique

La Febetra (Fédération royale belge des transporteurs routiers et des prestataires de services logistiques) a adressé un courrier au ministre de l'Intérieur : "Nous souhaitons que les autorités prennent des mesures pour mettre fin à ces blocages. Les chauffeurs et leurs véhicules sont attaqués. Les conducteurs sont insultés, les camions sont caillassés. La tension monte."
. le chauffeur routier Drouet et les migrants, Libération, 26 novembre
L'Observatoire des réseaux, géré par des bénévoles qui se présentent comme issus de l’anarchisme, du communisme et de l’écosocialisme, a passé en revue le compte Facebook d’Eric Drouet [...] il partage une vidéo anti-migrants, et une autre où il est reproché à Macron de dépenser «plusieurs milliards» pour l’immigration. Eric Drouet répond aujourd’hui : « Il ne s’agit pas d’une vidéo antimigrants mais de routiers qui se font agresser par des migrants. Beaucoup de mes amis routiers subissent de graves violences. »
nous avions relevé les blocages aux frontières belges, espagnoles, italiennes, allemandes, à Rungis... où distinction était faite entre camions "français" et "camions étrangers", quoi que transportent au demeurant les uns et les autres (André Dréan et les huîtres jaunes, 25 décembre). Besoin d'une explication ?

16 janvier
- comment créer l'événement en frottant le vide comme Aladin la lampe dont sort le génie ?

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Ajinnah_genie_spell
Macron sept heures debout devant les maires... médusés ?
(il joue aussi le rôle d'Aladin qui a frotté la lampe dont est sorti son génie)

Grand débat national : près de 100 000 visiteurs uniques sur le site Internet en un jour. ATTENTION : ceux (et celles) qui cliqueront sur ce lien ajouteront un "visiteur unique", évidemment, puisque pour être comptabilisé, il suffit de cliquer dessus, et il est donné dans des centaines d'articles de presse en ligne. Perso, je me suis inscrit sous pseudo, parce sans ça, tu vois rien, ça veut pas dire que j'ai l'intention d'y participer. Il faut s'attendre à ce qu'ils nous matraquent tous les jours le nombre de "débats" prévus ici ou là, montrant à l'envi que l'opération vise à parler et faire parler d'elle-même en jouant la montre avant de prendre les décisions qui leur conviendront, en pleine période électorale, avec un éventuel changement de gouvernement pour les annoncer comme "déclaration de politique générale", « un tournant du quinquennat » comme l'a déjà dit Griveaux ("Le débat va déterminer la deuxième partie du quinquennat"), et envisagé RS/TC le 14 décembre :
dndf
En l’occurrence, ce qui se produit en France ne produira peut-être rien, peut-être un «tournant social» du quinquennat, peut-être une victoire électorale du Rassemblement National, peut-être la conscience après des décennies de défaites que la lutte peut payer, peut-être un clivage encore plus fort à l’intérieur des «classes populaires», peut-être et surtout une accélération de la fusion en cours entre mouvement social et mouvement national, etc.
si RS a mis des guillemets à «tournant social», c'est par antiphrase ironique bien sûr, même s'il y aura « prise en compte » de propositions sociales des Gilets jaunes, celles qui correspondent au programme de Macron et à son « accélération radicale », la baisse des impôts, par exemple... C'est ce que j'ai appelé l'implication réciproque entre le mouvement et le pouvoir pour la restructuration politique, en précaution de la crise qui vient

- en Inde, une grève générale a entraîné 150 à 200 millions de salarié.e.s, soit près de 15% de la population. En France, les Gilets jaunes, c'est moins de 1%, il n'y a pratiquement pas de grèves, mais certains appellent à la grève générale...

- à qui croirait encore que les Gilets jaunes s'en prennent au capital : Climat des affaires : malgré la crise des Gilets jaunes, la conjoncture reste favorable Le Progrès 14:07

La Banque de France a dévoilé ce mercredi son indicateur du climat des affaires pour la fin d’année 2018. Dans la Région, malgré la crise des Gilets jaunes qui dure depuis le 17 novembre, la conjoncture reste « satisfaisante » dans l’industrie (l'indicateur est égal à la moyenne française, 103) et, dans une moindre mesure, dans les services aux entreprises (105 contre 102). « Comme attendu, la production se redresse en décembre dans l’industrie en dépit des mouvements sociaux qui perdurent. Tous les secteurs enregistrent une progression de leur courant d’affaires à l’exception toutefois de la plasturgie », commente la Banque de France, qui estime que la croissance d’activité observée sur le deuxième semestre 2018 est « plus robuste » après un premier semestre délicat.

Dans les services, la situation se maintient tout juste dans un contexte de demande globale qui ralentit. En effet, si l’activité rebondit dans les transports, elle recule dans l’hébergement-restauration et le travail temporaire. « Les perspectives sur les premières semaines de l’année sont toutefois plus favorables du fait d’un regain de la demande dans la plupart des secteurs à l’exception du travail temporaire dont les prévisions sont plus indécises », analyse la Banque de France.

Enfin, l’activité dans le bâtiment et les travaux publics au dernier trimestre 2018 reste globalement « bien orientée », dans la continuité des trimestres précédents. « Si les prix des devis se stabilisent dans les travaux publics et le second œuvre, ils poursuivent leur progression dans le gros œuvre. Les prévisions restent globalement favorables au regard de carnets de commandes solides », termine la banque centrale.


Cette enquête d’opinion a été réalisée du 20 décembre 2018 au 7 janvier 2019 auprès de 1 100 entreprises.
- du Canard enchaîné
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DxCGz5yXgAAFLhK

- jeter le bébé Marx avec la boue des Gilets jaunes ? mes réactions et d'autres que je trouve pertinentes au texte Gilets Jaunes, revenu et rapport à l’État

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DxB8Q50X0AAMmPx

15 janvier
- un soutien accru, une "unité" maintenue, mais des questions nouvelles, qu'il convient de relativiser : ce mouvement n'a jamais mobilisé physiquement plus de 1% des Français
. Le soutien des Français aux Gilets jaunes en forte hausse, selon un sondage Sputnik.France / BFM-Elabe

Selon Elabe, deux tiers des Français continuent d'approuver la mobilisation, soutenue par 36% des Français (+5 points par rapport au 9 janvier) et suscitant la sympathie de 31% d'entre eux (+2 points). 13% (-2 points) y sont opposés, 12% (-4 points) y sont hostiles et enfin 8% (-1 point) y sont indifférents.
D'un point de vue politique, l'approbation est majoritaire auprès des sympathisants de Marine Le Pen (81%, stable), de Jean-Luc Mélenchon (88%, +10 points), des abstentionnistes (71%, +6 points) et de François Fillon (52%, +13 points), mais se révèle minoritaire auprès des soutiens d'Emmanuel Macron (40%, +9 points).
. Des "gilets jaunes" que rien n'arrive à diviser, pas même les violences Orange, 12:23
"Peur de l'après gilet jaune"
- [certains] s'interrogent sur les véritables solutions pour sortir de la crise. "Est-ce que finalement on s'attaque aux bonnes personnes ?", s'interroge Pauline.
- Pour Mateo, qui ne va plus manifester le samedi, ils se sont trompés de cible: le "virus de la planète", ce sont les "ultra-capitalistes", c'est 1% de plus riches qui accaparent 80% de la richesse mondiale, explique-t-il, citant un rapport d'Oxfam.
- Yoann, franc et posé, avance la question de l'immigration : "D'un côté il y a des migrants qui souffrent, mais d'un autre est-ce qu'on peut se permettre de garder cette immigration ?".
- Macron raciste ? Allons donc !
le communisateur Alain Corne/Carbure relaie ce texte : Déphasée, cynique et raciste : la lettre de Macron pour le « grand débat », ce qui lui vaut une réaction sur son mur facebook : « Raciste ? J'ai eu la flemme a partir du troisième paragraphe de la lettre. » Si j'en crois Célanie, personnage haut en couleurs de mon roman LE GRAND DÉBAT, c'est davantage le récit national sur l'identité française qui serait inquiétant par son nationalisme franco-européen appuyé, étant entendu pour Macron et l'État français que la France et l'Europe incluent "nos territoires d'Outre-Mer". C'est bien pourquoi ne pose aucun problème racial le fait qu'une des figures emblématiques du mouvement soit une Martiniquaise. La "race", comme le dit depuis longtemps Achille Mbembé, n'est plus d'abord une question de couleur de peau, à laquelle reste attaché le texte en cause : les travailleurs chinois ou d'Europe centrale entre autres sont aussi des "Nègres du monde". On passera ici sur l'appréciation du clown communisateur Robin, pour qui « la médiation raciale [...] si présente dans le cours normal des choses au point où on à un TC entier consacré au sujet, s’est comme évaporée, dissoute dans la lutte. » En somme, c'est un peu comme si dix ans de débats sur l'articulation des questions raciale et sociale n'avaient servi à rien, sans parler de la question migratoire, des migrants et des quotas qui viennent pour l'immigration

- Gilets jaunes : le décompte des blessés graves Libération Jacques Pezet 14 janvier. Résumé :

Depuis le 17 novembre, 104 manifestants gravement blessés par les forces de l’ordre, selon CheckNews. Recensement via les réseaux sociaux, site Désarmons-les, collectif «contre les violences d’État», recensement des violences policières réalisé sur twitter par le journaliste indépendant David Dufresne.
La dénomination «blessé grave» est bien sûr subjective, et rassemble des blessures de nature et de gravité différentes : certaines personnes garderont des infirmités à vie (perte d’une main ou d’un œil) quand d’autres s’en tireront avec des cicatrices. Nous avons retenu comme blessures les membres arrachés, les organes ayant perdu leur fonction principale, les fractures, les pieds et jambes incrustés de bouts de grenades, les brûlures graves, mais aussi toutes plaies ouvertes au niveau de la tête. Les hématomes, parfois exceptionnellement vastes, causés par des tirs de lanceur de balles de défense (LBD) ou des coups de matraques n’ont pas été comptabilisés.
Voici une liste chronologique, non exhaustive, des blessés graves que nous avons recensés. [...]
14 janvier
- très intéressant décryptage, bien que non théorique, des messages cachés de la lettre d'Emmanuel Macron aux Français (La Dépêche, 22h57). Chaque point est pratiquement une illustration de ce que j'ai appelé dans mon journal de bord depuis le 17 décembre l'implication réciproque entre le pouvoir et le mouvement vers une restructuration politique

- du rififi chez La France en colère(!!!!) entre camion et cosmétiques. Yavait déjà leurs désaccords sur Bourges ou Paris pour l'acte IX, là c'est le clash entre Ludosky et Drouet. En fait celui-ci se désolidarise de groupes portant ce label (avec ou sans !!!!) qu'il a créé il y a six mois en initiateur du mouvement des gilets jaunes, en raison de mots d'ordres qui l'impliqueraient : "manif non déclarée à Bourges" (si, déclarée par Ludosky et Rider, interdite au centre-ville seulement), etc. Alors il verrouille sur SON groupe en grand manitou, on y supprime des posts, vire un max, bref, c'est bien connu depuis deux siècles, le virtuel en plus et sa grande lessive publique, ils ne se flinguent pas encore mais les menaces (de mort !) se croisent en tous sens : les nouveaux camarades sont arrivés

plus important, dans sa réponse à la lettre de Macron, Drouet met en avant une revendication unique conditionnant l'arrêt du mouvement, le RIC : Éric Drouet n'a qu'une réponse à la lettre de Macron: le RIC. Résultat, il divise ses supporters, et ne convaincra pas ceux que le RIC rend dubitatifs ou plus. Priscillia Ludosky lance une nouvelle pétition, qui correspond aux revendications de son groupe de gilets jaunes depuis plusieurs semaines : « Un referendum pour le RIC, la Baisse des Taxes de 1ere nécessité et des Salaires des Elus ». Ces failles pourraient peser lourd dans la suite...

Ludosky a écrit:Facebook 15h

Vous avez du suivre les événements au sujet de la CNDP et du débat.. J'avais il y a de ça quelques jours posté les mails reçus de la présidente de la commission..que vous trouverez postées sous ce post également.

Suite à l'annulation du rdv nous avons rédigé un communiqué posté comme tjrs sur la page de la France en Colère et sur fb.

Depuis des semaines je suis silencieuse et ne m'exprime pas au sujet d'Éric Drouet et de ses agissements depuis le début du mouvement ceci afin de ne pas ternir davantage l'image du mouvement avec des histoires de cours d'écoles.. Alors que ce mouvement est déjà attaqué par des opportunistes, des politiques, des individus mal intentionnés et des guerres inutiles mettant en lumière les pbm d'égos de certains.

Voilà des semaines que je suis interrogée à son sujet et que je ne réponds pas car je ne suis pas pour dénoncer le comportement d'une personne publiquement si elle ne m'a pas personnellement attaquée.. Sans raison.

Aujourd'hui je reçois cette capture d'écran qui montre qu'Eric à qualifié ce communiqué de "FAUX". Dans quel but ? Depuis des jours il menace les membres du groupe de travail duquel je fais partie afin que l'on modifie le nom de la page "La France en Colère" sur les conseils de son avocat qui prétend que cela serait plus protecteur pour sa famille et lui. Que le nom est le sien et que nous avons intérêt à le modifier.

Depuis des semaines (témoignages à l'appui) nous subissons son comportement, nous recevons ses menaces et aujourd'hui je suis personnellement attaquée et ça je ne l'accepte pas.

Ce mouvement est celui de tous. Nous avoncons tous dans la même direction et il 'y a pas de place pour l'intimidation et les menaces, les mensonges et le harcèlement.

Je suis enfin libre de pouvoir dire que je ne travaille plus avec Éric Drouet depuis des semaines en raison de son comportement et je compte quand tout sera terminé expliquer tout ce qu'il a pu faire pour nuire au mouvement.

Aujourd'hui il faut avancer, et avec le groupe de travail de la page La France en Colère, nous sommes heureux de pouvoir enfin avancer sur le fond cette semaine.

Désolée pr la longueur de ce texte. Être qualifiée de menteuse n'est pas acceptable pour moi.

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 50012420_10215876983335541_3655668427671994368_n.jpg?_nc_cat=107&_nc_ht=scontent-cdt1-1

- BHL sur la lettre de Macron aux Français
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Dw2ipIFXcAABbde

13 janvier
- le seul mérite des Gilets jaunes, c'est d'avoir réuni tous les anti-Macron, alors que lui ne le mérite même pas, ni tous ceux qui se sont réunis contre lui. Mais l'histoire retiendra qu'ils l'ont fait, et c'est plus qu'une erreur, une faute :
un vœu de Patlotch pour 2019 ? 30 décembre 2018

si j'en avais à en formuler un aujourd'hui, certes en vain je le sais, ce serait que tout.e gilet jaune qui se sent un tant soit peu 'de gauche', antifasciste, antinationaliste ou simple démocrate, ultragauchiste, nuitdeboutiste... le quitte, et que tout soit fait pour que cet uniforme ne couvre plus dans son isolement que la dynamique nationaliste inexorable qui me semble désormais la sienne. Mon vœu n'engage que le veuf de son idéal communiste que je suis
les plus courtes sont les meilleures, et je suis sûr que ma lectorate préfère mes conneries

- « en découdre avec la police » : point de suture ?

- mer de tous les côtés : Épidémie de gastro sur un paquebot : près de 500 malades et la croisière écourtée

12 janvier
- Philippe Friteyre (La France en colère !) : « Les CRS ont été créé par Vichy pour trouver les étoiles jaunes et les donner aux SS...». D'autres les nomment "miliciens", policiers, gendarmes ou CRS confondus. Pour mémoire (wikipédia) « les 'Compagnies républicaines de sécurité' ont été créées le 8 décembre 1944 à la suite de la dissolution des Groupes mobiles de réserve (GMR) mis en place par le régime de Vichy - décret confirmé par une ordonnance du 7 mars 1945 signée par le général de Gaulle [...] Ils ont acquis une nouvelle raison d'être comme forces de réserve générale à vocation nationale à la suite des grèves et émeutes de 1947 » Nuance importante puisque beaucoup de vieux GJ sont des admirateurs... de de Gaulle. Nombre de résistants devinrent CRS, alors que « les GMR de Pétain/Bousquet participèrent à partir de l'automne 1943 aux offensives lancées par le régime de Vichy contre les formations du maquis, avec l'accord des Allemands. »


-
Yves Coleman a écrit:« Les Gilets jaunes exonèrent les policiers de toute responsabilité de la violence régnant dans les manifestations. Ils sont fiers de protéger les flics ou les gendarmes contre la violence de certains « casseurs » ou « excités » qui veulent parfois les lyncher ou les laisser pour morts. » : Du « CRS = SS » de Mai 68 au "CRS avec nous" et « La police avec nous ! » des Gilets Jaunes : une évolution inquiétante.
Yves Coleman n'évolue pas, il a toujours été "inquiétant", enfin, pour lui-même

- ces derniers jours, la palme revient incontestablement à Christophe Castaner : « Ceux qui appellent aux manifestations demain savent qu'il y aura de la violence, et donc ils ont leur part de responsabilité. [...] Demain, ceux qui viennent manifester dans des villes où de la casse est annoncée savent qu'ils seront complices de ces manifestations. » vidéo Rémy Buisine 11 janvier. Cette tentative d'intimidation n'est pas véritablement une "connerie", mais ressort plutôt de la certitude qu'on peut prendre durablement les gens pour des cons. Le niveau de mensonge du Ministre de l'Intérieur, à ce niveau de responsabilité, est quelque chose d'assez inouï depuis Charles Pasqua en la place, et dieu sait qu'il était un plus fin politique

11 janvier
je veux bien dire des conneries, et qu'on dise que je dis des conneries, mais je ne veux pas être le seul

- BHL : « le prolétariat d’autrefois avait, quand même, une autre allure. » Interview aux Échos, 11 janvier. Bof, c'est parce qu'il n'avait pas facebook...

- « Il ne faut pas opposer les gens. On a besoin plus que jamais de réconciliation. Je ne vois pas l’intérêt de dresser les riches contre les pauvres, ils sont complémentaires. » Olivier Babeau, membre de l'Institut Sapiens, BFMTV, cité ici. S'est déjà fait remarquer par Gilets jaunes: la révolte des médiocres, 21 novembre 2018

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Capture_decran_2019-01-07_a_12.53.28

10 janvier
- il faut dénoncer les douceurs policières, c'est pas normal de payer les flics pour ça avec nos impôts

- je vais proposer une prime d'activité pour les théoriciens communistes (en EHPAD ou non)

- je vais présenter Pepe@dndf à la Présidence du Grand débat pour qu'il ne se transforme pas en meeting permanent > Un "Meeting Permanent" ! Sans Blague ?, François Danel, Meeting, 2004

- via Stanislas Brown : « entendu dans un troquet de province : "Si Coluche était encore là, il se retournerait dans sa tombe" »

- je vais participer à la Grande concertation nationale pour demander un RIC sur la communisation

- La seule éclipse totale de Lune en 2019 aura lieu dans la nuit du 20 an 21 janvier : un coup des Gilets Jaunes qui ont raté l'éclipse de Jupiter

- Paris : un cadavre repêché sous le pont de la Concorde, les mains liées dans le dos : encore un boxeur mal intentionné

- je vais ouvrir un cagnotte de soutien aux cagnottes, avec une chanson : Nous sommes les cagnottes, c'est pas de la gnognotte (sur l'air de Nous sommes les Canuts)


Dernière édition par Patlotch le Ven 15 Mar - 20:39, édité 4 fois

Patlotch
Admin

Messages : 746
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Patlotch le Mar 22 Jan - 16:20

ce sujet est comme son nom l'indique d'infos et commentaires chronologiques, alimentant dans ma démarche les débats théoriques dans LES LUTTES EN FRANCE vers la restructuration politique : les débats continués ou d'autres sujets, tels que METS TA THÉORIE ou LE GRAND DÉBAT, roman

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 49898875_2009589039107292_2612061661883793408_n.jpg?_nc_cat=105&_nc_ht=scontent-cdt1-1
détournement de Picasso, La Celestina, 1904
une tenancière de maison close à Barcelone

mardi 22 janvier
en marche dimanche pour Macron, Foulards rouges et Gilets bleus, militants et députés LREM
«Gilets jaunes»: Qui est derrière la marche «républicaine des libertés» organisée ce dimanche à Paris ? 15h39
Des Français appellent à manifester dimanche contre les violences survenues pendant le mouvement des «gilets jaunes»; des macronistes font partie des organisateurs... Initiée par un macroniste, cette manifestation a été ralliée par le collectif des « foulards rouges », qui se veut « apolitique ».
Après s’être organisée en ligne, la riposte aura lieu dans la rue. Des Français appellent à manifester ce dimanche à Paris « contre les violences » commises par certains « gilets jaunes »...
Un marcheur toulousain LREM
Laurent, 51 ans, habitant la région toulousaine, ingénieur du privé qui dit avoir « voté à gauche toute [sa] vie », a glissé un bulletin Macron dans l’urne aux deux tours de la présidentielle en 2017, avant d’adhérer au mouvement La République en marche. Il a ensuite participé à la campagne pour les législatives dans sa circonscription. Le 10 décembre dernier, après le discours du président  annonçant des mesures pour le pouvoir d’achat, Laurent crée le groupe Facebook « STOP. Maintenant, ça suffit ».
Ralliement des « foulards rouges » et des « gilets bleus »
D’abord nés en collectifs locaux, les « foulards rouges » se sont constitués en association loi 1901 nationale début décembre 2018, en réaction au mouvement des « gilets jaunes », sous le slogan « Défense des libertés citoyennes. Stop aux blocages - Stop aux violences »...
Un autre collectif leur a emboîté le pas, celui des « gilets bleus ». Son fondateur, Laurent Segnis, est aussi un marcheur. Il fait partie d’un comité LREM du Val-de-Marne. Il définit les « gilets bleus » comme un « collectif citoyen contre les blocages des gilets jaunes, les atteintes portées à la liberté de circuler, à la liberté d’opinion et à la liberté d’entreprendre », et contre « les attaques dirigées contre la République, ses institutions, ses valeurs, et ses symboles ».
Le triumvirat appelle à « ce que cessent les désordres et les violences contre les institutions. C’est une marche de soutien à la République, à la démocratie. Ce n’est pas une marche contre les gilets jaunes », insiste Laurent. « On sera là pour marcher calmement, montrer que le monde n’est pas fait de gilets jaunes et qu’une grande partie de la population se sent exclue, reste terrée chez elle depuis le début des violences », poursuit-il, « en colère ». *
Une marche qui se veut « apolitique »
Malgré les affinités macronistes de deux de ses organisateurs, les manifestants veulent désormais éviter « la récupération politique ». Les initiateurs ont toutefois été reçus par le cabinet de Stanislas Guerini, le patron de LREM...
Le parti a finalement annoncé ce mardi qu’il n’appelle pas à manifester dimanche. « Je partage les valeurs portées par les organisateurs de ce mouvement et comprends le besoin d’exprimer son refus de la violence et de défendre notre République », a déclaré Stanislas Guerini, délégué général du mouvement. « Mon rôle n’est pas d’apporter de la confusion. Appeler à manifester dimanche aurait pour conséquence d’encourager la logique du “camp contre camp”. »
Une dizaine de députés LREM ont annoncé qu’ils y participeraient, la plupart conservent leurs distances. « Je n’irai pas car je déjeune avec Macron, élude le député de la Vienne Sacha Houlié. Mais j’invite toutes les personnes qui le souhaitent à y aller
chronique d'une négociation annoncée... dans la réciprocité mouvement-pouvoir
. Gilets jaunes. Eric Drouet demande à être reçu par Emmanuel Macron et menace d’une « nuit jaune » 21 janvier
« Nous sommes ouverts au dialogue mais pas avec des conditions unilatéralement élyséennes »
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 649335063a3edb458b8b5d85a8ced459-gilets-jaunes-eric-drouet-demande-etre-recu-par-emmanuel-macron-et-menace-d-une-nuit-jaune_0 lisible dans l'article
et comme répondant à :
. Emmanuel Macron songe à rencontrer des Gilets jaunes 20 janvier 21h51
Après s’y être longtemps refusé, l’Élysée n’exclut pas cette hypothèse alors que le président a lancé cette semaine ses rencontres marathon avec les élus locaux.
on peut dès lors se demander si des contatcs n'auraient pas été pris en coulisses. Non, je ne pense pas à Benalla, mais au fait que généralement, ça se passe comme ça

lundi 21 janvier
les gauchistes découvrent la lune qu'il prennent pour le coucher de leur soleil. Via Alain Corne/Carbure, je découvre sur Marseille Infos Autonomes Quand des Gilets Jaunes soutiennent les Bleus... 21 janvier 2019. Le "communisateur" commente : « Bon, on a clairement affaire à une tentative de noyautage de certaines manifestations par des fachos pur jus, et cette tentative est en train d'aboutir. »
Détourner la manifestation... Jeter des manifestants en patûre [sic] aux flics... Des méthodes qui font froid dans le dos... Invisibiliser les revendications et les enjeux du mouvement... D’ailleurs, les médias saluent en chœur cette nouvelle milice auto-proclamée à l’intérieur du mouvement Gilet Jaune, qui va enfin permettre de pacifier la confrontation... Voir de l’éteindre, si on se laisse faire...
ah ! ce style inimitable de présentation des faits et cette puissance d'analyse : "casser, encadrer le mouvement, en le privant de son autonomie et de sa spontanéité collective en s’autoproclamant leaders de la manif’, en l’empêchant de bloquer l’économie, ce qui fait justement sa force" Ne (vous) laissez surtout pas faire, on a vu comment vous avez "infléchi" le mouvement et projeté sur ses "enjeux" objectifs vos fantasmes. Car sans ces leaders acclamés par dizaines de milliers de fans en live sur facebook, pas de mouvement ! C'est plutôt vous qui n'avez pas pu "l'encadrer" pour le conduire à vos désirs fumeux et fumants, et ce mouvement continue sur sa logique propre, que vous avez ignorée sans rien en changer

rappelons ce qu'écrivait le 3 décembre le même Alain Corne : « le contenu révolutionnaire de la période actuelle a commencé à apparaître sous la croûte des discours et des idéologies... On pourra imaginer passer de l’émeute ou du soulèvement à la révolution... Ce mouvement porte tout ce que peut être aujourd’hui une révolution communiste, ses limites, ses dangers, son caractère imprévisible. » Disons plutôt qu'il a, qu'ils ont, été incapables de prévoir, comme je l'ai fait, ce qui se passe maintenant, et viendra plus tard, et qu'il s'agit donc d'adapter leur "analyse" à ce "tournant". Comme dit Yves Coleman à propos des « autruches anarchistes, trotskistes, autonomes ou ultragauches » : « S’il est vrai que l’histoire ne se répète jamais, il est aussi vrai que certains n’apprennent jamais rien de leurs erreurs passées, ou des erreurs similaires commises par d’autres. » Alain Corne n'a jamais, depuis des années, reconnu les siennes, mais il est vrai qu'il était, avec RS/TC, à bonne école...

voyez, chers Marseillais, moi, je ne vous "invisibilise" pas, vous êtes si charmants. Tout ce que vous décrivez était présent dès le début, ça n'a fait qu'être mis en ordre de marche dans la logique réciproque infernale du macronisme et du mouvement que j'ai longuement décrite. Mais ce virage dans votre mirage ne prépare-t-il pas le récit que vous nous servirez des années, sur ce qui n'a pas marché pourtant qui aurait pu ? Un blabla qui vaut bien celui du Grand débat. Bon, cela dit, je ne vous confierais pas le Ministère de l'information pour la Révolution, je préfère encore les médias bourgeois


retour tranquille à l'économie politique mondiale
A Versailles, Macron promeut la France en plein mouvement des « gilets jaunes »
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Https%3A%2F%2Fmedia-mbst-pub-ue1.s3.amazonaws POOL NEW / REUTERS
Les pouvoirs publics ont convié, lundi, 120 patrons de multinationales et une trentaine de chefs d’entreprises françaises à la deuxième édition du sommet « Choose France. » [In english ça marche mieux]« Nous accueillons des personnalités économiques du monde entier et ce lieu emblématique est connu de tous à travers le monde. Et puis, nous avions à cœur de bien installer ce rendez-vous pour démontrer que la France reste très attractive pour les investisseurs. »
l'histoire se répète toujours deux fois, mais...
Crise des gilets jaunes : "Assez !", une contre manif se prépare
Le mouvement des foulards rouges, en opposition avec celui des gilets jaunes, compte bien se faire entendre dimanche 27 janvier lors d'une manifestation, espérant notamment l'arrêt des violences et des blocages, mais aussi la diminution des fakes news. Les foulards rouges ont également exprimé leur ras-le-bol quant à la surreprésentation des gilets jaunes dans les médias, selon eux.
déjà discuté, il est peu probable que Macron puisse refaire le coup de de Gaulle le 30 mai 68
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Mai-1968-%E2%80%93-50e-anniversaire-de-la-manifestation-du-30-mai
mais le traitement médiatique peut compenser, comme dans tout ce mouvement, la faiblesse du nombre, déjà relevée par l'Historien Gérard Noiriel le 17 novembre, avec 300.000 manifestants, chiffre jamais atteint depuis. Cela fait partie de la longue marche entreprise par Macron pour retourner l'opinion, et jusque-là, ça n'a pas trop mal marché, si l'on en croit sondages, récupération d'un soutien y compris chez des gilets jaunes modérés, etc.

chronique d'un bide annoncé lundimatin#175, 21 janvier
Précisions de Commercy, réponse de Montreuil en vue de l’Assemblée des Assemblées, le 26 janvier prochain
lundimatin a écrit:Les gilets jaunes de Montreuil ont entendu l’appel de l’assemblée populaire de Commercy (publié il y a trois semaines sur lundimatin) à se retrouver dans une grande assemblée des assemblées, une commune des communes, le 26 janvier prochain. Nous publions ici leur appel ainsi que des précisions transmises par les Gilets Jaunes de Commercy en vue de la préparation et du déroulement de la journée. [avec les vidéos]

dimanche 20 janvier
un ministre à gerber... parmi d'autres
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Benjamin-griveaux
Griveaux fustige Maxime Nicolle et Eric Drouet, "des factieux, des séditieux" Europe 1 11h58
Ceux qui veulent faire du beurre politique sur l’affaire, qui veulent renverser le gouvernement, qui appellent à la violence, qui ne la condamnent pas, qui ont des propos complotistes, conspirationnistes, antisémites, xénophobes, ceux-là, je n’ai aucun état d’âme. Peut-être me trouverez-vous trop durs avec eux. Je pense qu’on ne l’est jamais assez.
Drouet et Nicolle ont trimbalé, au début davantage à l'insu de leur plein gré, "des idées de Le Pen" sans qu'elles en viennent puisqu'ils étaient ignares politiquement, ce qu'ils reconnaissent volontiers. Depuis ils se sont formés sur le tas, et ont au moins appris à se protéger, ne manquant pas une occasion de rappeler leur "pacifisme", particulièrement Drouet depuis ses GAV et la responsabilité de déclarer des manifestations mais refusant avec tambour et trompette celle des débordements qui s'ensuivent. On en pense ce qu'on veut, et Drouet s'est coincé dans son rôle. Mais Griveaux est dégueulasse, comme Castaner. Ils savent évidemment ce qu'ils font, en "méchants", laissant le rôle des "gentils" à Macron, voire Philippe et surtout Le Drian. S'il m'arrive d'épingler Drouet et Nicolle, c'est bien conscient qu'eux deux ne sont pas très futes-futes bien que désormais leaders acceptés par beaucoup bien plus miséreux, et j'en veux davantage aux militants gauchistes d'où qu'ils sortent de s'embarquer et d'autres qui les suivent dans l'aventure à haut risque de ce mouvement merdeux par tous les bouts

les violences policières, c'est au nom de la France qu'il faut les dénoncer, sauf quand depuis décennies elles ne concernaient que le 'Colored People' des "quartiers populaires", à vie "issu de l'immigration de x générations", alors celle qui vient, je te dis pas...
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 50277531_2263793623651562_9089663047730987008_n.jpg?_nc_cat=1&_nc_ht=scontent-cdt1-1 du site gilets jaunes de Drouet, La France en colère !!!

chiffres, l'écart se resserre... un peu : entre 84.000 et 1 million, le compte est bon
"Le groupe Facebook "Le Nombre Jaune", compteur des Gilets jaunes", indique ce dimanche avoir compté hier "147.365 manifestants (minimum) dans les rues". Info via Le Figaro qui nous gâte : «Gilets jaunes» : le débat sur le maintien de l'ordre mis en avant 11h34
Depuis le 4 décembre, le journaliste-documentariste David Dufresne collecte sur Twitter les vidéos d'internautes faisant état de violences policières présumées lors des mobilisations des «gilets jaunes».
le subjectivisme gauchard dans toute sa splendeur
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DxV211fX0AAl7Aj
AL officiel a écrit:AL officiel @alternativelib 10h
#GiletsJaunes - Rien n'est fini, tout commence : construisons la #grèvegénérale ! Généralisons la #colère, construisons la #grève. Et que celle-ci soit aussi déterminée et incontrôlable que la mobilisation des gilets jaunes !
ça rentre dans le rang
confirmation de mon intuition dès le 22 novembre : 2. au-delà de revendicative, la nature syndicale du mouvement, cette évolution accompagne, logiquement, "les urnes descendues dans la rue". Cela ne fait pas tout le mouvement, mais correspond dans la forme à sa dynamique de fond. "Syndical" ne s'entend pas ici comme encadré par les Confédération, mais davantage dans une comparaison avec l'anarcho-syndicalisme (voir le texte d'Anne Steiner publié par Temps Critiques, et mes commentaires : "des hérétiques de la politique établie" pas si hétérodoxes que ça...)
A Paris, un « acte X » des « gilets jaunes » aux allures de cortège syndical Le Monde 06h36
Loin des attroupements anarchiques des débuts, le défilé de samedi était encadré par des véhicules de police et structuré de manière classique avec un cordon de tête, un parcours préétabli et un service d’ordre.
Ne manquaient que les drapeaux syndicaux et un peu de soleil pour que la ressemblance avec un 1er Mai soit flagrante. Les syndicats, justement : à l’angle du boulevard Raspail, un grand gaillard bloque l’accès au cortège à un petit groupe de manifestants estampillés CGT. « Rangez vos drapeaux si vous voulez venir avec nous », leur intime-t-il. « La CGT vous avez rien fait depuis quarante ans et en plus vous avez appelé à voter Macron », lance un autre.
La suite est réservée aux abonnés.
les sondages moins fiables que nos désirs et impressions ? Ce qui devait arriver arriva
quand ils sont dans la logique de ce qui se passe, non
La cote de popularité d’Emmanuel Macron remonte de quatre points en un mois, à 27 %
sondage Ifop - le Journal du dimanche
Sur ces 27 %, 5 % se disent « très satisfaits » d’Emmanuel Macron comme président de la République (+1), tandis que 22 % déclarent être « plutôt satisfaits » (+3). 72 % des Français restent « mécontents », dont 40 % de « très mécontents » (-5) et 32 % de « plutôt mécontents » (+1). 1 % ne se prononcent pas (=).
C’est auprès des sympathisants des Républicains (29 %, +7) et du MoDem (52 %, +14) que la proportion de sondés « satisfaits » d’Emmanuel Macron augmente le plus. La popularité d’Edouard Philippe descend d’un point, à 30 %

samedi 19 janvier
avec quelques remarques générales
- 22:21 Des milliers de "gilets jaunes" et quelques heurts avec la police dans le Sud-Est
A Béziers, Montpellier, Marseille ou Toulon, plusieurs milliers de "gilets jaunes" ont manifesté samedi au cri de "Macron démission" dans le Sud-Est de la France, où quelques heurts avec la police ont éclaté en fin de journée, ont constaté des journalistes de l'AFP. [...] Parmi eux, de nombreux "gilets jaunes" se disant de gauche avec notamment des autocollants de la France insoumise ou anarchistes chantaient sur le thème du Référendum d'initiative citoyenne (RIC) alors que d'autres, vêtus de tenues de camouflage, arboraient des gilets sur lesquels étaient écrits des slogans d'extrême droite comme "Les Français d'abord". Orange.fr 20h24
dans le constat général fait plus bas : les urnes sont descendues dans la rue
- pas à une provocation près, l'Intérieur annonce 84.000 manifestants samedi, le même chiffre que la semaine dernière. C'est sans doute guère plus : dans les 15% du million espéré ? Comme la semaine dernière à cette heure, on dit que les violences ont été moindres. Va savoir : retenue volontaire des flics dans le collimateur des médias et de l'opinion publique ? Consignes discrètes aux policiers malgré les affabulations de Castaner ? Précautions des manifestants quittant les manifs avant le zbeul comme à Invalides ou même à Bordeaux ? On le saura au fil des heures et jours qui viennent. David Dufresne @davduf signale déjà quelques « têtes visées »
- 20:15 le parti de la trouille jaune
Drouet 19:45 : « Merci au street Medic. Merci aux gens de la sécu. Merci a ceux qui on declarés !! Et merci a vous tous pour votre mobilisation !! » Une réaction sous sa publication :
La naïveté c’est ce qui va tuer le mouvement. Comment pouvez vous croire que ce mec est encore crédible après le lavage de cerveau sur lui et sa famille qu’il a dû prendre en GAV ? Je suis GJ à fond mais être bête de la sorte c’est pas permis !
- 20:05 en marge des manifestations, Européennes : en Meeting dans le Vaucluse, Le Pen reprend le thème de l'immigration
"Une ouverture des frontières irraisonnée... La mondialisation, avec l'ouverture des frontières irraisonnée, a livré nos rues, nos quartiers, nos villes, nos villages, à une immigration délirante qui transforme certains endroits en zone de non-de France... des zones où trouvent à s'imposer d'autres lois que celles de la République, celle du caïd ou celle des islamistes. Il est temps de faire cesser ce scandale et de rappeler à tous qu'ici on est en France, et qu'en France on applique la loi française" [l'assistance scande "On est chez nous".]... Marrakech, "illustration" du "projet" d'Emmanuel Macron pour l'Europe, "un projet qui fait disparaître le peuple français par la dilution migratoire qu'il organise, un projet qui entérine la sortie de la France de l'histoire".
on se souvient des délites complotistes de Fly Rider sur « Marrakech et la France vendue par Macron à l'ONU »...
- 19:15 il ne semble pas que la protestation contre les violences policières ait fait baisser l'exigence du RIC dans les cortèges : gilets jaunes RIC
- 18:43, sur le SO des gilets jaunes : Comment les "gilets jaunes" ont mis en place des services d'ordre pour encadrer leurs manifestations
- 18:34, comme déjà noté la semaine dernière, à Paris du moins, les manifestations avaient des airs de déjà vu
A Paris, pour la première fois depuis le début du mouvement social il y a deux mois, la manifestation, qui a rassemblé 7 000 personnes, s’est déroulée de manière classique, suivant un parcours pré-établi et sans débordements. [les heurts ont eu lieu sur la fin près d'Invalides, le gros des gilets jaunes ayant quitté la manifestation]Le Monde 18h12
à Toulouse, la préfecture dénombre 10.000 manifestants. Vrai qu'elle était grossie des adeptes de Fly Rider venant de partout [après le semi-échec de Bourges, il  flairé le bon coup...], ce qui peut expliquer que dans d'autre villes, la participation ait été en baisse (Le Mans...) : vase communicants ?

western parisien ?
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Jaunelmdf la vidéo et d'autres

messages chiffrés ou théorie de l'écart ?
après la promesse de Drouet, "Le million à Paris !", l'Intérieur ou les Préfectures annoncent à 14h 27.000 dans toute la France, 7000 dans la capitale, 5000 à Toulouse [la préfecture en comptera plus tard 10.000], 4000 à Bordeaux, 2000 à Rennes... Drouet en "pacifiste" conséquent appelait à 17h à la dispersion, avant donc les échauffourées qui suivraient à Invalides. Sans le juger, il disait lui-même craindre des poursuites judiciaires en tant que dépositaire des manifestations en préfecture. C'était une des causes de son bisbille avec Ludosky et Fly Rider. Alors, il balise son avenir familial, c'est de bonne guerre, mais ses fans commencent à lui reprocher  souvenons-nous que son admirateur, Jean-Luc Mélenchon, avait promis le million à Paris, « une marée humaine » pour la fête à Macron, en mai 2017. ce million symbolique n'a beau que représenter 2% de la population française, on l'attend encore

"Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce qu'ils ont une gueule d'atmosphère ?"
un direct de Paris RT France

interviews de Gilets jaunes

« Au Brésil, ça a duré un an et demi avant que Dilma Rousseff soit destituée... On durera aussi longtemps qu'il faut pour que Monsieur Macron soit destitué... » Le journaliste n'a pas demandé s'il espérait un Bolsonaro français... Marine Le Pen avait souhaité bonne chance au nouvel homme fort en ajoutant : « les Brésiliens viennent de sanctionner la corruption généralisée et la terrifiante criminalité qui ont prospéré sous les gouvernements d'extrême-gauche. »

chacun ses goûts...
Gilets jaunes : à Paris, un acte X dans le calme Le Point 14:01
Bernard Saidani, 66 ans, agitait, lui, un drapeau français. « Ça me crève le cœur de voir comment la France est vendue à des multinationales », a confié cet ancien pompier de Paris à l'Agence France-Presse. « C'est vraiment un gouvernement d'incapables. Moi, j'avais du respect pour le général de Gaulle, sœur Emmanuelle, Coluche, mais ils doivent se retourner dans leur tombe en voyant l'état de la France. »
pour ne point surcharger, je rendrai compte dans la nuit de ce qui sera à mes yeux ressorti de cet Acte X. En attendant, ma lectorate peut suivre le direct de mes correspondants sur place, près de la place Coluche à qui hommage doit être rendu par la bande à Drouet : chapitre 8 de LE GRAND DÉBAT, roman : l'arène de sabbat

du rififi dans le grand blabla
des gilets jaunes forcent l'entrée du premier grand débat organisé à Besançon
Un premier débat organisé par La République en Marche a eu lieu ce vendredi soir à Besançon. L'ambiance était tendue au début, les gilets jaunes qui disent avoir été interdits de réunion ont forcé l'entrée du Kursaal. Ambiance électrique, une cinquantaine de gilets jaunes a forcé l'entrée du débat. Ils disent avoir été interdits d'entrée, de leur côté les organisateurs affirment qu'ils ont refusé la fouille des sacs. Stanislas Guérini, le patron d'En Marche, a tenté de faire de la pédagogie au sujet du grand débat national. [...]
comme annoncé par de premières tensions en novembre entre partisans de la négociation et ceux d'un combat quasi-autonome, il est clair que ce type d'intervention et d'affrontements se multipliera au long des deux mois du Grand débat, et qu'ils ne seront pas toujours aussi pacifiés

les urnes sont descendues dans la rue
. Mélenchon fait un appel du pied aux Gilets jaunes pour les européennes
. Européennes : portée par les "gilets jaunes", Marine Le Pen entend "battre Macron"
. Toulouse : le « Gilet jaune libre » Benjamin Cauchy courtisé en vue des élections européennes
Approché par Les Républicains, Debout La France et le Rassemblement National pour figurer sur une liste, il acquiesce : « La seule option, au vu du climat de tension civil et politique qu’il y a dans le pays, c’est de revenir aux urnes, ne serait-ce que par le biais d’un référendum. Le RN j’ai eu une approche, j’ai décliné. Je suis un sympathisant de Debout La France, je ne m’en suis jamais caché. Je suis gaulliste avant tout. J’ai été convié la semaine dernière à la Galette des rois de Debout La France. Je m’y suis rendu parce qu’ils souhaitaient faire un échange sur le mouvement des Gilets jaunes. Si La République en marche (LREM) souhaite m’inviter à échanger, je serai ravi de m’y rendre. De la même manière, mercredi soir, j’irai faire un tour au meeting de Laurent Wauquiez à Quint-Fonsegrives (Haute-Garonne). »
l'œuf, arme par destination : Macron à Souillac
Avant ces heurts, les manifestants avaient entonné la Marseillaise et scandé "Macron démission". "Il y a des gendarmes partout. Ce matin j'ai été chercher des œufs et ils ont voulu me les confisquer, c'est n'importe quoi", a lancé Daniel, un retraité et "gilet jaune".
immigration : l'aggravation d'une politique en voie de "radicale accélération"
Macron sur les terres de Le Pen
: En France, les expulsions ont atteint un niveau record en 2018
Ofpra : les expulsions ont augmenté de 14% en 2018. Près de 20.000 personnes éloignées du territoire, signe d’un renforcement de la lutte contre l’immigration irrégulière. Les demandes d’asile ont augmenté de 22% (123.000 dossiers). Le total des éloignements d’étrangers en situation irrégulière est en hausse de 13,6%. Les expulsions forcées progressent de 9,9% - une augmentation de 20% sur deux ans – un record. Les éloignements forcés concernent 15.000 migrants.
Désormais, la France s'affirme comme le deuxième pays de demandes d'asile en Europe, derrière l'Allemagne (174.000 dossiers en 2018). L'Italie a enregistré 54 000 dossiers en 2018 (contre 130 000 en 2017) selon le ministère italien de l'Intérieur. En revanche, le nombre d’attribution du statut de réfugié est resté le même. L'Ofpra a accordé l’asile à quelque 24 663 personnes, un chiffre stable par rapport à 2017 (23.958).
Plus d’un demandeur d’asile sur trois, 37%, a été placé sous procédure Dublin en 2018, notamment pour avoir demandé l’asile ailleurs dans l’Union, par exemple en Italie ou en Allemagne. L’immigration familiale, qui représente la majorité des flux migratoires de long terme (89.000 titres environ l’an dernier), est stable. Le délai de traitement a poursuivi sa réduction et s’établit à 112 jours sur l’année contre 142 jours en 2017.
pour "répondre à ces questions", Lettre du Président pour le Grand Débat :
Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ? En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?
quelle plus belle illustration du récit national pour encadrer une lutte qui l'est aussi ?
"Bordeaux: «Merci aux gilets jaunes d'avoir réveillé une France endormie» écrit une femme pour qui « ce grand débat, c’est du bla-bla »", ce que ne précise pas le titre...
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 640x410_cahier-doleances-esperance-peut-remplir-mairies-quartier-bordeaux Sacré Juppé !
Le cahier de doléances et d'espérances, disponible dans les mairies de quartier à Bordeaux - Mehdi Fedouach/AFP

vendredi 18 janvier
un Grand débat de réponses présentées comme questions
- Emmanuel Macron à Souillac : les gilets jaunes tenus à l'écart du lieu du grand débat avec les élus
Macron semble reprendre le marathon de sa campagne présidentielle, omniprésent et plus encore relayé par les médias, transformant le monde des élus en fan club. On est loin de la dénégation par le gouvernement de meetings que Chantal Jouannot, présidente démissionnaire, souhaitait éviter. Il n'est donc pas surprenant qu'en faisant trop, Macron irrite de plus en plus. En même temps, sa cote de popularité a cessé de sombrer, et visiblement, il s'adresse à son électorat de base (gagné selon un sondage à 90%) davantage qu'aux soutiens du mouvement, pour le reconquérir voire l'étendre à droite sur la question de l'identité de la France, en concurrence avec les populo-nationalistes, et pour achever d'absorber l'électorat des Républicains : à la fois recomposition et restructuration politiques. C'est un peu comme si la réciprocité mouvement-pouvoir se poursuivait en parallèle sans se rencontrer, chacun comptant ses appuis, si l'on excepte le pas franchi par Ludoski auditée par le Conseil économique et social, démarche perçue par beaucoup comme une trahison. Quoi qu'il en soin le flair de nombreux GJ est infaillible : ce n'est que blabla et enfumage

« stand-up meeting » Ingrid Riocreux Causeur 16 janvier
Cette expression anglaise est ambiguë. Le stand-up meeting est littéralement une « réunion debout ». Mais quand elle est longue, les participants, en attendant d’avoir la parole, se retrouvent assis. Le rapport d’égalité disparaît. Il est normal que le Président de la République ne soit pas dans un rapport d’égalité avec les maires. Mais dans ce cas, pourquoi jouer cette farce ?

Pire, les maires se retrouvent dans la situation qui était celle des militants (les « fans », pourrait-on dire) durant la campagne de Macron, posture accentuée par les séquences d’applaudissements. Loin de leur reconnaître une quelconque dignité, la mise en scène de cette prise de parole présidentielle les place donc dans le rôle des approbateurs contraints; silencieux ou enthousiastes.

La volonté macronienne de produire une mise en scène évitant le face à face du discours autant que la condescendance de l’estrade aboutit à l’effet inverse de celui escompté. Assis alors que Macron est debout, les maires deviennent un public. Entourant l’orateur au lieu de lui faire face, ils deviennent une cour.

la stratégie policière et judiciaire a manifestement changé depuis 68
Gilets jaunes à Strasbourg: il vise les policiers avec un pavé d'1,3 kg et prend huit mois ferme : combien de tonnes de pavés en 68 et d'années de prisons cumulées si la répression policière et judiciaire avait été d'un tel niveau ? Voir Préfet Grimaud 1968
je saisis l'occasion pour une remarque générale, on est très loin de la "guerre civile" : comparer nos victimes en nombre et gravité avec les éclopés des guerres et guerres civiles du Kosovo, des Balkans, d'Afrique, d'Irak, de Palestine ou de Syrie permet de relativiser et aussi de resituer le mouvement français dans la situation mondiale, en sus de l'économie politique de la mondialisation, généralement absente des considérations françaises, comme le relevait RS/TC en décembre, bref d'avoir les pieds sur terre, pas "chez nous", gênant pour des "révolutionnaires mondialistes"

cette remarque sur les violences peut être étendue au niveau de vie et à la pauvreté comparée avec celle des pays du bas du PIB par habitant, ou plus près avec le quart-monde français, absent du mouvement
l'inconnue X = 10. Repères préalables
comme chaque semaine, la presse se demande : "Acte X des Gilets jaunes : à quoi faut-il s'attendre ?"

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Acte-10-le-million-a-paris-une-manifestation-lancee-par-eric-drouet-8d97f1-0@1x
la semaine dernière pourtant, dans les mêmes groupes facebook après les manifestations, les 84.000 de la police étaient en concurrence avec 1 à 2 millions et plus de leurs décomptes. Le million qu'ils se proposent d'atteindre est donc le chiffrage officiel, qui s'il est atteint fera 2 à 5 millions sur facebook, haut lieu des complots, des fake news et de l'intox désormais militante de certains. 1 million représente 2% de la population en âge de manifester. Le chiffre de l'acte I du 17 novembre, près de 300.000 (< 0,5%), n'a jamais été retrouvé. J'insiste, rengaine, sur le fait que contrairement aux apparences "les gilets jaunes" n'a jamais été un mouvement de masse (Inde, grève générale récente, 150 à 200.000 millions, entre 10 et 15% de la population), ni un mouvement de "la classe ouvrière" rejetant ses organisations (6,3 millions d’ouvriers, trois catégories : qualifiés, non qualifiés et agricoles), ni massivement un mouvement de chômeurs (2,5 millions)

à Paris manifestation déclarée d'Invalides à midi à Place d'Italie en passant par Tolbiac (place Coluche). Une autre déclarée, à 10 heures de l'avenue Marceau aux Invalides pour la rejoindre. D'autres villes : Lyon, Rouen, Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Béziers, Montpellier, Lille, Nancy, Metz, Épinal, Strasbourg... et aussi les DOM-TOM. Marches des femmes encore samedi et dimanche. Fly Rider à Toulouse pas forcément bien venu : faut lui payer le voyage, au général à la casquette à l'envers. Drouet à Paris, Ludosky on ne sait pas, qui se montre de plus en plus domienne avec des élans propres à ses origines qui auront certainement influencé tout le mouvement bien au-delà du Comité Adama : en France on n'est pas raciste, mais on est chez nous et français, pas étranger : chacun chez soi, une sorte de multinationalisme populaire et populiste, loin de l'internationalisme prolétarien marxiste ou de l'idéal sans frontières anarchiste : tout à fait de nature à régler à la Trump "le problème des migrants"

la journée et la nuit pourraient être plus longues que les semaines précédentes, entre manifestations déclarées en cortèges quasi traditionnels dans lesquels semblent s'être fondus, en l'absence des syndicats organisateurs, les "cortèges de tête", et leurs désormais "cortèges sauvages" attachés, soit de dérives relativement calmes (d'intention) des manifs autorisées face à des barrages policiers, soit conçus comme tels dans le jeu devenu habituel du chat et de la souris avec les flics, où s'expriment "ceux qui veulent en découdre" qu'ils soient ultra- droite ou gauche ou gilets jaunes convertis à ce type d'action par les violences policières ou ciblage plus conforme à leurs nouvelles idées

ce qui se passe le week-end a donc perdu tout le caractère d'auto-organisation locale du "mouvement des ronds-points" et de "la France périphérique", peut-être moins pour des blocages ici ou là (péages, frontières...), à voir

à observer, la teneur des slogans et mots d'ordre, et le poids, que certains disent en baisse, du RIC. Quant au "Macron dégage", aucune chance qu'il... dégage, à comprendre comme on voudra

Patlotch
Admin

Messages : 746
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Patlotch le Dim 27 Jan - 18:43

ce sujet est comme son nom l'indique d'infos et commentaires chronologiques, alimentant dans ma démarche les débats théoriques dans LES LUTTES EN FRANCE vers la restructuration politique : les débats continués ou d'autres sujets, tels que METS TA THÉORIE ou LE GRAND DÉBAT, roman

tournant la page, je commence celle-ci par l'économie politique, raccrochant le wagon industriel, la production..., à « Choose France ! » de Macron  à 150 chefs d'entreprise, dont de nombreuses multinationales, au château de Versailles


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Jean-jack-queyranne-ministre-economie-emmanuel-macron-visitant-usine-bus-iveco-bu_width1024
Jean-Jack Queyranne* et le ministre de l'économie, Emmanuel Macron,
visitant l'usine de Bus IVECO Bus à Annonay (Ardèche) le 21 Septembre 2015

* Ministre de l'Intérieur de Jospin, par intérim de Chevènement, en 1998

dimanche 27 janvier
- Foulards rouges : les bons comptes font les bons amis
Selon la préfecture de police de Paris, la manifestation a rassemblé 10 500 personnes, un chiffre conforme à ce qu’espéraient les organisateurs de cette « marche républicaine des libertés »
Le Monde avec AFP[u] 17h55
.

samedi 26 janvier
- des chiffres et des lettres... Aux Armes etc. ?
22h00 : 69.000 selon la police, qui décidément préfère sa "précision" aux chiffres ronds. Jérôme Martinez éborgné, un proche de Drouet : « Nous appelons à un soulèvement sans précédent par tous les moyens utiles et nécessaires. » Marine Le Pen : « L'ordre, ce n'est pas la mutilation des opposants politiques »...

16h30 22.000 manifestants ont été recensés sur l'ensemble du territoire à 14h par le ministère de l'Intérieur, dont 2.500  à Paris.. De même source, 84.000 manifestants la semaine dernière, mais pour toute la journée. Pour les lettres nouvelles, la "nuit jaune", debout de préférence. Pour les anciennes, le très usé, mais pas rusé, "Macron démission !"

- Sombre et Meuse, "l'assemblée des assemblées" bat son plein : 250 personnes
[u]A Commercy, dans la Meuse, "l'assemblée des assemblées" va débuter
Le Monde 13h40

"On ne s’attendait pas du tout à voir autant de monde, c’est génial, mais il va falloir qu’on gère ça, c’est un exercice inédit", a déclaré un animateur selon Aline Leclerc, journaliste du Monde présente sur place : "La salle est comble, il y a plus de 250 personnes." Il précise : "On ne prétend pas représenter tous les 'gilets jaunes' de France." 75 venues de tout l'Hexagone sont rassemblées dans la Meuse pour l'acte XI des "gilets jaunes".
1500 manifestants dans les rues de Paris, entre Nation et République, selon le comptage médias réalisé par la société Occurrence, mais ce n'est pas le seul cortège. Un manifestant déclare à Libération : « On n'est pas assez, c'est ça qu'il faut dire. »

- Highlights of Leftism
la phrase du jour, trouvée sur le mur d'Alain Corne, et pour ce que le nom de l'auteure évoque le personnage d'AliBlabla dans LE GRAND ÉBAT

Alix Bebla a écrit:On pourra admettre néanmoins que quelque chose, c'est toujours d'avantage quelque chose sur lequel on pourra prendre appui plutôt que rien. Et c'est surtout le meilleur moyen de tirer le mouvement sur sa gauche, de mettre à distance le RN et d'espérer obtenir des victoires aussi minces soient-elles. La défaite et la décompositions feront profiter bien d'avantage à l'extrême-droite les issues de ce mouvement, même s'il est peut-être déjà trop tard pour appeler à la grève générale...
"mieux vivre votre argent"
Les mesures « gilets jaunes » vont accroître le pouvoir d’achat de 0,8% 24.01.2019

Les mesures annoncées mi-décembre par le gouvernement face au mouvement des gilets jaunes vont augmenter le pouvoir d’achat des ménages de 0,8% en 2019 en moyenne, selon une étude de l’Institut des politiques publiques (IPP) publiée mercredi.

D’après l’IPP, l’ensemble des ménages vont bénéficier de ces nouvelles mesures, qui ont « modifié de façon importante les effets redistributifs du budget 2019 ». Mais les effets seront « plus importants entre le 15e et le 49e centile de niveau de vie », c’est-à-dire pour les classes moyennes (le premier centile équivaut aux 1% de Français les plus pauvres, et le centième aux 1% les plus riches), qui bénéficieront d’un « gain moyen de 1,2% » selon l’IPP.

Quelque 10 milliards d’euros de mesures sociales et fiscales ont été annoncées fin 2018 pour mettre un terme à la crise des « gilets jaunes », dans un contexte de ras-le-bol fiscal et de critiques sur le pouvoir d’achat.

Des effets plus importants pour les foyers modestes

Parmi ces mesures figurent l’annulation de la hausse de la fiscalité énergétique prévue en 2019, la revalorisation de 90 euros de la prime d’activité, l’annulation de la hausse de CSG pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros par mois et la défiscalisation des heures supplémentaires. L’annulation de la hausse de la fiscalité énergétique va augmenter le niveau de vie de l’ensemble des ménages, avec « des effets plus importants » pour les foyers modestes, du fait de la revalorisation du montant du chèque énergie et de l’extension de l’éligibilité à ce dispositif.

L’effet de l’exonération d’impôt sur le revenu des heures supplémentaires se concentre lui « sur les 60% des ménages les plus aisés », avec une hausse moyenne de 0,2 % du revenu disponible au sein de cette population. Enfin, la revalorisation de la bonification individuelle de la prime d’activité a des effets concentrés sur les 50% de ménages les plus modestes. « Néanmoins, cette mesure n’affecte pas les premiers centiles », puisqu’elle est « ciblée sur les individus rémunérés au moins à la moitié d’un SMIC en équivalent temps plein », rappelle l’étude.
l'augmentation relative de la participation et du soutien aux gilets jaunes par les "classes populaires" (cf 75 % des ouvriers soutiennent toujours le mouvement), compte tenu de la diminution de la mobilisation par rapport à novembre 2018, ne pourrait donc être qu'un effet mécanique d'une satisfaction relative de ces couches moyennes, tordant ainsi la vision d'un tournant plus "prolétarien". Encore une fois, c'est le rapport quantité-qualité qui détermine la dynamique d'un mouvement

vendredi 25 janvier
relâche
je vais alléger ce suivi, lever le pied pour élargir le champ de mes investigations à fonction théorique ou autre. S'il se passait vraiment quelque chose d'important dans ce carnaval multicolore et surtout tricolores des gilets, foulards bonnets et autres benêts bleu-blanc-rouge, on le verra AU demeurant, qui s'intéresse à cette chronique annoncée d'un désastre, tout est dans la presse, la grande, la régionale, les blogs, les réseaux soucieux, et près de chez vous selon. Nonnes lectures. On trouvera où l'on sait mes points de vue

l'Antille du puits perdu.e ?
le mouvement en faveur du RIC s'enkylose Le Prolétariat universel 25 janvier

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Sortie%2Bde%2Bsecours Priscilla et Chouard vers la sortie ?
Jean-Louis Roche a écrit:Ce soir je reçois par hasard une conférence en direct de Chouard où Priscilla, assise à la tribune à ses côtés n'ouvre pas la bouche, fait de la figuration et prend des notes comme une sage collégienne. Je leur balance le post suivant :

Sans tête le mouvement avait donc besoin de ce petit prof, mi-curé mi-flic au débit aussi lassant qu'une chanson de Moustaki, et cette pauvre Priscilla qui fait lycéenne qui prend des notes… N'importe qui ne peut pas écrire une nouvelle constitution c'est une blague. Chouard est démagogue de dire "vous allez l'écrire". L'idée de référendum qui suppose qu'on serait tous des libres citoyens, où tout un chacun pourrait pétitionner pour "contrôler" ainsi les politiciens, mais donc les garder, ne remet pas en cause le système général des élections bourgeoises truquées. Dans le système capitaliste proposer un type d'élection indépendant "citoyenniste" sous le règne du fric et du flic est comme proposer au prisonnier de peindre en rose les barreaux de sa prison. Le placide et ronronnant Chouard n'est jamais confronté à des contradicteurs révolutionnaires c'est pourquoi il est invité à palabrer devant des ignares, dont beaucoup votent RN et comprennent fort bien l'intérêt du chiméRIC pour leur pomme. Ce que l'on voit à l'image prouve l'existence d'un clan qui n'ose pas se nommer parti, mais qui est un parti, avec des orientations totalement fumeuses.

jeudi 24 janvier
- grève générale du 5 février : appels d'Eric Drouet, Gilets jaunes Rouen ("illimitée"), Mélenchon FI, Besancenot NPA, Arthaud LO, CGT... FO boude... > "grève générale" 5 février

mon dieu qu'ils sont mignons
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Dxn_8BfX4AAbbb6

Espagne, Catalogne, France : même combat ? Hmm...
l'ami Adé me signale, par un texte en espagnol que « Les chauffeurs de taxi barcelonais menacent de bloquer la frontière franco-espaganole avec l'aide des G.J. : Internationalisme circulatoire... » Voici l'info par Courrier International : Espagne. Contre Uber, les chauffeurs de taxi mettent leurs gilets jaunes
À Madrid et Barcelone, ils ont déclaré une grève illimitée pour protester contre l’absence de régulation des VTC.
Au deuxième jour de grève à Madrid et au cinquième à Barcelone, la “guerre” des taxis contre les VTC fait la une de la quasi-totalité des quotidiens espagnols ce mardi 22 janvier. Un mouvement qui ne fait que grossir.
“À la première heure, ce mardi, écrit le site web du quotidien El País, un demi-millier de chauffeurs de taxi ont coupé par endroits la M-40”, le principal “périphérique” de la capitale. Ils réclament une régulation de la concurrence provoquée par les plateformes telles qu’Uber ou Cabify – son équivalent en Espagne et dans une grande partie de l’Amérique latine.

Bloquer la frontière avec la France
À Barcelone la grève illimitée des chauffeurs de taxi s’accompagne du blocage de la Gran Vía, la principale avenue de la deuxième ville du pays. La guerre ouverte entre les taxis et les VTC “pourrait toucher la frontière avec la France”, écrit La Vanguardia.
Le quotidien barcelonais reprend par ailleurs les propos d’Alberto Álvarez, le porte-parole du principal syndicat des chauffeurs de taxis catalans, Elite, selon lequel le secteur “a l’appui” des gilets jaunes français pour bloquer la frontière franco-espagnole de La Junquera : “Nous voulons internationaliser le conflit.”
Les chauffeurs de taxi qui manifestent à Barcelone sont désormais équipés de gilets jaunes
je n'ai vraiment compris ce qui se passe. Revendications salariales contradictoires ? Solidarité internationale  ? En bloquant les frontières, qui plus est avec les Gilets Jaunes ? Contre l'"ubérisation", d'accord. Le reste je le sens pas

mercredi 23 janvier
la gauchisterierie, des totos aux institutionnels, c'est large comme un océan de larmes
«Gilets jaunes» : Mélenchon et Besancenot soutiennent l'appel de Drouet à la «grève générale»
la grève générale, faut quand même des prolos qu'aient envie de la faire, et ceux qui boudent déjà les syndicats, ils vont suivre Besancenot, Méluche et Drouet, c'est sûr...

chronique d'une réciprocité avancée
camarade, ne confonds pas la trajectoire du mouvement avec le communisme en mouvement
Grand débat national : Les «gilets citoyens» font leurs propositions à Emmanuel Macron

Ils veulent éviter l’échec du grand débat national. Le collectif Démocratie Ouverte, composé de «gilets jaunes», mais aussi d’écolos, d’élus locaux ou simplement de citoyens « concernés », a envoyé, ce mercredi, une lettre à Emmanuel Macron
Priscillia Ludosky, une des figures du mouvement des « gilets jaunes », Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, Cyril Dion, le réalisateur écolo du film Demain ou encore Laurence Tubiana, la négociatrice de la Cop 21. Et pour éviter l’échec du grand débat national, le collectif a soumis quelques propositions au chef de l’Etat, dans sa lettre intitulée « Pour un nouveau souffle démocratique »
Le collectif réclame également la mise en place d’une « assemblée citoyenne ». Composée d’une centaine de personnes tirées au sort, elle serait chargée de faire le tri entre toutes les propositions issues du grand débat national, avant d’organiser un référendum à choix multiple.
« Il y a un vrai engouement et une volonté d’apporter des solutions concrètes dont les citoyens peuvent s’emparer pour reprendre un peu de pouvoir », a expliqué Romain Slitine, politologue et coauteur du Coup d’Etat citoyen au Parisien. « Il nous semble indispensable que le Grand débat ne soit pas un moment isolé après lequel on reviendrait aux pratiques politiques traditionnelles »
la classe ouvrière va au paradis
n'oublions pas, comme tel communisateur en gilet jaune, l'usine du monde
[Grand Débat] "Avec plus d’usines, on aurait moins de gilets jaunes" selon Philippe Varin France Industrie, dans L'Usine Nouvelle : c'est beau comme du Martinez

France Industrie, l’organisation de représentation de l’industrie présidée par Philippe Varin, entend prendre toute sa part dans le grand débat national. Objectif : montrer que l’industrie peut constituer une réponse aux problématiques de pouvoir d’achat. Encore faut-il lui créer un environnement favorable et pouvoir compter sur une mobilisation des dirigeants.
« Le grand débat, nous le soutenons. C’est l’occasion de faire de la pédagogie sur les conditions de la réindustrialisation. Parce que s’il y avait plus d’usines sur le territoire, il y aurait moins de gilets jaunes sur les ronds-points. Ce qu’il faut c’est apaiser, restaurer le lien, expliquer. Dans l'industrie, Les salaires sont supérieurs de 12 % à ceux des services.
Les gens se demandent si leurs enfants auront les compétences pour s’en sortir dans le monde de demain. Nous sommes dans une démarche de digitalisation. Je dis aux chefs d'entreprises : allez au contact, soutenez les maires et surtout écoutez. »
Marx a écrit:« C'était une bien grande usine dans la campagne. Je commençais aussi le samedi matin à 3 heures; mais je pouvais du moins aller dormir chez moi, parce que ce n'était pas loin. »
cité dans Le Capital I Le développement de la production capitaliste III la production de la plus-value absolue Chapitre X : La journée de travail, 1967

lundi 21 janvier
retour tranquille à l'économie politique mondiale
A Versailles, Macron promeut la France en plein mouvement des « gilets jaunes »

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Https%3A%2F%2Fmedia-mbst-pub-ue1.s3.amazonaws POOL NEW / REUTERS
Les pouvoirs publics ont convié, lundi, 120 patrons de multinationales et une trentaine de chefs d’entreprises françaises à la deuxième édition du sommet « Choose France. » [In english ça marche mieux]« Nous accueillons des personnalités économiques du monde entier et ce lieu emblématique est connu de tous à travers le monde. Et puis, nous avions à cœur de bien installer ce rendez-vous pour démontrer que la France reste très attractive pour les investisseurs. »

Patlotch
Admin

Messages : 746
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Patlotch le Mer 30 Jan - 20:34


à titre exceptionnel et dérogatoire pour ma lectorate déroutée, quelques infos et commentaires avant l'Appel à la GREFFE GÉNÉRALE INIMITÉE. Comme merci


30 janvier
- Éric Drouet, Fly Rider : gros ennuis ?
la france en colere !!!, le groupe facebook où il diffusait ses 'lives' est VIDE !
en cause, son appel « soulèvement sans précédent par tous les moyens utiles et nécessaires » et l'intention réciproque, avec Castaner, de se poursuivre en justice, ainsi que le groupe public
GiletsJaunes officiel d'Éric drouet
possible aussi que Drouet ait tout viré lui-même « pour ce protégé, moi et ma familles », comme il l'a fait de 'lives' et publications précédentes
de même pour de Mxime Nicolle Fly Rider infos blocage, le Général à la casquette à l'envers, qui à donner au gouvernement un ultimatum de 15 jours pour accepter les revendications des GJ, sans quoi... il part à l'étranger ! Voir chacun ses clowns

- Commercy : Commerce ici, du racket militant au racolage électoral

Patlotch a écrit:dndf 30 janvier 06:55

suite captivante, du racket militant au racolage électoral

Mélenchon : "L'assemblée des assemblées, l'initiative la plus captivante" des gilets jaunes

C'est sans doute l'initiative la plus captivante de celles qui se prennent ces temps-ci à l'initiative des gilets jaunes. L'assemblée des assemblées citoyennes de gilets jaune à Commercy semble prolonger en profondeur le mouvement né sur les ronds-points en lui donnant une expression collective non partisane.
j'évoquais hier "l'Assemblée désassemblée de Commercy" en ces termes :
Patlotch a écrit:selon ce texte qui ne s'appesantit pas sur les contenus, dans les discussions, tout y passe, RIC, anti-nucléaire, justice sociale, mandats, formes d'actions, Outre-mer, handicapés... Le maintien d'une apparence d'unité sous gilets, exigence centrale malmenée depuis le début du mouvement, n'est pas à Commercy différents d'ailleurs. Tout au plus n'y retrouve-t-on pas le plus nationaliste, patriotique, facho... (les photos ne montrent presque pas de bleu-blanc-rouge) mais très certainement des militants encartés LFI, écologistes, alternatifs libertaires, ou du NPA qui, sur @NPA_officiel glorifiant des chiffres dérisoires de la participation, insiste sur « la détermination toujours aussi forte » entre deux tweets sur sa présence au européennes : un racolage électoral sans complexe

il m'est agréable de constater qu'Yves Coleman dans (Gilets jaunes : le débat doit continuer... d’autant plus que la confusion persiste), bien que trouvant, ultragauche traditionnelle oblige, le texte d'Henri Simon « le meilleur » (il est certes bon), fustige ceux qui ont « respiré trop de gasoil » et « balancé des textes grandiloquents et ridicules », comme « cherché à récupérer ce mouvement interclassiste avec de gros sabots partidaires ou groupusculaires. »
29 janvier 4:30 texte complet
Le Comité de Greffe a écrit:
mercredi 30 janvier 2019

NOUS APPELONS L'ENSEMBLE DES CITOYENS FONCÉS
SALARIENS, GENTIRIMEURS, PONCTIONNAIRES, HARDISANTS,
COMMERCYANTS, SOUS-CHEFS D'ENTREPRISE, AIGRICULTEURS,
CHAUMEURS, SOUS-TRAITÉS, SOUTIERS, PROFESSIONS DÉLIBÉRÉES,
ÉTUDANTS, LYCHIENS, HARDISTES, INTELLECTRUELLES

À SE DÉMOBILISER POUR
DÉTRUIRE
À CÔTÉ DU 5 FÉVRIER 2019


UNE GREFFE
GÉNÉRALE INIMITÉE
avec occupation des locos


POUR une augmentation de notre pouvoir sans achat,
nos sous-traités, nos gens décaper,
une réponse concrète sans gouvernement

CONTRE le FRIC, LES CRACKS BOURSIERS
LE TRAIN-TRAIN DE VIDE


AMUSEZ-VOUS SANS EFFORT
ICI ET MAINTENANT ÉVASION MUSICALE

PATLOTCH D'ÉMISSION !

JE EST UN OUTRE

PS : En raison d'un arrêt de travail interclassiste de toutes les catégories de salariens, tous nos commentaires sont suspendus jusqu'à la réalisation de leurs désirs illimités. Dans un tel contexte, LE GRAND ÉBAT, roman a été remplacé par un programme musical, en particulier toute la journée et jusqu'au bout de la nuit debout en bout.


Patlotch
Admin

Messages : 746
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Patlotch le Sam 2 Fév - 13:32


changement de page après l'Acte 11 en quart de teinte et queue de quenouille, et la démonstration de soutien honteux à Macron par les Foulards Rouges et autres amis de la police

en attendant la grève dégénérée, place à l'Acte 12, le marché des blessés


ce sujet est comme son nom l'indique d'infos et commentaires chronologiques, alimentant dans ma démarche les débats théoriques dans LES LUTTES EN FRANCE vers la restructuration politique : les débats continués ou d'autres sujets, tels que METS TA THÉORIE ou LE GRAND DÉBAT, roman


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 50512864_610184096109038_5347940513582415872_n.jpg?_nc_cat=102&_nc_ht=scontent-cdt1-1
s'y joignent CGT, Mélenchon, Besancenot...
voir mon commentaire 27 janvier en bas

2 février
le marché des blessés Gilets jaunes
Acte 12 : une « grande marche des blessés » :
« Certains manifestants se sont grimés en blessés pour exprimer leur solidarité. »
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DyZfgebW0AIDRBS faut souffrir pour être belle ?

1er février
LBD comme jamais, un tournant de la répression des luttes par l'État

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 50949573_1999577023474506_2682454277489688576_o.jpg?_nc_cat=102&_nc_ht=scontent-cdt1-1
ce qui est frappant, si j'ose dire, c'est l'augmentation brutalement (sic) exponentielle, traduisant un tournant dans la stratégie d'État des forces de l'ordre pour répondre aux luttes d'en face, confirmé par le feu vert du Conseil d'État : ele Conseil d'État est une institution publique française créée en 1799 par Napoléon Bonaparte, dans le cadre de la constitution de l'an VIII (Consulat), sur l'héritage d'anciennes institutions ayant porté ce nom sous la monarchie.e (source)

le bide est annoncé, et quelle "clarté" !...

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 51030699_170050773961188_3946598306733359104_n.jpg?_nc_cat=103&_nc_ht=scontent-cdt1-1
de "La France en colère !!!" facebook rétabli chez Drouet : « Quelque chose ce trame contre moi !! Niveau justice !! Plusieurs sources !!! »
comme si qu'on disait ça va faire de l'ombre à l'acte 12

29 janvier
"Il semble qu'il n'y a plus qu'à se mettre à table.” Flaubert, Dictionnaire des idées reçues

Priscillia Ludosky a écrit: Priscillia.L a retweeté
@la1ere
Suivez dans quelques minutes en direct sur notre page Facebook @la1ere la rencontre entre @PLudosky #giletjaune #laFranceenColere et @AnnickGirardin ministre des #OutreMer

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DyGA_opXQAIk0a6
28 janvier
pas une référente, une référence !


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 610043537001_5995023467001_5995013944001-vs vidéo Le Figaro
« Je ne suis pas référente, je suis co-animatrice dans le Comité En marche Forez-Sud »

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Da6aba7_tM3mGMmyItD0__aXKX0T_JxK[/center]

27 janvier
jaunes femmes en politique
après Ingrid Levavasseur, plutôt "de gauche" sa liste aux européennes, "de droite" Jacline Mouraud lance son propre parti politique à Orléans : "Les émergents". 27 novembre

"On souhaite refaire de la politique avec du cœur et de l'empathie. Aujourd'hui c'est le règne de l'argent. On veut tenir compte de tout le monde en œuvrant pour une meilleure répartition des richesses", a expliqué cette hypnothérapeute et artiste de 51 ans, qui a été à l'origine d'une vidéo virale postée en octobre sur Facebook dans laquelle elle dénonçait "la traque aux automobilistes".

Pour ce comité fondateur "à peine une dizaine de personnes" sont attendues à Orléans, ville choisie pour sa situation géographique au centre du pays et parce que "c'est la ville historique d'une femme" (Jeanne d'Arc, NDLR). Jacline Mouraud, hypnothérapeute et artiste, devrait en assumer la présidence.

En route vers les municipales de 2020
Ce nouveau parti ne devrait pas proposer de liste aux élections européennes de mai. "Les Européennes, c'est trop tôt, on ne crée pas un projet au peuple français en un mois", a estimé Jacline Mouraud qui prévoit que son parti sera "très vraisemblablement" présent lors des municipales de 2020 et "lors de potentielles législatives car tout est tellement mouvant qu'on peut s'attendre à tout".

Interrogée sur l'évolution du mouvement des gilets jaunes qui se réunissent désormais chaque samedi dans différentes villes de France, Jacline Mouraud a estimé que "si c'était productif, on n'en serait pas à l'acte 11".

"Le temps des revendications est passé : la phase A c'est fait, tout le monde sait ce qui se passe en France. Il faut passer à la phase B, et partir dans la construction et la proposition. Revendiquer sans proposer est un peu incohérent ! ", a-t-elle estimé.
"Assemblée des assemblées de Commercy : une action collective nationale" : auberge espagnole ?
l'Appel de Commercy, par son creux contenu et son appel du vide à la "démocratie directe", avait séduit les Appellistes (sic), les Guillonistes (d'un "écrivain-anarchiste" à succès), et autres gauchistes dont certains comptaient bien "noyauter" à l'ancienne cette montée nationale en Assemblée désassemblée. C'est dire qu'on ne sait rien de qui sont ces "délégués", dont le nombre importe peu puisqu'il sont censés être représentatifs : de qui, de quoi, c'est l'énigme au long cours, mais peu importe puisque l'essentiel est de « se coordonner autour d'un socle commun. » Rarement mouvement social aura usé d'un tel flou jusqu'au bout pour compenser sa faiblesse en nombre sur une ligne sinon claire, du moins tranchant ses différends

"Le mouvement Gilet jaune de Commercy a attiré près de 350 personnes venues de toute la France à Sorcy-Saint-Martin, dans la Meuse. Une démarche visant à réfléchir collectivement à une organisation au plan national."

Près de 350 personnes sont rassemblées depuis samedi matin à Sorcy-Saint-Martin (Meuse), à l’appel des Gilets jaunes de Commercy. Objectif de cette démarche, unique en France aujourd’hui : réunir des délégations de tous les mouvements disséminés à travers l’Hexagone, afin « de permettre de se rencontrer, d’échanger et d’envisager, ensemble, la suite du mouvement », précise le Meusien Steven Mathieu, 28 ans, éducateur spécialisé.

Dans la salle des fêtes du village des environs de Commercy, 75 binômes participent au lancement de cette « assemblée des assemblées », construite autour du partage des expériences des uns et des autres. Des prises de parole et des échanges de réflexions, menés autour de grands thèmes, pour déterminer le meilleur moyen de structurer une action collective, sans se défaire des principes d’horizontalité dans la prise de décision. Objectif : répondre « aux tentatives de porte-parole autoproclamés et de politiciens pour récupérer et s’approprier le mouvement », défendent les organisateurs de ce rendez-vous appelé à se prolonger ce dimanche.

Trouver un socle commun
« Doit-on faire une coordination nationale ? Si oui, comment ? Chaque décision devra avoir fait l’objet d’une consultation chez nous », soulignent les Gilets jaunes, qui cumulent plus de 700 revendications au total, filtrées par les consultations autour des ronds-points et des sites de mobilisation.

Les grands débats dans les mairies souhaités par Macron ? « Pas question d’y participer. Ce sont ceux dictés par les objectifs du gouvernement », commente Frédérique, de Commercy. « Dès lors qu’on refuse d’y intégrer la question de l’ISF, c’est bien la preuve que les discussions sont faussées dès le départ. »

Venus de Poitiers, Paris, de Saint-Nazaire, Bruyères et d’ailleurs, les représentants présents ont souhaité trouver un socle commun à leurs vécus respectifs pour le relater au cœur d’un week-end au programme dense. Des sites publics reconvertis en « maisons du peuple », ronds-points occupés, tables rondes citoyennes, chacun a fait part de ses expériences au plan local. « Nous avons beaucoup d’actions de Gilets jaunes disséminées, qui agissent de manière parfois désordonnée », témoigne un jeune homme de Dijon. « Ce qu’il faut, c’est déterminer comment coordonner. »
sur cette "grève générale"
elle n'est pas "illimitée" pour tous ceux qui appellent, et moins encore ceux qui suivront. Comme depuis le début du mouvement, on mélange des pommes, des poires, et des scoop bidons, des revendications GJ sans exigence de hausses des salaires ni attaque de la bourgeoisie boursière ni du patronat exploiteur, mais des "hauts fonctionnaires" : qu'en penseront la CGT, et ses adhérents ? Quant à Besoce et Méluche, agendas politiques obligent, deux variantes de la gaucherie institutionnelle et leurs visées électoralistes. Restent les retraités et inactifs divers, chômeurs, exclus, "femmes au foyer", jeunesse lycéenne et étudiante... "grève générale" de quoi, relativement à l'économie politique ?

à lire la liste en haut de l'affiche, c'est le moins qu'on puisse dire un appel "interclassiste", mais qu'est-ce que voudrait dire de le dénoncer comme tel ? Voir le sujet SUR L'INTERCLASSISME, un renversement théorique de perspective, et 3 débats en 1


Patlotch
Admin

Messages : 746
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Patlotch le Dim 10 Fév - 13:10


ce sujet est comme son nom l'indique d'infos et commentaires chronologiques, alimentant dans ma démarche les débats théoriques dans LES LUTTES EN FRANCE vers la restructuration politique : les débats continués ou d'autres sujets, tels que METS TA THÉORIE ou LE GRAND DÉBAT, roman

10 février
implication réciproque pouvoir-mouvement
CQFD : Macron a gagné en l'embarquant dans son projet

73% des Français sont favorables à la tenue d'un référendum dans les prochains mois Ifop/Europe1

Faut-il, oui ou non, organiser un référendum à l'issue du "grand débat national" voulu par le gouvernement ? L'exécutif se tâte et n'a pas encore tranché. "Je ne crois pas que [cela] règle tout", déclarait encore jeudi Emmanuel Macron.
Les sympathisants LREM moins favorables. Dans le détail, les sympathisants du Rassemblement national (87%) et de la France insoumise (85%) sont ceux qui y tiennent le plus. Il n'y a que les personnes proches de LREM que cela fait tiquer : seules 47% d'entre elles sont pour un référendum.
La date fait débat... La moitié des personnes interrogées est pour qu'il se tienne "en même temps que le jour des élections européennes, le 26 mai". L'autre préférerait qu'il ait lieu "plus tard dans l'année"...
le fiasco théorique et pratique du milieu "radical" : si je dis que c'était aveuglant depuis près de deux mois, si je rappelle que je l'ai vu venir (11 décembre : 3. le référendum qui vient...) comment pourra-t-on soutenir encore qu'on ne peut faire avec pertinence de la théorie pendant la lutte, et non seulement après ? qui plus est comme le dit ce commentateur sur dndf
ST a écrit:Ce rapport au mouvement est à la fois hilarant de naïveté et insupportable. Vous êtes là depuis trois mois à vous bastonner entre “optimistes” et “pessimistes”, entre “méfiants” et “enthousiastes” sans voir que vous partagez un même rapport au mouvement. Ce dont il faut se méfier en ce moment c’est de vos propre position politique, et de la manière dont vous avez tendance à ne voir ce qui se passe que sous l’angle de la confirmation ou de l’infirmation de ces positions. “Alors : c’est bien ou c’est pas bieeen ?”, c’est la seule question que vous êtes capables de vous poser, la seule question qui vous intéresse, et vous jouez à qui sera le moins naïf ou le moins con dans ses prédictions, sans vous préoccuper une seconde de ce qu’il est en train de se passer.
à la réserve près de Pepe@dndf dessous concernant TC, et de rares autres (dont Lisbeth Salender, et même Yves Coleman...), je pense avoir mis tout ce que je pouvais pour sortir de ce pessimisme vs optimisme, affirmant que ce n'était pas la question, le 21 novembre : « dans le milieu radical, entre silence radio et confusion... : faut-il en être ou pas ? », et surtout de façon lancinante de répondre à la question : « Que se passe-t-il ? », sans préjuger de l'issue sur la base de fantasmes révolutionnaires. L'important est tout de même de savoir que l'ennemi existe, agit, tire les ficelles, et que c'est transparent, pas un complot à révéler « sous l'apparence trompeuse des choses. »
pour moi, à rares exceptions près (j'en vois moins de 5 individuelles ou collectives !), il n'y a jamais eu un tel effondrement théorico-pratique de ce milieu qui ne croit... que ce qu'il croit. Je ne dis pas que c'est grave, parce que je m'en fous, la réalité s'en fout, le Capital s'en fout, et même leur sacro-sainte "lutte des classes" s'en fout ! Un clic, et ça n'a jamais existé, que pour Robin sur le rond-point à Robin, et Alain Corne sur son mur facebook sans oreilles

9 février
Acte 13 : acte manqué, et la fin d'un rêve ayant épuisé sa dynamique réciproque mouvement-pouvoir
19h28 : 51 400 manifestants en France, 4 000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. Ça remonte à 0,1% de la population en nage de manifester
A Paris, un homme a été grièvement blessé [main arrachée par une grenade qu'il repoussait...]. Une voiture Vigipirate a été incendiée dans la capitale. [ça aussi, c'est particulièrement malin]
16h56 : À 14 heures, selon le ministère de l’intérieur, ils étaient 12 100 à manifester en France, dont 4 000 à Paris, Le Monde. 17.400 même heure, même source, la semaine dernière
~ 0,03 % de la population en âge... ce serait donc la plus faible mobilisation depuis trois mois. Prévisible. Ces mises en scène hebdomadaires ont perdu leur intérêt sauf pour les queues d'illusionnés-illusionnistes qui les produisent. Il ne m'est pas apparu théoriquement décisif d'en rendre compte en détails, et franchement ma vie est ailleurs, à chacun son ACTE MANQUÉ

8 février
un aveu doublé d'un hommage involontaire de ce con d'Alain Corne

Alain Corne/Carbure a écrit:à Robin Banquo
Je me disais ce matin qu'il faudrait faire un travail d'historien sur ces trois mois, en collectant tout ce qui s'est dit dans la presse régionale, les publis des GJ, etc. pour se faire une idée du vrai mouvement, sans ça on réfléchit un peu à l'aveugle. Gros boulot, moi j'ai pas le temps.
on ne peut pas être en même temps au four et au rond-point. Au comble d'une méthodologie piétinée, celle matérialiste de Marx dans son principe en principe reprise par Théorie Communiste, partir des faits pour les théoriser, ce dont je tente d'hériter, Monsieur Corne procède à rebours : appliquer des concepts mal compris à des faits non cernés, « un peu à l'aveugle »... Mais je prends le pari qu'il ne dira jamais : « Patlotch avait raison, je me suis complètement planté. » Allez, maintenant qu'on le connaît, lui et quelques-uns des siens, on ne leur en veut même pas, ils sont comme ça...

Arrow

La France décolère ?
depuis une semaine environ, l'augmentation régulière des abonnés au groupe d'Éric Drouet a cessé d'augmenter, plafonnant sous les 310.000 : « 309.541 membres, 10 000+ au cours des 30 derniers jours. » Le célèbre camionneur en perd sa dysorthographie, mais reste "déter" : « Marre de tout ce qui ce passe , de la non écoute de notre gouvernement a notre égard , donc personellement je reste sur Paris jusqua dimanche non stop et vous ? »

le bon mot, ça... Marine
Marine Le Pen: « Macron a associé le pire de la droite et le pire de la gauche » 1/2, entretien à Causeur avec Daoud Boughezala et Elisabeth Lévy, 7 février 2019

Marine Le Pen a écrit:Vous commettez une double erreur d’analyse : sur le Rassemblement national et sur les gilets jaunes. J’ai toujours considéré, contre une partie de mon camp, qu’il était essentiel d’investir le plan social. Au sein de mon parti, en 2012 et en 2017, certains me poussaient à revenir exclusivement aux problèmes d’identité et d’immigration. J’ai donc tenu à marcher sur deux jambes : l’économie et l’immigration. De ce point de vue, les gilets jaunes me donnent raison, car si leur révolte se focalise sur le pouvoir d’achat, elle ne s’y limite pas. Ce mouvement est un gigantesque cri de souffrance d’un peuple qui se sent exproprié économiquement, mais aussi culturellement. Le pacte de Marrakech est d’ailleurs devenu l’un des sujets majeurs sur leurs forums. Du reste, la réclamation du référendum d’initiative citoyenne (RIC) exprime bien la volonté de changer les rapports de force avec les gouvernants, notamment sur la question migratoire.

Article réservé aux abonnés
85 % de l’article reste à lire…


7 février
après l'Acte 11 en quart de teinte et queue de quenouille, et la démonstration de soutien honteux à Macron par les Foulards Rouges et autres amis de la police, l'Acte 12, le marché des blessés, et la pseudo grève générale du 5 février, un point général[/size]
Patlotch a écrit:
4. où en sommes-nous entre luttes et pouvoir économique et politique ?

7 février
"la réussite en demi-teinte"
, de l'Acte 12 le 2 février et de la "grève générale" le 5, a pris la teinte de demi-échecs, l'appréciation ne valant que pour qui gagne ou perd. Tour d'horizonS

- la direction de la CGT, en gonflant ses démonstrations, de rues plus que d'entreprises, de la participation de gilets jaunes, aura-t-elle enrayé la descente aux enfers annoncée par les élections professionnelles l'ayant reléguée au deuxième rang derrière la CFDT ?

- les Gilets Jaunes, mais lesquels ?, auront-ils encore convaincu d'une unité en uniforme coloré dans la disparité des revendications, des objectifs parfois explicitement politiques : positionnement plus ou moins "à gauche" ou "à droite", création de "mouvement", "parti", 'liste aux européennes'...), stratégie ou tactique à la Drouet ou Nicolle (tentatives de sortir de la répétition lancinante des "Actes" le samedi, quid du fatidique Acte 13 ?), attitudes relatives à des "violences" ou actions illégales (de plus en plus vu l'accumulation de lois préventives) attribuées à tort ou à raison aux "leurs"...

- les partis politiques de gauche réussiront-ils à "engranger électoralement" leurs soutiens de plus en plus appuyés à un mouvement qui ne porte pas a priori autant de points communs avec leurs programmes qu'ils font mine de le croire, surtout la LFI et le NPA ? Les sondages pré-électoraux permettent d'en douter dans le score de 8% attribué aux amis de Monsieur Mélenchon

- la droite de la droite récupérera-t-elle dans les urnes les revendications politiques explicitement proches de ses positions, notamment sur l'Europe et l'immigration, en tenant compte de nationalisme à l'échelle française (Les Patriotes de Philippot, Duponts-Aignan, Lassalle) ou européennes (nouvelle stratégie du RN de Madame Le Pen dans le contexte de montée des populisme droitiers en Europe et en Occident) ?

- la sphère militante anarchisante, anticitoyenniste ou d'ultragauche (ici au sens de sa perspective révolutionnaire) sera-t-elle sortie d'une marginalité touchant quelques milliers d'individus, divisé en autant d'obédiences et groupes aussi sectaires les uns que les autres, et se disputant l'entrée en luttes débridées de personnes vierges d'activité politique ? et par là-même de sa tendance à mesurer la conjoncture au critère de son illusion d'une situation quasi insurrectionnaliste voire révolutionnaire ?

on le voit, chez les lutteurs du jaune au rouge, de chacun son agenda, à chacun ses enjeux. C'est bien pourtant aussi de cela que se construit justement la conjoncture en tant que situation où se rencontrent toutes circonstances du moment (voir 6 février : à propos (du concept) de "conjoncture", et de son usage réducteur du sens commun à une conjoncture favorable (à...). Mais le tableau ne serait pas complet sans regarder en face, chez l'adversaire, l'ennemi, ou prosaïquement la concurrence sur le marché des rackets militants

or, on l'a vu, Macron a plus que commencé à retourné la situation à son avantage 34% d'opinions favorables, plus qu'en octobre avant les Gilets jaunes), c'est-à-dire celui de l'État, et derrière de la sphère capitaliste orientant la politique gouvernementale en France. Il l'a fait comme il l'a dit, en maintenant son cap tout en intégrant partie des revendications jaunes aux décisions à prendre à court terme, d'où le Grand débat, la perspective d'un référendum (Plus de 3 Français sur 4 (77 %) se disent par ailleurs favorables à un RIC « de proposition », sondage Ifop 18-21 janvier) et de décisions institutionnelles non anecdotiques en avril

tout cela confirme ce qu'annonçait ce sujet dans la logique du contexte général des dernières années et particulier à la France depuis les attentats de 2015 et l'élection de Macron en 2017 (Idéologie française, Patlotch)

"la situation reste ouverte", il peut le dire (comme disait Pierre Dac) mais pas à tout : « Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux, mais dans des conditions directement données et héritées du passé. » (Marx, 18 Brumaire, 1851)

6 février
la fine analyse du "théoricien communisateur" Alain Corne/Carbure
ses commentaires facebook sont significatifs, il découvre la lutte après avoir scruté son doigt des mois durant, avec l'aplomb de critiquer la "vision gaucho-centrée"... des autres !

AC/Carbure a écrit:7h55
Pour moi, la difficulté en ce moment est de déterminer si ce qui a le plus contribué à éteindre le mouvement des Gilets jaunes est la persistance de la gauche à vouloir en faire un mouvement social ou la violence de la répression du gouvernement qui le traite comme l'insurrection qu'il aurait peut-être pu devenir. Je pense tout de même pour la deuxième option, jusqu'à présent.
[...]
Quand on voit ce que sont les gens qui prennent l'étiquette "Gilets jaunes" à Paris, franchement, ça vaut un cordon de flics en termes de découragement. Attac, assos citoyennes, nuitdeboutistes, profs et profs et profs. Et tout ça très content et ravi de se retrouver et qui endosse sans rougir l'ensemble du mouvement. C'est vraiment des repoussoirs à prolos, ces gens-là, et c'est précisément parce qu'ils n'étaient pas là que ce mouvement a été si puissant.
comme il n'a rien compris à ce qu la dynamique pouvoir-mouvement impliquait depuis le début dans la conjoncture de la période, on ne s'étonnera ps que même le nez sur son caca, il ne sente pas ce qui se passe dehors

le compte est bon et mauvais en même temps
Syndicats et «gilets jaunes»: «Près de 300.000» manifestants dans toute la France mardi, selon la CGT (20 minute 5 fév. 21h58), le ministère de l'Intérieur en compte 137.200 manifestants (LCI 05 févr. 21:02). Le Nombre Jaune - Compteur de MANUfestations @le noombrejaune ne donne pas de chiffres depuis l'Acte 12, pour ne pas mélanger ses GJ avec la CGT ? Toujours est-il qu'avec "100 à 500.000", moyenne 300.000, je donnais à 16h30 le chiffre de la CGT, sûrement un reste d'adhérence. De l'ordre donc des manifestations contre la Loi travail, et du nombre de Gilets jaunes à l'Acte 1 le 17 novembre sans les syndicats ni les partis de gauche (LFI, PCF, NPA appelaient hier)

côté débrifinge « Convergence de luttes réussie » : la CGT se félicite de la présence de « gilets jaunes » à ses côtés (Le Monde hier 23h36)

Martinez a écrit:On a toujours dit que des convergences étaient possibles avec les “gilets jaunes” mais qu’on ne défilerait pas sur des mots d’ordre qui sont contraires à nos valeurs. Il n’y a aucune raison qu’on ne défile pas côte à côte, les uns derrière les autres, et ce qui est important, c’est que l’on réussisse une première journée ensemble, en semaine, parce que je trouve que le patronat est ménagé et qu’il est temps que l’on demande des comptes aux grands patrons de ce pays.
à l'opposé, « mobilisation en demi-teinte » pour BFMTV Convergence des luttes: la CGT a perdu son pari (05/02/2019 à 20h47)
L'appel par la CGT à une grève nationale ce mardi n'a guère porté ses fruits. Les gilets jaunes ainsi que plusieurs partis politiques et organisations syndicales se sont certes rassemblés dans plusieurs villes de France, mais la foule des grands jours de mobilisation n'était pas au rendez-vous et les perturbations occasionnées minimes dans les services publics.
« Encore une fake news de la chaîne macroniste ! » s'insurgeront ceux qui savent. Peu importe, Rappelons que 1% de la population en âge de manifester, c'est 500.000, on est bien en-dessous

"Grève générale" ? Quelle grève, où, de qui à part quelques fonctionnaires ? "illimitée" ? encore eût-il fallut qu'elle commençât ! Rappelons aux acharnistes du mot d'ordre le sens de la réalité indispensable aux révolutionneurs comme aux syndiqueux un rien expérimentés

convergence des divergences : elle caractérise le mouvement depuis le début, son unité en jaune, ajouter le rouge pâle n'a fait que l'amplifier
compte tenu de l'auberge espagnole revendicative, on peut pratiquement dire : Gilets, partis, syndicats : match nul, d'autant que Emmanuel Macron remonte à grandes enjambées dans un sondage (Le Figaro 05/02/2019 à 19:19)

Si l'on en croit la dernière vague du baromètre Ifop-Fiducial publiée ce mardi par Paris Match et Sud Radio, la mobilisation du président de la République serait en train de payer. Après avoir déjà engrangé +5 points d'opinions favorables en janvier, il vient d'enregistrer une nouvelle hausse de +6 points en février. Ce qui porte le total de Français satisfaits de son action à 34%, un niveau supérieur à celui qui était le sien en octobre dernier... quand le mouvement des «gilets jaunes» n'avait pas encore vu le jour.
un match gagnant du pouvoir contre un mouvement qui ne l'a jamais remis en cause qu'en tant que gouvernement, non comme État ou capital, ce qui ne signifie pas que Macron gardera les rênes aux prochaines étapes, référendum et européennes : la Marine française est en état d'alerte
tous constats correspondant à mes considérations dans LES LUTTES EN FRANCE vers la restructuration politique. Ni "Je vous l'avais bien dit", ni Madame Soleil, ni préviseurs radicaux de la communisation qui vient, si je l'ai fait, c'est que c'était possible, et pas si difficile à prévoir

5 février
des manifestations plus massives, mais parler de "grève générale" relève d'un tournant linguistique
le suivi de la presse nationale et de province indique de (plus) fortes manifestations dans les grandes villes, et un grand nombre dans les villes moyennes ou petites. Jusque-là, se confirme le caractère de défilé syndical et politique quasi-traditionnel, attesté par les banderoles de revendications, à cette différence près : le contenu de celles des gilets est parfois (ou plus selon les lieux) opposé à celles de la CGT et de la gauche de la gauche, sans parler des slogans anarchistes et "ultragauche". Se sont également (re)formés les "cortèges de têtes" apparus depuis 2016 contre les Lois Travail. La participation pourrait donc tourner autour des mêmes scores, entre 100.000 et 500.000 selon les sources, on peut compter sur elles

suite probable en so called "émeutes" annonçant "l'insurrection", "LA révolution", et finalement, ce qu'on voudra, puisqu'il leur suffit d'y croire, ou du moins de le scander dans la rue et RT sur les réseaux soucieux

la lutte des jaunes entrepreneurs : la bande de t'arnaque ta gueule à la manif !
Ludosky retouite :

Arnaque Sociale [sic]
Allégements Généralisés des Charges Sociales...
Nouvelles mesures réductions charges patronales, Super
MAIS [...]
4 février
qui va participer au bide général de la convergence des divergences réformistes politiques et syndicales ?
Grève du 5 février. Manifestations, perturbations dans les écoles et les transports… À quoi faut-il s’attendre demain ? Ouest-France 18h40

Une grève nationale, lancée par la CGT, est organisée ce mardi 5 février, un peu partout en France. S’il est difficile, pour le moment, d’estimer l’ampleur de la mobilisation, des Gilets jaunes devraient se joindre au mouvement. La grève va avoir un impact sur la fonction publique et notamment les écoles et cantines, la RATP, la SNCF…

Les inconnues sont nombreuses : quelle mobilisation, quelles revendications, quid des Gilets jaunes ? On fait le point.

Combien de personnes mobilisées ?
Selon Stéphane Sirot, historien spécialiste des conflits sociaux, « environ 200 000 personnes » pourraient tout de même être mobilisées ce mardi. Sur son site Internet, la CGT recense une centaine de points de mobilisations. En Ille-et-Vilaine, des rassemblements sont prévus à Rennes, Saint-Malo, Redon et Fougères. Mais il se pourrait aussi que la mobilisation fasse un flop.

Qui dans le mouvement ?
La CGT est à donc à l’initiative de cette journée de mobilisation et FO et la CFDT ont refusé de s’y associer. Solidaires, le NPA, le PCF ou encore la France Insoumise, eux, y prendront bien part. Ce qui devrait apporter un peu plus de poids au syndicat français.

Et les Gilets jaunes dans tout cela ? Ils devraient également faire partie de cette mobilisation. Du moins une partie. Éric Drouet, figure du mouvement, a appelé à « une grève générale ». Un appel qui divise parmi les Gilets jaunes. Car si certains continuent de se mobiliser, tous les samedis, c’est parce qu’il n’y a justement pas de perte de salaire et pas d’incidence sur l’employeur. Un mardi, ce n’est pas la même histoire.

D’autres refusent de s’associer avec un syndicat. Les Gilets jaunes ayant en plus bousculé les codes habituels et cristallisé la colère sans être porté par les syndicats. La convergence des luttes n’est pas si claire que cela.

Quelles revendications ?
Si lors des précédentes manifestations, la politique « libérale » d’Emmanuel Macron était la principale cible, cette fois, les critiques se focalisent sur le patronat. « Dans un pays où les 40 plus grandes entreprises versent 57,4 milliards d’euros à leurs actionnaires, il ne faut pas uniquement frapper à la porte du gouvernement », a insisté Philippe Martinez dans Politis, réclamant la suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, exonérations).

C’est pour cette raison qu’à Rennes, par exemple, une mobilisation est prévue devant les locaux du Medef. La hausse des salaires et des retraites et une réforme de la fiscalité font également partie des revendications.

Hasard de calendrier, mardi doit être votée la loi « anticasseurs », donnant la possibilité aux préfets de prononcer des interdictions de manifester, un dispositif vivement critiqué par les syndicats.

La fonction publique, la SNCF… mobilisées
Des préavis de grève ont été déposés à la SNCF et dureront de ce lundi 4 février à 20 h à mercredi 6 février à 7 h 55. La fonction publique sera aussi touchée. Des perturbations sont à prévoir dans les écoles, collèges et lycées. Sud Éducation, Snipp Fsu et Snes FSU ont notamment appelé à se mobiliser.

Les lycéens pourraient également suivre le mouvement et retourner dans la rue. Ils s’étaient déjà mobilisés début décembre, pendant près de deux semaines, pour protester contre la réforme du lycée et Parcoursup. L’Union nationale des lycéens (UNL) et la fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) ont de nouveau lancé un appel « pour dire non à la destruction de l’éducation ».

3 février
le racket est percé

Priscillia Ludosky a écrit:Beaucoup de messages reçus me demandant si je vais sous peu rencontrer les personnes listées ci-dessous au sujet des GJ :

Doc Gynéco, Joachim Son-Forget, Mélenchon, Alexis Corbière, Aurélien Barrau, Natacha Polony, Nicolas Hulot, Olivier Besancenot, Philippe Argillier

NON

Ce qui ne m'empêchera pas d'écouter du Doc Gynéco en chanson...
je n'ose pas penser qu'elle en rencontrerait de l'autre côté de l'échiquier politique, mais je ne savais pas que tous ceux-là l'avaient sollicitée

présent du passé et du futur
de chacun selon ses visions, à chacun ses prévisions
RS a une âme, comme tout le monde il déteste la police, et le fait savoir. À Valence participant à la lutte telle quelle, il l'a poussée plus loin

RS/TC a écrit:03/02 #3
Après la manif Etoile-Bastille à Paris de samedi dernier :
“Oh! Oh! Oh! Macron… Oh ! Tête de con ! On vient te chercher chez toi.” (je ne peux pas rendre compte par écrit de l’air et de la scansion [normal, 5, 5, 7 : c'est à la Verlaine un "Art poétique : De la musique avant toute chose, Et pour cela préfère l'Impair."]. Journée très agréable à Valence.
Pepe@dndf a écrit:03/02 #4
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 46962335751_9be1a2f2f5_z
A Marseille deux cortèges d’environ 3 à 4000 personnes chacun, complètement parallèles et étanches l’un à l’autre.
Un tout jaune, Vieux Port Préfecture, qui ressemble de plus en plus à un cortège de la CGT. Johnny Halliday a tue tête qui chante le chant des partisans, tout le monde poing levé puis qui crient “stop au bain de sang !!”! Sang commentaire.
Et puis le cortège bariolé , de la Plaine au Vieux port, avec les Noailles et ceux celles de La Plaine. Deux peuples complètement différents en couleurs, sociologie, dynamisme… ”nous sommes tous des enfants de Marseille
Aucun affrontement
ci-dessous, un peu un fake : j'ai corrigé l'orthographe révolutionnaire
Paris-Luttes.Info a écrit:5 février : pour la jonction ! 3 février  
La grève interprofessionnelle deviendra-t-elle une grève générale ? Comme d’autres l’ont dit il s’agit pour nous de la construire. Il est nécessaire de savoir quelles seront les forces en présences, qui appelle à la grève, comment faire grève et comment faire dans le climat répressif actuel. Des éléments dans l’article. [...]
Qui appelle à la grève ?
- Au niveau national, la CGT et Solidaires appellent à la grève. En Ile-de-France, c’est une intersyndicale plus large CGT-FO-FSU- Solidaires qui appelle. Vous trouverez tous les communiqués syndicaux sur Démosphère.
- La CNT-SO propose un appel un peu plus offensif qui pourra être diffusé.
- Les organisations lycéennes et étudiantes seront également de la partie.
- Les gilets jaunes, notamment dans l’appel de Commercy, appellent à rejoindre la grève et les cortèges.
Pepe : « qui ressemble de plus en plus à un cortège »... syndical

2 février
l'amour au temps des gilets jaunes
nous voilà rassurés, ils ont la jaunisse mais pas le choléra (Garcia Márquez oblige). Ludovsky, Drouet, Nicolle et Rodrigues se sont rabibochés. Moi, ça me fait une belle jambe, mais je ne marcherai pas avec eux
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 51281509_374942876656324_6606148696159551488_n.jpg?_nc_cat=105&_nc_ht=scontent-cdt1-1
ça me fait penser aux sourire de la Bande des quatre du Programme Commun de la gauche. À l'époque on n'était pas encore obligé de mettre des femmes ni des Noirs. Les GJ ont fait coup double !
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Le-programme-commun-27-juin-1972.-Mitterrand-Fabre-et-Marchais

compter décompter : tous les flics n'ont pas les mêmes calculs
À 14h, le ministère de l'Intérieur comptabilisait 17.400 manifestants dans toute la France. À Paris 10.500 selon la préfecture de police, 13.800 selon des estimations du cabinet Occurence. 5 400 à Valence selon la préfecture. Selon les préfectures de Paris et Dijon, ensemble 15.900, reste 1.500 selon l'Intérieur pour le reste de la France  scratch
19:42 bon, finalement, pour l'Intérieur c'est 58.600 en France, c'était à cause du décalage horaire...

jusqu'à choir
@Etienne_Chouard 13h48
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DyZqAAAX0AAuMpm
@BrownStanislas : jusqu'où s'arrêteront ils ? @patlotch : jusqu'à choir

le marché des blessés Gilets jaunes
Acte 12 : une « grande marche des blessés » :
« Certains manifestants se sont grimés en blessés pour exprimer leur solidarité. »
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DyZfgebW0AIDRBS faut souffrir pour être belle ?

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 50512864_610184096109038_5347940513582415872_n.jpg?_nc_cat=102&_nc_ht=scontent-cdt1-1
s'y joignent CGT, Mélenchon, Besancenot...
voir mon commentaire 27 janvier en bas

1er février
LBD comme jamais, un tournant de la répression des luttes par l'État

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 50949573_1999577023474506_2682454277489688576_o.jpg?_nc_cat=102&_nc_ht=scontent-cdt1-1
ce qui est frappant, si j'ose dire, c'est l'augmentation brutalement (sic) exponentielle, traduisant un tournant dans la stratégie d'État des forces de l'ordre pour répondre aux luttes d'en face, confirmé par le feu vert du Conseil d'État : ele Conseil d'État est une institution publique française créée en 1799 par Napoléon Bonaparte, dans le cadre de la constitution de l'an VIII (Consulat), sur l'héritage d'anciennes institutions ayant porté ce nom sous la monarchie.e (source)

le bide est annoncé, et quelle "clarté" !...

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 51030699_170050773961188_3946598306733359104_n.jpg?_nc_cat=103&_nc_ht=scontent-cdt1-1
de "La France en colère !!!" facebook rétabli chez Drouet : « Quelque chose ce trame contre moi !! Niveau justice !! Plusieurs sources !!! »
comme si qu'on disait ça va faire de l'ombre à l'acte 12

29 janvier
"Il semble qu'il n'y a plus qu'à se mettre à table.” Flaubert, Dictionnaire des idées reçues

Priscillia Ludosky a écrit: Priscillia.L a retweeté
@la1ere
Suivez dans quelques minutes en direct sur notre page Facebook @la1ere la rencontre entre @PLudosky #giletjaune #laFranceenColere et @AnnickGirardin ministre des #OutreMer

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DyGA_opXQAIk0a6
28 janvier
pas une référente, une référence !


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 610043537001_5995023467001_5995013944001-vs vidéo Le Figaro
« Je ne suis pas référente, je suis co-animatrice dans le Comité En marche Forez-Sud »

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Da6aba7_tM3mGMmyItD0__aXKX0T_JxK[/center]

27 janvier
jaunes femmes en politique
après Ingrid Levavasseur, plutôt "de gauche" sa liste aux européennes, "de droite" Jacline Mouraud lance son propre parti politique à Orléans : "Les émergents". 27 novembre

"On souhaite refaire de la politique avec du cœur et de l'empathie. Aujourd'hui c'est le règne de l'argent. On veut tenir compte de tout le monde en œuvrant pour une meilleure répartition des richesses", a expliqué cette hypnothérapeute et artiste de 51 ans, qui a été à l'origine d'une vidéo virale postée en octobre sur Facebook dans laquelle elle dénonçait "la traque aux automobilistes".

Pour ce comité fondateur "à peine une dizaine de personnes" sont attendues à Orléans, ville choisie pour sa situation géographique au centre du pays et parce que "c'est la ville historique d'une femme" (Jeanne d'Arc, NDLR). Jacline Mouraud, hypnothérapeute et artiste, devrait en assumer la présidence.

En route vers les municipales de 2020
Ce nouveau parti ne devrait pas proposer de liste aux élections européennes de mai. "Les Européennes, c'est trop tôt, on ne crée pas un projet au peuple français en un mois", a estimé Jacline Mouraud qui prévoit que son parti sera "très vraisemblablement" présent lors des municipales de 2020 et "lors de potentielles législatives car tout est tellement mouvant qu'on peut s'attendre à tout".

Interrogée sur l'évolution du mouvement des gilets jaunes qui se réunissent désormais chaque samedi dans différentes villes de France, Jacline Mouraud a estimé que "si c'était productif, on n'en serait pas à l'acte 11".

"Le temps des revendications est passé : la phase A c'est fait, tout le monde sait ce qui se passe en France. Il faut passer à la phase B, et partir dans la construction et la proposition. Revendiquer sans proposer est un peu incohérent ! ", a-t-elle estimé.
"Assemblée des assemblées de Commercy : une action collective nationale" : auberge espagnole ?
l'Appel de Commercy, par son creux contenu et son appel du vide à la "démocratie directe", avait séduit les Appellistes (sic), les Guillonistes (d'un "écrivain-anarchiste" à succès), et autres gauchistes dont certains comptaient bien "noyauter" à l'ancienne cette montée nationale en Assemblée désassemblée. C'est dire qu'on ne sait rien de qui sont ces "délégués", dont le nombre importe peu puisqu'il sont censés être représentatifs : de qui, de quoi, c'est l'énigme au long cours, mais peu importe puisque l'essentiel est de « se coordonner autour d'un socle commun. » Rarement mouvement social aura usé d'un tel flou jusqu'au bout pour compenser sa faiblesse en nombre sur une ligne sinon claire, du moins tranchant ses différends

"Le mouvement Gilet jaune de Commercy a attiré près de 350 personnes venues de toute la France à Sorcy-Saint-Martin, dans la Meuse. Une démarche visant à réfléchir collectivement à une organisation au plan national."

Près de 350 personnes sont rassemblées depuis samedi matin à Sorcy-Saint-Martin (Meuse), à l’appel des Gilets jaunes de Commercy. Objectif de cette démarche, unique en France aujourd’hui : réunir des délégations de tous les mouvements disséminés à travers l’Hexagone, afin « de permettre de se rencontrer, d’échanger et d’envisager, ensemble, la suite du mouvement », précise le Meusien Steven Mathieu, 28 ans, éducateur spécialisé.

Dans la salle des fêtes du village des environs de Commercy, 75 binômes participent au lancement de cette « assemblée des assemblées », construite autour du partage des expériences des uns et des autres. Des prises de parole et des échanges de réflexions, menés autour de grands thèmes, pour déterminer le meilleur moyen de structurer une action collective, sans se défaire des principes d’horizontalité dans la prise de décision. Objectif : répondre « aux tentatives de porte-parole autoproclamés et de politiciens pour récupérer et s’approprier le mouvement », défendent les organisateurs de ce rendez-vous appelé à se prolonger ce dimanche.

Trouver un socle commun
« Doit-on faire une coordination nationale ? Si oui, comment ? Chaque décision devra avoir fait l’objet d’une consultation chez nous », soulignent les Gilets jaunes, qui cumulent plus de 700 revendications au total, filtrées par les consultations autour des ronds-points et des sites de mobilisation.

Les grands débats dans les mairies souhaités par Macron ? « Pas question d’y participer. Ce sont ceux dictés par les objectifs du gouvernement », commente Frédérique, de Commercy. « Dès lors qu’on refuse d’y intégrer la question de l’ISF, c’est bien la preuve que les discussions sont faussées dès le départ. »

Venus de Poitiers, Paris, de Saint-Nazaire, Bruyères et d’ailleurs, les représentants présents ont souhaité trouver un socle commun à leurs vécus respectifs pour le relater au cœur d’un week-end au programme dense. Des sites publics reconvertis en « maisons du peuple », ronds-points occupés, tables rondes citoyennes, chacun a fait part de ses expériences au plan local. « Nous avons beaucoup d’actions de Gilets jaunes disséminées, qui agissent de manière parfois désordonnée », témoigne un jeune homme de Dijon. « Ce qu’il faut, c’est déterminer comment coordonner. »
sur cette "grève générale"
elle n'est pas "illimitée" pour tous ceux qui appellent, et moins encore ceux qui suivront. Comme depuis le début du mouvement, on mélange des pommes, des poires, et des scoop bidons, des revendications GJ sans exigence de hausses des salaires ni attaque de la bourgeoisie boursière ni du patronat exploiteur, mais des "hauts fonctionnaires" : qu'en penseront la CGT, et ses adhérents ? Quant à Besoce et Méluche, agendas politiques obligent, deux variantes de la gaucherie institutionnelle et leurs visées électoralistes. Restent les retraités et inactifs divers, chômeurs, exclus, "femmes au foyer", jeunesse lycéenne et étudiante... "grève générale" de quoi, relativement à l'économie politique ?

à lire la liste en haut de l'affiche, c'est le moins qu'on puisse dire un appel "interclassiste", mais qu'est-ce que voudrait dire de le dénoncer comme tel ? Voir le sujet SUR L'INTERCLASSISME, un renversement théorique de perspective, et 3 débats en 1


Patlotch
Admin

Messages : 746
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Patlotch le Jeu 7 Mar - 15:11


après les Gilets jaunes

peut-être que dans trente ans, pour commémorer "l'événement au sens fort" (Temps Critiques)*, vendra-t-on aux enchères des Gilets jaunes avec des taches de sang des violences policières, comme les pierres du Mur de Berlin. En attendant, à titre comparatif, on va regarder ce qui se passe du côté de manifestations réellement massives "chez nous", car personne n'oserait comparer avec l'Algérie... Le mur du pouvoir en France n'a pas tremblé, mais si l'on en croit certains "camarades" leur dialectique aurait pu casser des briques

sic : ici "critiques" est à ce TC là ce que "communiste" est à l'autre TC, son concurrent sur le marché de la révolution à titre "humain" vs "prolétarienne"

6 mars
jaune visage pâle...
Lassés des gilets jaunes, les Français sans illusion sur le grand débat (sondage)
Près de trois sur quatre (73%) souhaitent que "les décisions prises suite au grand débat national soient soumises à un référendum"

C'est ce qu'on appelle de la lassitude. Le regard que les Français portent sur les gilets jaunes est de moins en moins positif, si l'on suit les résultats de la vague de mars du baromètre YouGov pour Le HuffPost et CNews. Tous les indicateurs que nous mesurons depuis le mois de décembre marquent un repli du soutien au mouvement qui est lui-même en déclin.

Si le soutien est toujours majoritaire, il chute de 8 points à 56%. Et il y a désormais 40% des Français qui ne soutiennent pas les actions. "Dans le détail, ce déclin s'observe au sein de toutes les proximités partisanes, notamment auprès du Centre qui enregistre la plus forte baisse (17%, -11 points)", constate YouGov. Une chute d'ampleur identique (-8 ) est constatée quand on demande aux sondés s'ils considèrent que le mouvement est justifié; s'ils restent nettement majoritaires, ceux qui répondent "oui" ne sont plus que 69%, contre 77% en février. Là encore, les chiffres déclinent dans tous les électorats.

Il n'y a donc rien d'étonnant à voir un rééquilibrage lorsqu'on aborde le sujet de la poursuite de la mobilisation. Il y a désormais 43% des personnes interrogées qui considèrent qu'elle doit s'arrêter pendant le grand débat (+7) tandis que 46% pensent qu'elle doit continuer (-6).

Le référendum a toujours la cote
Pourtant, à une dizaine de jours de la clôture du grand débat initié par Emmanuel Macron, les Français sont sans illusion sur les conclusions de celui-ci. Seul un quart d'entre eux (26%, comme en février) considèrent que "les propositions qui émaneront des débats infléchiront la politique du gouvernement". Ils sont 59% à penser que cela n'infléchira pas, en hausse d'un point sur un mois.

On note même un regain de la défiance envers la restitution qui en sera faite. 55% des personnes interrogées doutent que la synthèse soit réalisée en toute transparence et impartialité; seuls 29% (-3 points) pensent que ce sera le cas. Alors que les entreprises choisies à cet effet redoublent d'effort pour expliquer leur mode opératoire, c'est bien la dimension politique qui semble poser problème.

Cela explique que les Français veulent avoir la main sur la décision finale. Près de trois sur quatre (73%) souhaitent que "les décisions prises suite au grand débat national soient soumises à un référendum". Une hypothèse fortement évoquée début février qui n'est aujourd'hui plus au cœur des discussions dans la majorité.
28 février
Drouet, Nicolle, Ludosky : les figures des Gilets jaunes au bord de la saturation ? Felicia Sideris, LCI
Ah bon, eux si proches du moteur à explosion, ne sont pas "au bord de l'explosion" ?

TRIO HISTORIQUE - Priscillia Ludosky, Maxime Nicolle et Éric Drouet, noyau historique des Gilets jaunes, ont tous les trois fait savoir cette semaine qu'ils commençaient à saturer. Présents aussi bien sur Facebook que dans les médias depuis le début du mouvement, ils s'estiment être la cible de nombreuses critiques.

Elles sont au centre de l’attention depuis plus de cent jours. Médiatisées, sur-sollicitées, adulées ou conspuées, les figures du mouvement des GIlets jaunes commencent à saturer. Et, fait nouveau, le trio historique composé de Maxime Nicolle, Éric Drouet et Priscillia Ludosky a publiquement partagé son ras-le-bol. Que ce soit en "live" sur les réseaux sociaux ou aux micros des journalistes, ils se disent "fatigués" par les critiques et les tentatives de récupération politique... sans pour autant envisager leur retrait du mouvement.

Éric Drouet lance un "coup de gueule"
Éric Drouet "en a marre". Dans un direct sur Youtube, posté lundi soir, il a poussé un coup de gueule contre plusieurs personnalités du mouvement. "J'essaye de faire une vidéo depuis tout à l'heure, mais j'ai un peu de mal", dit-il, visiblement ému et le visage cerné par la fatigue. Pour celui qui est à l'initiative du premier acte, des personnes "affectent" le mouvement en y semant le trouble. Il décide donc de les nommer en "live". "Je vais les  afficher en public parce que, rien à foutre, ils l’ont fait aussi avec moi", fustige-t-il, citant pèle-mêle d'autres militants gilets jaunes : Sophie Tissier,  ancienne militante de la Nuit debout qui avait critiqué le routier sur le plateau de LCI , Gabin Formont, créateur de "Vécu le média des Gilets jaunes" accusé "d’utiliser des blessés pour [le] faire tomber"  ou encore les "Gilets jaunes constituants", cette branche du mouvement qui lui aurait "forcé la main" en lui demandant en plein "live" de répondre à des questions sur la franc-maçonnerie. Sujet sur lequel il refuse de s’exprimer, estimant qu’il n’est pas un connaisseur. "Je vais le répéter une dernière fois : je ne parlerai aucunement de la franc-maçonnerie. Ce n’est pas mon sujet."

"J’en veux beaucoup à ces personnes-là qui perdent autant de temps à nous décrédibiliser alors qu’il y a plus important à faire." Le Gilet jaune est même allé plus loin. Il aurait publié dans la même soirée ce message: "Envie de tout arrêter, de revenir à ma vie d’avant." Une capture d’écran qui existe sur Twitter mais qui reste introuvable sur Facebook, probablement supprimée.

@SergioPaygue
Arrêtez tout !!! Champagne !! #ERICDROUET #EricDrouet  #GiletsJaunes

Ce Gilet jaune n’a cependant aucunement envie de changer de cap. Il conclut cette prise de parole, vue plus de 90.000 fois, avec un message pour ses soutiens : "Le reste des Gilets jaunes je vous adore. C’est vous qui nous faites tenir, pour ceux d’entre nous qui sommes, malgré nous, devenus des figures. On vit à travers vous."

Maxime Nicolle veut retrouver sa vie "de simple citoyen"
Figure appréciée depuis le début du mouvement, Maxime Nicolle alias Fly Rider, a lui aussi tenu des propos inédits. Sur BFMTV, il a ainsi partagé sa lassitude. Si ces "lives", qui cartonnent depuis le début, lui ont permis de "flatter son égo", il avoue à nos confrères avoir "hâte de retourner à [sa] vie de simple citoyen normal". "Même si j’ai l’impression que ça va être très compliqué". Toujours selon la même source, il dit recevoir entre 50.000 et 70.000 messages par jour.

L’erreur de parcours selon lui ? Avoir été médiatisé. Dans un direct enregistré dimanche sur son groupe Facebook, il reconnait ainsi être "tombé dans un piège". "Etre médiatisé c’est hyper compliqué. Parce que déjà on ne le demande pas. Ensuite tout le monde a l’impression que c’est moi la solution, tout le monde me pose des questions sur des sujets divers et variés." Mais il avoue être surpassé par l’afflux de messages, et ne pas avoir la science infuse. "Je suis comme vous, je continue de m’instruire."

S’il est impatient de retrouver un quotidien moins chargé, le Breton affirme cependant qu’il n’abandonnera pas. Dans la même vidéo, visionnée plus de 109.000 fois, il promet que malgré les tentatives de "décrédibiliser" le mouvement, "le peuple" et "la majorité des gens qui crèvent la dalle sur cette planète" resteront mobilisées. "C’est peut être utopique de se dire qu’on va arriver à changer tout ça. Mais si on ne fait rien, on n’arrivera à rien." Et de rajouter qu’en ce qui le concerne, il continuera sa lutte pour que dans "dix ans ou vingt ans".

Priscillia Ludosky est "fatiguée" des tentatives de récupération politique
Cette Gilet jaune discrète mais très influente subit moins les critiques sur les groupes Facebook.  Mais se dit victime d'attaques et de tentatives acharnées de récupération politique, notamment par des membres, dit-elle, de la France Insoumise. Interrogée par Le Média, elle confie avoir été la cible "d’attaques, de critiques ou de tentatives de récupération fatigantes". Celle qui est à l’initiative de la première pétition contre la hausse des prix du carburant insiste sur un groupe particulier qui est là "depuis le début" et qui l’aurait approchée "encore jusqu’à la semaine dernière". "Les politiques sont très, très, très tenaces", confie-t-elle. "C’est hallucinant, ils viennent nous voir aux manifestations. Quand c’est rejeté et c’est dit et redit, c’est assez fatigant de voir qu’ils ne lâchent pas l’affaire."

Sit-in géant et rapprochement avec des écolos...

les Gilets jaunes veulent faire du neuf en mars. Mais pour cette Gilet jaune, le ras-le-bol vient aussi du combat médiatique qu’elle se sent obligée de mener, à cause des "nombreuses étiquettes" que le mouvement aurait reçu. "Ce sont des combats de communications incessants, et c’est assez  prenant en termes d’énergie. C’est pénible." Comme ses compagnons de lutte, avec qui elle s’est déjà dite d’accord sur le fond sans l’être nécessairement sur la forme, elle ne compte cependant pas abandonner. Lors d’une conférence publique tenue lundi dans le 13ème arrondissement parisien, elle a même présenté un calendrier des initiatives prévues pour le mois de mars. Alors, lorsqu’on lui demande si elle est optimiste, elle sourit, expliquant qu’elle l’est "pour la suite à très long terme", clairement consciente que "ce ne sera pas un combat facile".
vrai qu'un moteur à saturation, ça n'existe pas...

27 février
- Rennes : on ne peut pas finir les fins de mois, alors on finit les matchs de foot
au plus fort, 4.000 Gilets jaunes, moins de 2% d la population. Pour le foot, la moitié des habitants... pour des places à minimum 29 € !
90 000 demandes de places effectuées pour Rennes-Arsenal


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Img_580_380_center_articles-466571
Un Arsenal de Bretons pour défier les Gunners.
Inutile de préciser à quel point le 8e de finale de Ligue Europa contre Arsenal fait rêver toute la ville de Rennes au-delà des supporters. Concrètement, ce sont 90 000 demandes de places qui ont été enregistrées pour assister au match aller au Roazhon Park (le 7 mars), comme l'a annoncé le club mardi. Dommage que l'écrin situé rue de Lorient ne comporte que 29 778 sièges...

Hamari à tout prix
Globalement, presque une personne sur deux en ville (213 400 habitants) aurait pu se donner rendez-vous dans l'enceinte municipale. D'ailleurs, la file devant la boutique du stade a commencé à gonfler une demi-heure avant l'ouverture du guichet, à 10h ce mercredi, selon Ouest-France. Le Stade rennais a en effet mis en place une procédure particulière pour offrir la priorité aux abonnés, via le système un abonnement - une place. Avec tout de même une réduction de 10% par rapport au prix public. La grille tarifaire va ainsi de 29 € (tribune derrière les buts) à 95 € pour l'emplacement le plus cher.

Pour les non-abonnés, il faudra attendre samedi et jouer sur trois tableaux pour décrocher le précieux sésame : par la billetterie en ligne, par la boutique du club rouge et noir, et au guichet du Roazhon Park.
PS : désolé, je n'ai pas fait d'enquête sociologique pour mesurer le "transclassisme" ni la proportion de "prolétaires" dans le public de ce match

Patlotch
Admin

Messages : 746
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Patlotch le Ven 15 Mar - 20:35


en attendant la fin... des Gilets jaunes

15 mars
un climat à la débandade: Eric Drouet annonce qu'il cesse de manifester


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Le-Gilet-jaune-Eric-Drouet-vise-par-une-enquete-pour-provocation-a-la-commission-d-un-crime-ou-d-un-delit 27 novembre 2018
Une annonce retentissante à la veille de l'acte XVIII. La figure emblématique du mouvement des Gilets jaunes, Eric Drouet, a annoncé que ce samedi était sa dernière participation aux manifestations.

Le mouvement des Gilets jaunes a-t-il du plomb dans l'aile ? Sur les réseaux sociaux, une des figures du mouvement des Gilets, Eric Drouet, a annoncé que ce samedi 16 mars était sa dernière participation aux manifestations. "Après cette journée, en tout cas pour moi, ça sera fini les manifestations", a-t-il déclaré. Il a également affirmé : "Marcher, on a prouvé que ça fonctionnait pas".
11 mars
du monde dans la rue plus que les Gilets jaunes
ayant souvent insisté, tout au long du "mouvement des Gilets jaunes", sur le faible nombre de manifestants relativement à la population, maximum 1 à 2%, faible participation active, en comparaison de mouvements sociaux et grèves dans le monde (Inde 10 à 15 %, Algérie récemment...), le temps est venu de comparaisons "chez nous"
2 Paris contre Bouteflika, plus d'« issu.e.s de » que n'ont jamais réunis les Gilets jaunes ?
À Paris, 10.000 personnes manifestent contre un 5ème mandat de Bouteflika BFMTV, 10 mars 2019

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Algerie-Paris
Des rassemblements ont aussi eu lieu à Marseille et à Bordeaux, en soutien aux Algériens qui se mobilisent contre la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika.

"4 + 1 = 0. Dégage" : des milliers de personnes ont une nouvelle fois manifesté, ce dimanche, dans plusieurs villes de France contre la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat en Algérie.

10.000 personnes à Paris
Souvent revêtus de drapeaux algériens, environ 10.000 mille manifestants, réunis sur la place de la République, dans le centre de Paris, scandaient "Pouvoir assassin" ou "Système dégage" dans une atmosphère bon enfant, faite de youyous des femmes et de stands à merguez et brochettes.

"Mettons le FLN au musée", "un seul héros, le peuple", "pour une rupture radicale avec le système", pouvait-on lire sur les banderoles et pancartes, certaines portées sur la statue de la République.
2 mars 2019
spécial enterrement : ici gît laid jaune
ce n'est pas parce que j'aurais la tête ailleurs, au roman ou à la poésie, que je n'ai pas rendu compte de cet "Acte", dont le numéro m'échappe. Ce mouvement était déjà quantitativement insignifiant depuis des semaines. Macron a vu de façon réaliste qu'il allait continuer à décroître, moi aussi. Voilà, "camarades" les dirigeants du capital, ils sont pas comme ceux de vous qui prennent leurs fantasmes "anarchistes" pour la réalité, et anarchistes ou communistes, vous l'êtes autant que moi curé ! poil à la raie publique

21 février 2019
le clown de l'apolitisme en jaune est tombé de sa mascarade
Eric Drouet veut établir des consignes de vote pour les européennes BFMTV, 21 février


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 510914677a5736f74b613449cb673
La figure des gilets jaunes a annoncé la tenue d'un sondage sur les réseaux sociaux. Le nom du candidat du "Frexit", François Asselineau revient régulièrement.
Y-aura-t-il une consigne de vote pour les gilets jaunes lors des élections européennes le 26 mai prochain ? Si la question n'est pas encore tranchée, elle remonte régulièrement dans les fils de discussion des manifestants sur les réseaux sociaux.

"Bientôt les élections, on vote quoi ?"
Dimanche soir, Éric Drouet a publié une nouvelle vidéo sur son compte Youtube "La France en colère", dans laquelle il revient sur le déroulé de la 14e journée de mobilisation. "Bientôt les élections, on vote quoi?", l'interpelle alors un internaute, au sujet du scrutin européen qui a lieu dans dans trois mois. La figure des gilets jaunes appelle à une union dans les urnes:

"On fera un post ou un sondage dessus pour qu'on soit tous raccords. Je n'ai pas d'avis dessus mais il faudra qu'on ait tous le même", estime-t-il, avant de poursuivre: "Oui on peut voter ce qu'on veut mais ce serait bien qu'on ne se disperse pas sur les personnes à voter et qu'on donne plus de force contre Macron. Si on peut essayer de s'entendre dessus, on verra."

"Je vois beaucoup Asselineau qui ressort. Ce sera une question à poser à l'ensemble des gilets jaunes. On fera un post dessus pour que des personnes comme Etienne Chouard nous dise pourquoi plus Asselineau qu'un autre", conclu-t-il.

Figure de proue des gilets jaunes, cet essayiste controversé s'est fait connaître pour ses positions radicales et complotistes. Après avoir voté Jean-Luc Mélenchon, ce dernier a récemment annoncé qu'il voterait pour le candidat pro-Frexit en 2019.

Pas "d'instrumentalisation" du mouvement

Du côté de l'UPR, on refuse de se revendiquer comme "le parti des gilets jaunes". Contacté par BFMTV.com Olivier Rames, chargé de mission à la permanence estime que si le parti jouit d'une certaine popularité parmi les protestataires parce qu'il "n'a jamais voulu instrumentaliser le mouvement".

En novembre dernier, François Asselineau avait invité les gilets jaunes à demander aux députés "la destitution" du chef de l'État. Une invitation qui a connu un certain succès chez les manifestants anti-Macron. Olivier Rames assure que son candidat échange régulièrement avec des gilets jaunes sur le terrain, mais qu'il n'a pas rencontré de figures du mouvement... pour l'instant.

18 février
des chiffres et des lettres : mensonges et dénis de réalité généralisés
"ce qui se passe", serait mieux dit par "ce qui ne se passe pas" !
Mobilisation en baisse, sondages défavorables: les gilets jaunes à un tournant ? BFMTV 17 fév. Résumé

Les actions se poursuivent, mais rassemblent de moins en moins et ne sont plus soutenues par une majorité de Français, qui souhaitent désormais la fin des mobilisations.

Depuis le début du mouvement, les gilets jaunes bénéficiaient d'un fort soutien de l’opinion publique. Mais pour la première fois depuis le 17 novembre, ce soutien semble s’éroder. Des données à mettre en regard avec l'affaiblissement constant du nombre de participants dans les manifestations, et la prise de distances opérée par certaines figures initiales du mouvement.

Sondage Ifop/JDD : 52% doivent "cesser leur mouvement et leurs actions", 37% un mois plus tôt.
Précédent sondage Elabe/BFMTV : 56% voulaient que le mouvement s’arrête.
Sondage JDD : ceux qui souhaitent le plus que le mouvement continue sont les sympathisants de La France insoumise (69%) et ceux du Rassemblement national (72%), aussi majoritaires (62%) chez les ouvriers.

Une mobilisation qui baisse, quelque soit les chiffres [2 fautes d'orthographe !]
Pour ce quatorzième jour de mobilisation, selon l’Intérieur, 41.500 en France, 5000 à Paris, environ 10.000 de moins que la semaine précédente, 51.400 / 4000 dans la capitale. Avant cela, le 1er février, pour l'Acte 12, 60.000.

Chiffres contestés par les gilets jaunes eux-mêmes, cf groupe Facebook "le Nombre jaune". Samedi à 18 heures : 101.379 manifestants "sur 148 localités recensées", contre 118.222 manifestants samedi dernier et 123.151 le samedi 26 janvier.

Plusieurs figures de proue des gilets jaunes ont pris leurs distances, le cas de Jacline Mouraud, qui a créé récemment son parti politique, "Les émergents", a estimé que le mouvement était "noyauté par l'ultradroite et l'ultragauche". Elle a arrêté de manifester "à partir du moment où il fallait partir dans la construction. L'avenir, c'est partir dans une construction politique. Sinon ça va donner quoi? Une guerre civile?"

Priscillia Ludosky :"il ne faut pas bloquer pour bloquer... je n'ai jamais fait attention aux sondages, bons ou mauvais... Je ne constate pas de démobilisation... peut-être moins de gens qui manifestent, mais pas moins impliqués... Je reste favorable aux manifestations du samedi, mais on ne doit pas se limiter à ça. D’autres initiatives peuvent avoir lieu." Elle déplore les violences qui gangrènent le mouvement depuis plusieurs semaines.
on croit entendre Macron, sauf que lui peut compter sur la baisse d'un soutien de l'opinion qui aura été une dimension déterminante du rapport de force pouvoir-mouvement par-delà son in-unité, et de son évolution de plus en plus favorable au pouvoir en même temps que sa cote remontait, que des revendications centrales étaient reprises de l'annulation de la hausse des taxes/carburant au référendum. Les Gilets jaunes, de "la base" au sommet, auront avec constance depuis le début pratiqué le déni, à un niveau rarement atteint par le militantisme, à l'exception des ultra-subjectivistes. Reconnaître que ça baisse ? Jamais ! (@NPAofficiel sur tweeter a battu les records, à croire que ça augmentait...). Pourtant la décrue est constante depuis l'Acte 1, le 17 novembre ayant rassemblé ~ 300.000 manifestants, 7 fois plus que l'Acte 14. ~ 4000 hier à Paris pour une manifestation nationale, c'est un chiffre moyen pour une ville de 50.000 habitants, la France c'est 5.000.000 en âge de... Une mobilisation comparable à la récente grève en Inde, 10 à 15% de la population, donnerait 600.000, le double de l'Acte 1, un niveau jamais atteint par le mouvement dont on dit qu'il serait le plus puissant depuis 1968 ! Ajoutons que la CGT annonçait le 5 février ("grève générale") une « mobilisation chaque mardi », on n'a rien vu...

17 février
les Champs des illusions perdus : "Cachez ces drapeaux rouges que nous ne saurions voir" ?
bon d'accord, moi nous plus, je n'aime aucun drapeau, et celui de la CGT n'est que rouge sali, mais de là à le remplacer par un gilet jaune, périssable car pourri...
Trois mois après le début du mouvement, nouveau rassemblement de « gilets jaunes » à ParisLe Monde avec AFP, 16h40

Trois mois jour pour jour après le début de ce mouvement de contestation qui fragilise l’exécutif, les « gilets jaunes » ont poursuivi, dimanche 17 février, leur acte XIV, amorcé samedi en ordre dispersé. Ils étaient entre 1 000 et 2 000 à défiler dans le calme à Paris, a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse.

Sur les Champs-Elysées, trois cents « gilets jaunes » rassemblés depuis 11 heures près de la place de l’Etoile, se sont élancés sur la célèbre artère parisienne pour rallier le Champ-de-Mars dans l’après-midi. Vers 16 heures, la quasi-totalité d’entre eux s’était dispersée et certains projetaient notamment de retourner sur les Champs-Elysées. D’après la préfecture de police de Paris, ce premier rassemblement dominical des « gilets jaunes » a réuni 1 500 personnes.

Aux côtés de banderoles appelant à la mise en place du RIC ou dénonçant les « mutilations de civils » par les forces de l’ordre, certains manifestants brandissaient des drapeaux aux couleurs de la CGT, suscitant des crispations chez d’autres.

« Cassez-vous, la CGT ! Vous servez à rien, vous êtes les suce-boules du gouvernement », s’est énervé Julien, un Parisien de 38 ans. « Que la CGT vienne avec les “gilets jaunes”, je veux bien mais qu’ils cachent leurs drapeaux. Ils servent à rien. Si le peuple est dans la rue, c’est qu’eux n’ont rien fait. »
sucer du référendum en gilet jaune, ça vaut pas une bonne glace à la cerise : au joli mois de mai ?
Ingrid Levavasseur a été prise à partie ce dimanche lors d’une manifestation des «gilets jaunes» à Paris, sur le Champ-de-Mars. Cette figure du mouvement, qui a récemment renoncé à conduire une liste de « gilets jaunes » aux européennes, a dû être exfiltrée du cortège face à l’hostilité d’autres manifestants, indique l’AFP. Sur des images filmées par un journaliste, on aperçoit Ingrid Levavasseur vivement prise à partie, alors qu’elle est en train de répondre à une interview. « Enlève ton gilet… », lui lancent certains manifestants. « Vous êtes en train de donner une belle image du mouvement », répond, dépitée, la manifestante aux doigts d’honneur et autres insultes.
20 minutes, 18h32
européennes ou pas, nous voilà rassurés sur le féminisme ambiant, et puis hein, « Enlève ton gilet... », ça t'a un petit coté... Je me trompe ? Bon d'accord, c'est pas antisémite, dommage que Finkielkraut ne soit pas une femme, ç'aurait pu faire d'une pierre un bon coup !

16 février
contes, racontars, mécomptes et décomptes cruels
- « 41 500 manifestants en France, dont 5 000 à Paris, selon l’Intérieur. » Le Monde
1 petit 1% de la population en nâge de... ceci pour la "quantité" de Gilets Jaunes. Quant à la "qualité", en route pour le nationalisme français ou européen, version Macron ou LePen. Rappelons aux militants qui trichent sur la participation "pour la bonne cause" que c'est en vain, car n'en déplaise à Marx, l'idéologie n'est à révéler « sous l'apparence trompeuse des choses ». De là découle cette "lutte pour la vérité" dans l'esprit de Gilets Jaunes et de certains soutiens gauchistes. Perso, je ne serai JAMAIS dans votre "camp"

- "Acte 14" : plusieurs centaines de "gilets jaunes" rassemblés sur les Champs-Elysées, Europe 1
« À 14 heures, le ministère de l'Intérieur comptabilisait 10.200 manifestants partout en France dont 3000 à Paris où une foule impressionnante [?] a déambulé dans les rues. La semaine précédente à la même heure, 12.100 manifestants avaient été recensés en France par le ministère dont 4000 à Paris. » Le Figaro
même à mi-journée et sous-estimé, ça ne fait jamais que 2 pour 1000 de la population en nâge de..., ce qui commence à frôler l'insignifiant, et quand on sait de quoi est faite "l'unité" des Gilets jaunes, hormis le gilet jaune...

- RS/TC chez dndf : « et si nous en revenions à ce qu’il se passe : “nous on voudrait seulement vivre un peu mieux” ? »
Patlotch : « Vivre mieux : en France ? en Europe ? dans le monde ? ou à Marseille ? »
Dans les quartiers nord de Marseille, le débat national tourne à l’exutoire local, Le Monde, Gilles Rof, 15 janvier

A Marseille, le débat national n’a, pour l’instant, de grand que le nom. Le maire, Jean-Claude Gaudin (Les Républicains, LR), s’est contenté d’ouvrir des cahiers de doléances. Les quatre députés La République en marche (LRM) de la ville organisent, ponctuellement et en ordre dispersé, des réunions thématiques où se déplacent une poignée de citoyens, en majorité des macronistes. L’initiative de la sénatrice socialiste Samia Ghali, dans un centre social du 15e arrondissement, prend donc l’allure d’une nouveauté mercredi 13 février. A 20 heures, la salle est pleine. Pas de « gilets jaunes », mais des élus locaux, des présidents de comités d’intérêt de quartier (CIQ), des membres de collectifs citoyens et des habitants des quartiers adjacents, parmi les plus pauvres de la ville. « Il y a 200 chaises », compte l’attachée parlementaire de la sénatrice. Toutes sont occupées. Une habitante du 12e arrondissement, à une bonne demi-heure de route, note qu’elle s’est déplacée seule, « parce que [ses] voisins ont peur de venir dans les quartiers nord ».

Certaines associations invitées, elles, ont décliné l’invitation de la sénatrice, potentielle candidate aux prochaines municipales, craignant l’instrumentalisation. « J’aurais bien aimé que le maire de Marseille ou la présidente de la métropole organisent, mais ils ne l’ont pas fait », rétorque Samia Ghali. « C’est un débat national à Marseille, pas un débat local, prévient-elle en ouvrant la séance. Ici aussi, on représente la France. Quand le président propose d’échanger sur des problématiques, il faut s’en emparer. »

« Assignés à résidence »
Logement, éducation, environnement, santé, emploi… le programme est défini. Il ne sera pas tenu. D’entrée, il dérive sur les transports publics, question douloureuse dans cette partie de la ville où résident pourtant 55 % des Marseillais. Pas de métro, pas de tramway, ni de stations de vélos. Les réalités, connues de tous, s’enchaînent. Tamara Beard, parente d’élève dans une école du 15e arrondissement, remarque qu’il faut une heure de bus pour amener les élèves au Mucem, le Musée national des civilisations qui trône sur le Vieux-Port. « A quel moment les quartiers nord vont bénéficier de la même desserte que le reste de la ville ? », interroge-t-elle. Zahra Tir, ancienne de la Marche des beurs de 1983, s’exaspère de voir le ticket de transports à 2 euros : « Si on veut que nos jeunes puissent se déplacer, il faut revoir cela. » « Comme c’est un débat national, j’interpelle l’Etat, abonde le conseiller départemental socialiste Denis Rossi. Il est sollicité pour mettre de l’argent sur les transports publics et il ne peut pas ignorer que, dans le nord de Marseille, nous sommes assignés à résidence. »


La suite est réservée aux abonnés
15 février
Drouet : on ne peut être et avoir été. Le camionneur du faux délit au vrai déni
j'avais indiqué la stagnation des inscrits au groupe La France en colère !!! d'Éric Drouet, entre 309 et 310.000 membres. Il a amorcé une décrue, à 308 847
aujourd'hui en procès, il a écopé d'« un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende. Jugement rendu le 29 mars. Le 5 juin prochain, il sera jugé pour port d'arme prohibé, en l'espèce un bâton, lors de la manifestation du 22 décembre.» source. « A la barre, il conteste son rôle de leader :- "Je suis juste un relais d'informations."- "De qui ?"- "De l'ensemble des gilets jaunes". » France-Info ce matin. C'est sans doute de bonne et légitime défense, mais aussi dans la ligne de son déni d'avoir été suivi par des centaines de milliers de fans aussi portés à la démocratie directe, sans chef ni guide donc, que moi à la masturbation intellectueuse

14 février
God bless the Figures ! (que Dieu bénisse les chiffres)
«Gilets jaunes» : 8.400 personnes interpellées depuis le début du mouvement. 20 minutes
7.500 placées en garde à vue, 1.800 condamnations, près de 1.500 dossiers en attente de jugement, plus de 1.300 comparutions immédiates organisées et 316 personnes placées sous mandat de dépôt. Christophe Castaner a également affirmé que près de 1.300 policiers, gendarmes et pompiers ont été blessés.
infos 14 janvier par des GiletsJaunes : 2.000 blessés, yeux crevés, mains arrachées, mâchoires explosées, jeunes gens défigurés, Français gazés et matraqués. « En un mois de manifestations en France, il y a eu plus de blessés chez les gilets jaunes que sur l’ensemble des militaires français engagés dans des conflits à l’étranger sur les 50 dernières années !!! » « Selon les chiffres les plus récents communiqués par le Service de santé des armées, ce bilan s’élevait à 620 militaires blessés sur la seule période 2007-2016.»
« Le dernier total recensé par l'Intérieur faisait état de plus de 1.700 blessés parmi les manifestants avant l’Acte 9. « Ce chiffre inclut les blessures graves, qui est à peu près d’une centaine. Le spectre est très large : ça va de la cheville foulée aux blessures les plus importantes, et ça inclut autant des "gilets jaunes" blessés par les forces de l’ordre que des manifestants blessés entre eux, des personnes qui chutent toutes seules sur un rond-point… »
ces statistiques sont contestées par le collectif Désarmons-les !, engagé contre « les violences d’Etat », qui a recensé précisément 82 blessés graves depuis le 17 novembre. Les témoignages recueillis par ses membres lui permettent aussi de livrer une estimation du nombre total de blessures : « Il y a tellement de blessés que l’on ne pourrait pas en faire un recensement exhaustif mais 1.700, ça paraît peu, on serait plutôt entre 2.000 et 3.000 personnes, en n’incluant que les blessures dues aux forces de l’ordre. On se méfie des chiffres du ministère, qui prennent en compte uniquement les blessures recensées par certains services de santé. Il y a beaucoup de gens qui ne se font pas soigner ou alors par des médecins généralistes qui ne font pas remonter les chiffres. Le mieux, pour calculer, serait de prendre en compte le nombre de cartouches LBD tirées depuis le début du mouvement. » Euh... une cartouche LBD fait-elle toujours des blessés, ou dans une proportion connue pour être stable ?

13 février
sans soutien même passif, le mvmt très faible en nombre, va péricliter
Sondage Elabe : 56% des Français estiment que la mobilisation des gilets jaunes doit s'arrêterBFMTV 13/02/2019
64% des sondés affirment également ne plus se reconnaître dans les revendications des manifestations du samedi, selon notre sondage Elabe pour BFMTV diffusé ce mercredi.

Près de trois mois jour pour jour après le début du mouvement des gilets jaunes, l'heure est au bilan. Pour la première fois depuis le début du mouvement, il apparaît dans notre nouveau sondage "L'Opinion en direct" réalisé par l'institut Elabe et publié ce mercredi, qu'une majorité de Français, 56% des sondés, estiment que la mobilisation devrait s'arrêter.
Pour répondre à cette question, les individus interrogés ont été divisés par classe sociale. A l'inverse, ils sont 43% à estimer que la mobilisation doit se poursuivre.

Dans le détail, 80% des cadres estiment que la mobilisation devrait prendre fin, un score en hausse de 31 points en un mois seulement. Ce sentiment devient également majoritaire auprès des classes moyennes (58%, +15). En ce qui concerne les classes populaires, le souhait de poursuite reste légèrement prédominant (55%), mais recule de 10 points.

Sous l'angle politique, et en fonction du candidat choisi lors de l'élection présidentielle de 2017, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen semblent les plus enclins à vouloir que le mouvement dure (respectivement 64 et 57% des sondés). A l'inverse, les électeurs d'Emmanuel Macron sont 31% à être opposés à la suite du mouvement et 27% a y être hostiles.

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 9a1d71ea20b2f904c88c7672606e8

58% d'approbation positive
Ce mercredi, il apparaît également que l'approbation globale (soutien et sympathie) des Français aux manifestants, qui était en novembre à 75%, s'essouffle peu à peu. L'approbation de la population pour les gilets jaunes reste majoritaire (58%) malgré un recul de cinq points en deux semaines seulement. Dans le détail, 25% des sondés affirment soutenir le mouvement, et 33% avoir de la sympathie pour ce dernier. A l'inverse, 31% s'y disent opposés (16% opposés et 15% hostiles).

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Aff8e8fd3aa684b2e1c4658f813ea

Les Français ne se reconnaissent plus dans les revendications
En revanche, pour 64% des 1001 individus interrogés, les manifestations qui ont lieu le samedi sont en effet éloignées des revendications initiales des gilets jaunes. Ils sont 36% à penser l'inverse.

Dans le détail, les chiffres se divisent de la manière suivante: 82% des personnes se définissant encore comme gilets jaunes estiment que les manifestations du samedi portent encore les revendications initiales du mouvement. Pour les simples soutiens, ils ne sont que 47% à défendre cette idée.

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 9db8f50eae520509bd488e09bd928

Finalement, cette enquête est également une occasion plus globale de faire le point sur la mobilisation des gilets jaunes et de leurs soutiens. Au début du mouvement, 20% des sondés se disaient gilets jaunes, ils ne sont plus que 13% aujourd'hui, un chiffre en recul de trois points par rapport au mois de janvier.

Dans le détail, la proportion d’individus se déclarant gilets jaunes est notamment en recul de 4 points auprès des classes populaires (20%).


Sondage Elabe pour BFMTV réalisé par Internet les 12 et 13 février 2019 sur un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 3b0875f1edefe5118fc8a3e3fbf


Patlotch
Admin

Messages : 746
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Lun 1 Avr - 12:28

je rappelle que les analyses plus théoriques sont dans le fil LES LUTTES EN FRANCE vers la restructuration politique (Gilets jaunes) : les débats continués

L'AUBERGE ESPAGNOLE... À LA FRANÇAISE

au fil de l'implication réciproque pouvoir-mouvement
et toutes tendances politiques et idéologiques

1er avril
quelle tendance politico-idéologique n'est pas présente chez les Gilets jaunes ? Aucune !
on peut bien sûr parler de "récupération" plus ou moins grossière, mais le fait est là, les Gilets jaunes, tout en proclamant pour certains leur apolitisme, sont pour la plupart proche d'une tendance ou l'autre, des partis politiques ou des groupes anti-politiques. La réciproque est vraie puisque tous les partis peuvent faire ressortir, parmi les 42 revendications, certaines proches de leurs programmes

sans citer les articles, on en trouve dans toute la presse, et les blogs, en vrac :
- Marine Le Pen s'entretient avec des "gilets jaunes" réunionnais pour les remotiver
- Européennes : Philippot mise sur les Gilets jaunes pour lancer sa campagne
- Européennes: Dupont-Aignan mise sur les "gilets jaunes" pour reprendre des couleurs... le « gilet jaune » Benjamin Cauchy rejoint sa liste
- Wauquiez, Les Républicains" a manifesté plusieurs fois avec les Gilets jaunes
- Jadot (EELV) : sur la manifestation pour le climat et celles des gilets jaunes : "Fin du mois, fin du monde c'est le même combat"
- "Jean-Luc Mélenchon est fasciné par Éric Drouet", et propose, ainsi que Ruffin, une prochaine manifestation commune
- Européennes : Le PCF a plusieurs Gilets jaunes sur sa liste
- le NPA leur a fait une cour assidue (Meeting NPA jeune : de la révolte des Gilets jaunes à la révolution sociale)
- l'extrême-gauche et les écolos ont manipulés l'Assemblée des assemblées de Commercy, qui a la faveur des anarchistes et de lundimatin (Comité Invisible, Quadruppani, Guillon...)

- Drouet a voté Mélenchon aux présidentielles et dit sa préférence pour Asselineau aux européennes, comme nombre de GJ populo-nationalistes
- Nicolle (Fly Rider) a mis en avant des idées comparable (Pacte de Marakech...)
- Priscillia Ludovsky a rencontré aussi bien Macron que des Black Blocs

quant à Macron, il n'aime pas les "Gilets jaunes casseurs", mais s'intéresse à intégrer les revendications des autres dans son programme, "pouvoir d'achat" exclus évidemment les autres...
quant aux dits "casseurs", depuis le début on en a vus d'ultradroite comme d'ultragauche anarchiste, sauf le "nous" de Drouet


sur le plan théorico-idéologique, même chose, d'Alain de Benoist à la post-ultragauche dont certains "communisateurs", et naturellement le théoricien devenu naturel des GJ pour le RIC : Étienne Chouard, admiré puis lâché par Lordon et Ruffin...

bref, tout le monde s'est reconnu dans une des tendances présentes, ou l'a mise en avant par sa présence revendiquée ou non (NPA, PCF et FI oui, RN discret, comme Luttes Ouvrières...)

auberge espagnole, disais-je. jamais le mot d'ordre n'a été aussi bien réalisé :
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DtO92NPWsAUJz-J
et tout ça pour une prticipation oscillant entre 1% et et 1 ‰  de la population...

27 mars
petit bras-de-fiers médiatique entre pouvoir et reste d'un ex-mouvement social
Les manifestations de nouveau interdites samedi prochain sur les Champs-Elysées BFMTV 27/03/2019


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Dacc525055da76fcaefd6c72c215f Sébastien Bozon - AFP

Des gilets jaunes avaient déposé en préfecture une demande de manifestation sur les Champs-Elysées pour samedi prochain. La manifestation envisagée sur les Champs-Elysées ce samedi pour le 20e week-end de mobilisation des gilets jaunes va être interdite, a annoncé Christophe Castaner ce mercredi, estimant qu'il s'agissait d'une "provocation à de nouvelles violences".

"J'ai donné des instructions extrêmement précises au préfet de police pour que la demande de manifestation sur les Champs-Elysées samedi prochain, qui n'est qu'une provocation à de nouvelles violences, soit interdite",
a déclaré le ministre de l'Intérieur, entendu par la Commission des lois de l'Assemblée avec sa collègue à la Justice, Nicole Belloubet.

"Nous devons faire face à des revendications qui ne sont plus des revendications si ce n'est celle de susciter le chaos. La preuve ? La décision qui a été prise dès lundi des manifestants qui étaient sur Paris samedi dernier de revenir sur les Champs-Elysées et de nous demander que la manifestation ait de nouveau lieu sur les Champs-Elysées", a affirmé Christophe Castaner avant d'annoncer la prochaine interdiction de manifester.

Le ministre a également ironisé sur les solutions susceptibles d'être apportées pour mettre fin aux manifestations. "On sait bien qu'il n'y a pas une réponse qui va permettre de dire à ceux qui manifestent - et je ne parle pas des gilets jaunes - c'est bon vous avez gagné, rentrez chez vous...Si ce n'est la décapitation du ministre de l'Intérieur en place de Grève (place où avaient lieu les exécutions publiques à Paris) mais je ne suis même pas sûr que ça suffise"
.

23 mars
tous-ensembleu-rions jaune



la journée n'est certes pas terminée, mais comme l'écrit Libération « Il ne s'est passé qu'une semaine entre l'acte XVIII et l'acte XIX des gilets jaunes. Médiatiquement [sic], ça pourrait être une année. »

un nombre de manifestants en légère hausse mais réduit à quelques dizaines de milliers, à prévoir vu la trouille que leur ont filée Macron et sa bande, amplifiée par les mêmes médias qui avait inondé le monde des images des violences et dégradations sur les Champs la semaine dernière

moins évident, l'idée que si l'on n'a pas vu le nez d'un Black Bloc aujourd'hui, ce n'est pas à cause de son foulard ou masque mais parce qu'ils en avaient ainsi décidé ("autonomes" et "auto-organisés", mais comme un seul homme...). Résultat : des manifestations interdites et promesses tenues par le pouvoir pour les quelques centaines de Gilets Jaunes qui les ont bravées

les Black Blocs planqués peuvent être fiers et laisser la populace rire jaune. Le "mépris de classe" ne vient pas que du pouvoir mais parfois de ceux qui s'y prétendent les plus opposés, théoriciens compris, dont on attend encore les "fusées" éclairantes

superbe spectacle que le nouveau Préfet au accents de Goebbels de pacotille, et des macroneux qui défileront ce soir en plastronnant, pour avoir contenu les violences potentielles de 50.000 manifestants en France !



'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 132942-full


jouant à peine avec les faits, Castaner veut faire mentir l'impression générale qu'il donne aux Français et au monde entier :

Aujourd'hui, l'ordre républicain a été maintenu. Les consignes de fermeté ont permis de maintenir l'ordre et d'éviter des débordements. Les bonnes consignes ont été appliquées et les résultats sont là : toutes les manifestations déclarées, à Paris comme en région, ont pu se dérouler globalement dans le calme. Les tentatives de violences et de pillage ont pu être prévenues, empêchées, stoppées.


21 mars
données sociologiques utiles pour ne pas délirer, mais limitées pour comprendre
ce qui saute aux yeux, c'est que s'il est question à juste titre de pauvreté, les plus pauvres n'y sont que peu présents, qu'ils soient chômeurs, issus de l'immigration et habitant les "quartiers populaires", sans papiers ou migrants. Près de 1500€ par mois, ce n'est pas très loin du salaire médian de ~ 1.797€ , ce qui pose d'ailleurs des questions sur cette enquête comme sur son analyse. Dit ailleurs il y a plusieurs façons d'avoir des "fins de mois difficiles", et quoi qu'il en soit, cela ne dessine pas une "classe", mais une subjectivité largement partagée par ceux qui voudraient vivre "comme avant", quand c'était mieux
Qui sont les Gilets jaunes ? Portrait-robot de ces Français en colère
Henri Vernet et Charles de Saint Sauveur Le Parisien 20 mars 2019. L’enquête de l’Institut Montaigne et du sondeur Elabe que nous dévoilons souligne à quel point la crise exprime une exaspération et une souffrance sociale, partagées dans une grande partie du pays.
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 8036475_e4d9c454-4b51-11e9-983a-df4f404eddc3-1_1000x625
Les rassemblements autour des ronds-points ont soudé les Gilets jaunes. LP/Jean-Baptiste Quentin


Qui sont ces Gilets jaunes qui occupent les ronds-points, les rues chaque samedi et l’actualité, sept jours sur sept, depuis plus de quatre mois ? L’institut Montaigne, think tank de tendance libérale, et le sondeur Elabe, ont mené une vaste enquête sur les acteurs de cette fronde sociale inédite. Plus de 10.000 Français ont été interrogés, au plus fort de la crise, entre décembre et janvier derniers. Un sur cinq -21 %- se déclarait alors Gilet jaune… ils ne sont plus désormais que 13 %. En exclusivité, Le Parisien-Aujourd’hui en France, vous dévoile leur portrait-robot.

La galère des fins de mois
Largement plus que la moyenne de nos concitoyens (à 65 %, contre 48 % chez les Français en général), les contestataires peinent à joindre les deux bouts. Beaucoup sont à découvert dès le 17 du mois… sinon en permanence. Ils traquent les prix les plus bas pour s’acheter de quoi manger, et plus encore pour s’habiller. Sept Gilets jaunes sur dix avouent même avoir différé ou renoncé à des soins médicaux ! Déjà sur la corde raide -bien que les actifs soient majoritaires dans le mouvement et les ouvriers surreprésentés par rapport à la moyenne nationale-, leur situation financière, affirment-ils, s’est en plus dégradée au cours de la dernière année.


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 85bc6ce8-4b50-11e9-983a-df4f404eddc3_1

Fait significatif, les femmes (qui tiennent souvent le budget du foyer) sont particulièrement actives dans cette révolte. Et les mères seules élevant un enfant figurent depuis le début en première ligne sur les ronds-points. « Les Gilets jaunes sont dans le paroxysme des souffrances sociales que ressentent les Français, constate Bernard Sananès, directeur d’Elabe. C’est pour ça qu’ils ont reçu d’emblée un tel soutien. »

Un très fort sentiment d’injustice
Ces Français qui se revendiquent Gilets jaunes ressentent encore plus que les autres le choc des inégalités (à 87 %, contre 80 %… ce qui est déjà colossal). « Pas nécessairement les inégalités de revenus, précise Laurent Bigorgne, patron de l’institut Montaigne. Mais les inégalités de tous les jours, qui font se demander si son enfant est dans la bonne école, si on accède au bon médecin spécialiste à l’hôpital, si on va avoir la bonne formation professionnelle, les bons moyens de transport. Bref, ils se révoltent contre les inégalités d’accès, contre ceux qui ont tout parce qu’ils ont les bons réseaux. »

Au total, le sentiment qui domine est que la promesse d’un service public de qualité pour tous, n’est pas tenue. Pas étonnant, dès lors, qu’un « Gilet jaune sur deux considère que les impôts et les taxes qu’il paye sont inutiles (51 % contre 35 %) », révèle l’étude Elabe-Montaigne.

Gilets des champs… et des villes
À ce sentiment d’injustice sociale criant s’ajoute une autre coupure, maintes fois commentée : la fracture territoriale. Là où le mouvement s’est le plus implanté, c’est le long d’une « diagonale du vide » qui part des Ardennes, bifurque en Haute-Normandie, traverse le Massif central et atteint les Hautes-Pyrénées. Logique, dès lors, que cette crise du pouvoir d’achat ait fait florès chez ces citoyens ultra-dépendants de la voiture… donc du prix du carburant.

Reste que si beaucoup vivent dans des communes rurales et dans les villes de moins de 20 000 habitants, où ils ont tenu des ronds-points tout l’hiver se relayant autour des braseros, les gilets sont présents « partout sur le territoire », note Sananès. « Dans les banlieues, les agglomérations, même en Île-de-France, où 17 % des personnes sondées ont porté en étendard la chasuble fluo. »

Défiance envers les politiques
Phénomène très observé, cette solidarité, aussi soudaine et spontanée, qui a surgi autour des ronds-points. Pour 47 % des Gilets jaunes, le seul acteur en qui ils ont confiance, sont « les gens qui vivent autour d’eux ». « Des gens qui sont et qui parlent comme nous », développe le patron d’Elabe. Côté politique, s’ils ont relativement confiance dans les maires -ainsi que dans les associations- ils rejettent en revanche les responsables nationaux.

Laurent Bigorgne se dit frappé par « un phénomène de sécession politique : ils les jugent inefficaces dans tous les domaines, et n’attendent rien d’eux ». Pas plus du grand débat, d’ailleurs. Pour ces abstentionnistes, et pour ceux qui votent, proches des partis extrêmes -surtout le RN de Marine Le Pen-, le rejet de Macron est sans retour. L’Europe n’a pas plus la cote : 61 % d’entre eux jugent que l’UE apporte plus d’inconvénients que d’avantages, alors que ce sentiment est minoritaire dans l’ensemble de la population.

Même si cette crise, exceptionnelle par sa durée, ne mobilise plus autant, l’enquête est, de ce point de vue, sans ambiguïté : les fractures, les blessures et l’exaspération qu’elle exprime ne sont pas près de se refermer.

Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Sam 6 Avr - 18:40


un des "événements" saillants de l'Acte 21 des Gilets jaunes...


Patlotch a écrit:certes "bon enfant" mais globalement lourdingue pour ce que j'ai entendu, mais yen a que ça emballe, du côté de lundimatin, Guillon, Quadruppani and Co. Pour le fun, preuve que c'est sans leader ni "orga verticale", démocratiquement "horizontal", leur compte tweeter @radioparleur ne manque pas de mettre en copie :

@RaquelGarridoFr @LarrereMathilde @naklabic @cortegedetete @edwyplenel @LNFranco_FI @dan_mdpt @MDPSaintNazaire @EnDebout @GiletsJaunesGo @GJaunes @GiletJaunePower @TeamIsaAttard @Simonnet2 @d_schneidermann @LaFeteaMacron @Francois_Ruffin @BouloGiletJaune @J_Rodrigues_Off  @Fakir_ bref, toute la démo-shère qui n'a plus rien de démocratique radicale, il faut bien mettre du jaune dans son vain...


Radio-Parleur a écrit:L’Assemblée des Assemblées de Saint Nazaire est la deuxième du genre. Après une première édition à Commercy en janvier, 250 délégations et 800 Gilets Jaunes se sont retrouvé·es en Loire-Atlantique. Au programme, des discussions sur la stratégie, la répression ou les actions à mener.

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Photo_2019-04-06_15-15-10-1068x647

Le mouvement s’essouffle, les Gilets Jaunes se découragent et ne parviennent pas à s’entendre sur des revendications communes. En se promenant dans les allées de l’Assemblée des Assemblées Gilets Jaunes de Saint-Nazaire, la petite musique gouvernementale sonne bien faux. En effet, les centaines de Gilets Jaunes venu·es de toute la France ne sont pas prêt·es à baisser les bras et cherchent à passer la vitesse supérieure. Pendant une heure de libre antenne, certain·es d’entre elles et eux viennent nous raconter l’histoire de leur rond-point, et ce qu’ils viennent chercher à la Maison du Peuple ce week-end.

Une émission enregistrée en direct, animée par Violette Voldoire et Victor Audubert, avec  :

- Kylian, Gilet Jaune de Saint-Nazaire et bénévole à la Maison du Peuple
- Jérémy, délégué du canton de Fayence dans le Var
- Sophie, déléguée de Luçon en Vendée
- Eric, bénévole à la Maison du Peuple dont le fils a subi un tir de LBD40 à la tête, le 29 décembre dernier
- Claudia, observatrice de Saint-Nazaire
- Nordine, délégué de Bayonne
- Adel, Torya et Corinne, délégué·es de Rungis
- Richard, délégué de Redon

Pour suivre la journée en direct, vous pouvez également lire notre article, mis à jour régulièrement tout le week-end

pour mémoire, c'est la suite de l'Assemblée des assemblées de Commercy dont Reporterre avait donné un compte-rendu très "la démocratie pour la démocratie" : Près de Commercy, l’assemblée des Gilets jaunes refonde la démocratie, 28 janvier 2019 / Pascal Hennequin et Hervé Kempf

Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Sam 13 Avr - 17:17


SERVICE MINIMUM
(en raison d'un arrêt de manif d'une certaine catégorie de personnels...)
Patlotch a écrit:sommaire :
- 13 avril : Auvergne-Rhône-Alpes, 8 millions d'habitants, manif régionale 600 à Roanne, ma bonne ville...
- 12 avril : ne ratez pas RONDS-POINTS II, le nouveau film des Gilets Jaunes !
13 avril
300 Gilets jaunes à Roanne pour le rassemblement régional
qu'on se rassure, le leader local des GJ, boulanger-pâtissier à la retraite [un prolo à la Jacques Duclos !], « engagé dès le mois d’octobre au sein de la Révolte en marche contre la limitation de la vitesse à 80km/h, » et  qui regrette le départ du général de Gaulle et Macron sous directive américaine, comptait plus de 5 millions de manifestants le 17 novembre en France. Alors aujourd'hui, il en trouvera bien 50.000 à Roanne, autant que d'habitants dans la ville... Il a« créé les Citoyens libres du grand Roannais [pour] faire tomber la Ve République et instaurer la 1ere Démocratie. »[/i]
ajoutons ce morceau d'anthologie complotiste : « Ce qui m’a réveillé, c’est le 11 septembre 2001. Je me suis éloigné du discours officiel. Et j’ai trouvé de vraies informations sur ce qui s’est passé ce jour-là sur des sites alternatifs. »

Le rendez-vous des Gilets jaunes de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans la ville ligérienne semble avoir du mal à prendre en ce début d'après-midi, alors que d'autres manifestations sont organisées à Lyon notamment. [1000 à 2000 selon les sources]
L'appel au rassemblement régional ne semble pas avoir été très suivi. Seules 300 Gilets jaunes aurhalpin [sic] y avaient répondu en début d'après-midi, dans les rues de Roanne, comme le rapporte Le Progrès. La manifestation a été déclarée en préfecture, suivant un tracé de 6,5 kilomètres qui contourne le cœur de ville commerçant. Ce qui n'a pas empêché les boutiques de se barricader, craignant la casse.

Mise à jour 14h55 : Ils seraient désormais 500 à 600 à défiler dans le calme et la bonne humeur à Roanne

La faible mobilisation à Roanne peut s'expliquer par l'organisation d'autres rassemblements, ailleurs, à Lyon notamment. Entre Rhône et Saône, où le préfet a pris un arrêté d'interdiction de manifester dans un périmètre restreint de la Presqu'île les Gilets jaunes se sont donnés rendez-vous à 14 heures, sous le bouquet de fleur de la place Antonin Poncet. Après l'opération escargot du matin, sur le périphérique, et le rassemblement pour le droit de manifester de la mi-journée, place  Louis Pradel.
12 avril
ne ratez pas
RONDS-POINTS II
le nouveau film des Gilets Jaunes !
Patlotch a écrit:ça vaut ce que ça vaut, mais c'est intéressant, et ça plaira aux tenants de cette forme,"les émeutes des ronds-points" *(Joshua Clover. C'est très ouvert, à preuve ce restaurant algérien sert des plats halal dans un cadre de bistrot, pas auberge espagnole, donc, mais promesse de frites : Acte 22, v'la les flics !)

* à croire qu'il a guère de véritables émeutes à mettre sous la dent de sa théorie Riot-Strike-Riot pour en voir dans ces rassemblements certes illégaux mais pour la plupart Ô combien paisibles hors quelques débordements produits et les interventions de la police

Opinion Internationale est en mesure de révéler qu’une réunion secrète de gilets jaunes, à l’initiative et en présence d’Éric Drouet, a eu lieu hier mercredi à 20h dans un restaurant parisien (Les quatre frères) dans le Xème arrondissement en présence de quelques rares médias.
Les débats visaient à déterminer les suites de leurs actions, à affiner leurs revendications et la médiatisation du mouvement.

D’autres figures des gilets jaunes comme Priscillia Ludosky, Maxime Nicolle ou Sophie Tissier, n’ont pas pris part à cette réunion très discrète. On peut tout de même souligner la présence de l’avocat Philippe de Veulle qui défend notamment le gilet jaune Jérôme Rodrigues.

Selon nos informations, certains participants souhaiteraient lancer un appel à l’occupation des ronds-points, récemment désertés ou détruits par les forces de l’ordre.

Cette réunion nocturne se tenait le jour même où le Sénat avait annulé la rencontre prévue avec cinq gilets jaunes, dont Eric Drouet, en invoquant des motifs de médiatisation excessive et des risques de trouble à l’ordre public.

D’autre part, le 20 avril prochain, présenté comme « Ultimatum II » après le samedi de terreur sur les Champs-Elysées le 16 mars, s’annonce comme une journée très chaude et violente : des black blocks de toute l’Europe comptent venir à Paris renforcer les troupes des gilets jaunes et occuper différents points stratégiques, pour contourner les zones interdites.


Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Jeu 2 Mai - 22:58

2 mai 2019

1er mai
LA GRANDE PARADE À RE-COMMENSER
"commensalisme" pour tous les pas contents



Patlotch a écrit:non, je n'ai rien à ajouter après l'"Acte ultime" du 1er mai,  si j'ose dire conforme à mes attentes de con-divergenceen "toutes matières", comme on dit du RIC, de l'Hôpital du Salpètre hier qui se fout de la charité de Castaner, de la grenade tombée aux pieds de Martinez c'est jeté, des Climato-Inquiets un peu plus loin..., pour les chiffres comptez pas sur moi et pour les détails voyez la presse démocrassie

et puis, suggestion d'Anonyme" chez dndf, relisez Lisbeth Salender le 17 mars
Lisbeth Salender a écrit:il reste une impression étrange tout de même: il semble que cette partie « armée » [les Black Blocs] ne fasse pas complètement partie de mouvement : sociologiquement différents, ils portent visiblement un projet politique très radicalement différent voire incompatible avec les revendications principales du mouvement : ils se battent un peu les couilles du RIC, du retour de l’ISF et du déclin des classes moyennes en danger de prolétarisation…
Du coup, on pourrait les voir comme opportunistes, parasites quoi.
Mais non, il faudrait peut-être plus parler de commensaux : tout le monde y trouve son compte. Le mouvement des gilets jaunes, de par son coté incroyablement polymorphe (mais toujours revendicatif et radicalement démocrate, ce n’est pas une insulte !) offre un théâtre qui n’en finit plus d’emmerder l’Etat à la manœuvre et donc une scène permanente ou les BB peuvent venir jouer leur partition pour leur propre compte insurrectionnel. Le planning des festivités est décidé hors d’eux et ils sont très assidus, à Paris, le samedi.
Patlotch a écrit:à par ça ? Non, toujours rien de passionnant, le moment présent est à l'installation du macronisme, un long fleuve d'intranquillité : yoyo LREM-FN en tête des sondages pour les européennes, une opposition confrontée à son impuissance aggravée et qui fait flèche de Notre-Dame de tous bois dont on fait les flûtes du French Pan-Pan... un État qui pour ainsi dire se privatise dans la restructuration approfondie par Macron avec sa conférence de prêche..

rien ne presse en attendant la crise, mais... il ne se passe rien d'intéressant ? Cherchez bien, cherchez mieux, et prenez garde, nous avons sous les yeux des changements importants et le pouvoir est remarquablement en phase avec la période générale, sur tous les plans et terrains. je pense qu'il anticipe la crise économique

n'attendez plus d'explications de ma part, je les ai déjà données, mais comme tout ça tombe à plat dans l'indifférence généreuse, je retourne à mon pain sur la planche (j'ai ajouté deux cordes à mon arc de six, et je m'en retourne tailler les flèches dont on ne fait rien. Si, de la musique, peut-être, parfois, un jour, sait-on jamais, on n'est pas sérieux quand on a mon âge. Bonne route à tous et toutes)

28 avril
être ou ne pas être
CONDIVERGENT
Patlotch a écrit:
1er MAIS...
LA CON-DIVERGENCE DES LUTTES

c'est un nouveau con-cept. Pour l'expliquer aux nul.le.s je joins un article et quelques images pour les plus ou moins sages

"Défilés du 1er-Mai: La question de la «convergence» entre syndicats et gilets jaunes divise toujours" @20Minutes


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 D5QQaIxW0AAigRa

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Divergence-Amanda

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 S206_blk1_part5_f4_05.eps

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Convergence-divergence

27 avril
acte 24
ULTIMITÉ SANS FIN
après l'échec de l'«ultimatum » et en attendant l'« acte ultime »
et de la pratique à la théorie
CHACUN APPORTE ET REMPORTE SON menu MENU


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 55628824_994864124037770_7227756817533632512_n.jpg?_nc_cat=102&_nc_ht=scontent.fmad3-5
Patlotch a écrit:à l'auberge espagnole à la française, on héberge tout et son contraire, ce qui fera apprécier ce titre de 20 minutes : «Gilets jaunes» acte 24 La convergence des luttes au cœur de la mobilisation..., et que ce 24e épisode du feuilleton inter-minable soit nommé « acte ultime »

de l'auberge, les théoriciens (so called car pour ce qu'il en reste...) retirent aussi la prétendue justesse des présupposés avec lesquels ils ont observé et analysé le mouvement depuis le début, tel Temps Critiques dans sa dernière (mais jamais ultime) livraison : Gilets jaunes : une résistance à la révolution du capital, dont voici la chute (sic) :

Temps Critiques a écrit:Ces remar­ques sur les Gilets jaunes comme révé­la­teurs de la révo­lu­tion du capi­tal pour­raient être pour­sui­vies, mais on voit déjà que ce mou­ve­ment est por­teur d’une puis­sance de connais­sance et d’action sus­cep­ti­ble d’ouvrir des voies vers une sortie du monde du capi­tal
il faut dire que l'état de la critique radicale française n'était déjà pas brillant avant "l'événement" ("un avant et un après..." bla bla bla), mais que l'on peut constater combien elle aura été, d'une façon générale pour l'ensemble de la post-ultragauche théorique, à côté de la plaque, des faits dans leur ampleur et contenus sans d'ailleurs pouvoir accorder ses violons dingues voire violents procédés y compris sur le terrain virtueur d'Internet

comme souligné tout au long de mon suivi plus théorique concernant l'implication réciproque politique en pouvoir d'État (en tant que gouvernement) et mouvement (en tant qu'opposé à l'État mais pas dans son essence capitaliste), la tendance critique fut à oublier un des deux acteurs de ce "bras de fer" ô combien piégé, ce qu'on observe encore dans l'incapacité à prendre en compte les décisions de Macron, bien réelles et concrètes dans leur application prochaine (cf le sujet LE GRAND DÉBAT, grand blabla 'démocratique', mais encore ?

le grand écart entre dogmes divers rencontrés au sein de cette post-ultragauche se creuse encore avec la réalité, surtout rapportée à la situation mondiale, à laquelle les Gilets Jaunes n'échappent certes pas, mais dont l'ampleur et le contenu de la lutte est peanuts relativement à d'autres en cours, y compris dans le registre de la violence employée de part et d'autre (un critère simple est de compter les morts...)



déjà décalé avec son temps à l'origine de ses thèses remettant en selle une révolution qui n'était plus, dans les années 70, qu'un concept de papier* (comme on disait des tigres), l'ensemble de ce milieu, sclérosé sur ses "acquis", n'inventant plus rien, recycle à chaque événement son credo. À leur âge (les plus jeunes étant vieux dans leurs têtes) il faut bien que la foi les sauve, ou la pétanque, mais attention, car la production de cochonnets est menacée par une chenille. Bah, il en existe en plastique, un de plus ou de moins dans le Port de Marseille ou sur les quais lyonnais du Rhône...
voir CRITIQUE DU CONCEPT DE RÉVOLUTION

et rien ne nous fut épargné... Pour mémoire, de la fatboule tricolore à la guitare de la jaunisse à l'idée...


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Francis-lalanne-avec-gilet-jaune-lors-concert-exceptionnel-bateau-theatre-nez-rouge_width1024


aller, bonne "ultimité" à tous et toutes, je retourne à ma besogne de guitareux

21 avril
Acte 23
SERVICE MINIMUM POUR UN ULTIMATUM RATÉ

Patlotch a écrit:je passe la parole à Jean-Louis Roche, prolétaire du Prolétariat Universel qui, après le mal qu'il s'est donné ces dernières semaines pour justifier son enthousiasme de  quatre mois pour ronds-points et manifestations, tente de se faire pardonner... Je lui pardonnerai moi ses raccourcis, notamment à propos de Blacks Blocks qui ne seraient qu'"infiltrés par la police", car ayant visionné l'interview de la Blackette en jaune après son gazage dûment provoqué, je dois dire qu'elle m'a passablement gonflé aussi
L'arrogance de mademoiselle Priscillia Ludosky
Jean-Louis Roche, Le Prolétariat Universel, 21 avril 2019
Jean-Louis Roche a écrit:Pour l'acte 593 on veut toujours le HIC. Il y a quelques jours le Figaro titrait « le difficile retour à l'anonymat des figures du mouvement ». Ils pourraient titrer maintenant : « Les figures gilets jaunes commencent à nous gonfler », et j'ai fait ma petite enquête parmi mes frères prolétaires (pour qui ce n'est pas un mot grossier). Après Drouet et son « vous allez voir ce que vous allez voir » adressé au gouvernement (Ultimatum II pschitt), notre brave démocrate Priscillia s'est pris un jet de gaz dans la tronche pour avoir voulu faire la maline face à un cordon de CRS. A l'image on la voit s'approcher, commencer par humilier les grouillots de base en demandant à parler à un haut responsable, faire mine de bousculer forte de son autorisation à manifester jusqu'à 22 heures et de sa notoriété en berne. Elle s'entend dire « cassez-vous » et « on s'en branle ». Le jet de gaz part du rang arrière. Elle va se faire soigner par un street medic. Elle est ensuite interviewée par divers médias à l'affût du fait divers, dont BFM.

C'est pas bien ce qu'a fait la police, elle va donc porter plainte (la police anti-émeute est sans doute là pour garder les moutons). Après la « justice fiscale » son nouveau cheval de bataille va-t-il être la « justice policière » ? Mais le pire suit. Elle monte sur ses ergots et explique que tout est écrit, CLAIREMENT ET DEFINITIVEMENT dans la plate-forme de sa bande, il n'y à qu'à la lire, rien à changer : baisse des taxes, référendum démocratique, justice fiscale où vous êtes tous concernés, dans toutes les branches, vous aussi les journalistes... ».

L'encravaté de BFM ose lui demander si elle est représentative, si elle a été élue. Elle ne se démonte pas d'un poil : « la plupart de ceux qui ont peur de venir ne sont pas là, mais ils sont d'accord avec nous, nous avons une grande popularité, c'est clair ». Et la casse ? « C'est le problème du gouvernement dans ce genre de circonstances c'est inévitable ». Elle a la faconde, la réponse à tout de n'importe quel bonze syndical qui pour faire radical se félicite de n'importe quelle barricade; elle se croit, elle est au-dessus du lot. Elle est célèbre donc elle est chef, non plus banale entrepreneuse mais porte-parole de la France entière en colère, en bleu-blanc-rouge et en lutte pour un capitalisme propre et surtout « démocratique ».

Paris n'a pas été mis à feu et à sang comme le rêvaient les plus excités et notre chauffeur routier teweeteur. Les chiffres sont totalement fantaisistes et aléatoires, on nous annonce 30.000 contrôlés pour 9000 manifestants. Le gouvernement a bien réussi stratégiquement son pari après l'incendie de NDDP. Le petit jeu hebdo est rentré dans les mœurs comme les défilés syndicaux naguère, la population vaque à ses occupations et se fiche de la corporation gilet jaune.

L'ultimatum II a non seulement été coincé sur la place de la
République (démocratique-tique, sic!), mais – car j'avais coupé le son des commentaires débiles (profonds) des laquais et des propagandistes officiels – les images pouvaient parler d'elles-mêmes au public : encore des magasins défoncés avec pillage (les bouffons black blocks sont facilement infiltrés
et drivés par des taupes policières), CRS attaqués, humiliés, et encouragés à se suicider, suant sous leurs carapaces blindées, face à cette bande de charlots bobos courant en tous sens, plans visuels montrant un aspect éparpillé et dispersé des manifestants... Comme je l'ai déjà constaté les derniers mohicans gilets jaunes se chargent de se ridiculiser eux-mêmes avec leurs revendications bourgeoises et en soutenant la casse ridicule des anars pilotés par des flics infiltrés.

L'arrogance des gilets non pas historiques mais « hystériques » a un aspect facho (les djeuns représentants du RN se sont bien gardés de critiquer la PL). C'est sûr la reconversion dans la modestie de leur petit univers marchand et corporatif des boutiquiers Priscillia, Drouet, Rodriguez et Fifi Rider sera dure (même s'ils ne finissent pas tous au RN avec leur façon de faire déjà très autocratique), parce que nous les prolétaires on ne les considère que comme les représentants de la petite bourgeoisie versatile, flouée par la grande, l'incorrigible grosse vache financière et macronienne. Ils gémissent et aboient encore mais la caravane de l'Etat passe et repassera, et se moque de ces singes qui regrettent le temps antique où l'impôt n'avait pas été encore inventé.

Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Mer 15 Mai - 3:04

15 mai
JE THÈME, UN PEU, BEAUCOUP..., À LA FOLIE, PAS DU TOUT
Drouet effeuille la vérité :
« Arrêtez avec vos manif déclarer à thème. Les gilet jaune c'est pas Disneyland. »
Patlotch a écrit:déjà une semaine sans nouvelles des Gilets Jaunes de ma part et personne ne proteste !? Heureusement que Drouet est là pour veiller au grain de sable, car personne n'arrive à mes yeux à la paille d'apôtre du mouvement qu'il est, opiniâtrement et mordicusement comme disait le grand Dac Pierre, depuis le grand début sans grand débat

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 DwTKO3XXgAAwP8p

"Dégoûté" par les gilets jaunes, Drouet appelle à arrêter les manifs thématiques "à la con", Anthony Berthelier, Huffpost 14/05/2019
"Le thème de la semaine prochaine c'est 'comment se faire enfler par Macron en quatorze étapes'?"
“Attrape-nous si tu peux”, “contre la hausse du carburant avec les femmes en tête”, “pas de glyphosate dans les champs” ... sur Facebook, l’acte 27 des gilets jaunes, prévu ce samedi 18 mai, a déjà ses différents mots d’ordre. Comme depuis le début du mouvement, les organisateurs rivalisent d’imagination pour nommer leurs manifestations et donner l’illusion d’un renouvellement.

Et ça commence à agacer Éric Drouet. Le créateur du groupe Facebook le plus suivi du mouvement, devenu figure de proue de la fronde après sa rencontre avec François de Rugy et ses débrieffing vidéos particulièrement populaires, fustige l’évolution de la contestation. Il regrette notamment de voir toutes les manifestations désormais déclarées et souhaite arrêter “les cortèges à thèmes.”

“D’un point de vue personnel je ne cautionne pas du tout toutes ces marches qui deviennent de plus en plus ridicule”,
expliquait-il dans un live Facebook diffusé dimanche 12 mai, comme vous pouvez le voir ci-dessous en prenant soin de ménager “ses amis” à l’origine de ce genre de rassemblement.

“On s’écarte des revendications, on s’écarte de tout et on les fait chier nulle part”, fulmine Éric Drouet avant de parler de “ras le bol général de tout le monde”: “plein de gens, et j’en fait partie, sont en train d’être dégoûtés du mouvement. »

Le chauffeur-livreur se montre de plus en plus exaspéré par la situation au fil de la vidéo. “Le thème de la semaine prochaine c’est ‘comment se faire enfler par Macron en quatorze étapes’?”, lance-t-il avant de trancher: “c’est trop là, ça y est on arrête les conneries.”

“Pour ma part ce n’est pas comme ça que je vois le mouvement”,
ajoute encore le gilet jaune avant d’appeler toutes les “figures” à se réunir pour planifier la suite de la mobilisation et “se raccorder les violons.” Lui estime que les contestataires doivent se réunir à Paris ou dans les grandes villes pour des défilés massifs et éviter ainsi l’éparpillement.

Ce n’est pas la première fois que le créateur de la page “La France en colère!!!” s’en prend publiquement à ses collègues meneurs de la fronde. Éric Drouet et Pricillia Ludosky s’étaient notamment opposés sur les réseaux sociaux à propos d’une sombre histoire d’appellation de pages Facebook. Les deux s’étaient ensuite réconciliés au moment de la blessure de Jérôme Rodrigues, une autre figure de la contestation. “J’invite toutes ces personnes à se voir, essayer d’avancer et mettre les egos de côté”, plaide encore le leader non déclaré.
ce qui échappe à ce gros benêt jaune de Drouet, c'est que le "ridicule", dont il fut un leader comme ses acolytes Nicolle et Ludosky, était dans la nature de ce mouvement par le "signifiant flottant" du Gilet qui pouvait habiller tout et son contraire, donc se faire rhabiller tous ceux qui le portaient par leur souverain ennemi préféré, Macron Premier. Les "thèmes" sont même là dès la liste-inventaire sans Prévert des 42 revendications présentées en janvier, s'ajoutant alentour celles des plus radicaux de tous les camps, de l'extrême-centre à l'extrême onction de l'ultra-droite et de l'outre-gauche activiste. En pratique, quelle partie de parti ou groupe militant aura refusé l'habit du moine-soldat ou du moine-scribe, démontrant son impuissance autant que son opportunisme ? Le Gilet ou la Gilette jaune d'en-bas s'est fait rhabiller autant par ses soutiens que par les soutiers gauchistes du mouvement, en commençant par Commercy le commerce du prosélytisme...

voilà pour réveiller la mémoire des figures de Proust du mouvement, auxquels la madeleine vient servir déboires

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 IStock-873336656-1024x576

8 mai
LE COÛT DU CARBURANT EN MARCHE
la "baisse des taxes" nous fait une belle jambe

Patlotch a écrit:pas très nouveau sous le soleil qui se fait attendre comme le printemps de la vie pas chère, et belle ironie du sort pour la revendication à l'origine du mouvement des Gilets Jaunes... En France on n'a pas de pétrole mais des drôles d'idées...

Le 17 novembre 2018, les "gilets jaunes" avaient manifesté dans toute la France pour protester contre la hausse des prix du carburant, marquant le coup d'envoi d'une mobilisation populaire inédite.
'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 3b6c7fa0-6f60-11e9-b70b-68c513498a32_1
image ajoutée
Le passage à la station service refait trembler les Français. Depuis le début de l'année 2019, les prix de l'essence sont très largement repartis à la hausse (18 centimes pour le sans plomb 95, 10 centimes pour le gazole), selon les derniers chiffres officiels publiés lundi 6 mai par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Selon ces données hebdomadaires, la tendance depuis la fin du mois d'avril est cependant à la stagnation, voire à la baisse pour certains carburants.

voir le graphique des coûts depuis octobre 2018 : Evolution des prix des carburants d'octobre 2018 à mai 2019

Dans le détail, le litre d'essence sans plomb 95 (SP95) a atteint en moyenne 1,5802 euro à la pompe, un niveau qui n'avait plus affiché depuis 2013. Le sans plomb 95 contenant jusqu'à 10% d'éthanol (SP95-E10), en hausse de 0,21 centime par rapport à fin avril, affiche quant à lui 1,5575 euro le litre, soit un niveau supérieur (un peu plus d'un centime) à celui d'il y a huit mois.

Le gazole se maintient
Le sans plomb 98 (SP98), en baisse de 0,28 centime par rapport à la semaine passée, est à 1,6374 euro le litre, soit près de 17 centimes de plus qu'au début de l'année. C'est également plus d'un centime de hausse par rapport à octobre 2018, à l'aube du mouvement populaire des "gilets jaunes".

Quant au gazole, le carburant le plus vendu avec près de 80% des volumes, il s'affiche en moyenne à 1,4778 euro le litre au 3 mai, en baisse de 0,40 centime par rapport au précédent relevé. S'il a fortement augmenté depuis janvier, son prix reste tout de même bien inférieur (plus de quatre centimes) à celui d'octobre dernier.

Production limitée de l'Opep
Quel que soit le carburant observé, les prix remontent depuis le relevé du 4 janvier 2019. Ils enregistraient alors une baisse continue depuis novembre 2018 et le début de la mobilisation des "gilets jaunes", un mouvement justement initié par la colère des automobilistes face à cette flambée des prix. A l'époque, le gouvernement avait suspendu puis annulé la hausse de la taxe carbone prévue pour 2019.

Outre les taxes, les prix des carburants à la pompe varient en fonction de plusieurs paramètres : le cours du baril de pétrole, le niveau des stocks de produits pétroliers, le taux de change euro-dollar et la demande. Les cours du brut sont sur une trajectoire ascendante depuis le début de l'année, avec une limitation volontaire de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses alliés, ainsi que des difficultés dans plusieurs pays (Venezuela, Iran, Libye...)

5 mai
ON N'ARRÊTERA PAS UN GILET-JAUNISME...
QUI MARCHE...
Patlotch a écrit:comme relevé dans ce qu'il a de plus "ultime", et "commensal"* selon le mot de Lisberthe Salender repris pas Anonyme/Pepe, le "mouvement" va du mou électoraliste au dur de la radicalité, la sienne ou celle des vrais radicaux anarcho-activistes Black Blocs

* « Du latin "cum" ("avec") et "mansa" ("table"), qualifie une espèce, animale ou végétale, qui se nourrit des déchets d'une autre espèce. Se dit d'une personne qui profite de la table des autres. » Le rapport avec l'auberge espagnole s'impose...

il peut le 1er mai apporter aux "troupes syndicales"  traditionnelles les masses qui lui manquent tout en conspuant les syndicats comme impuissants et ses leaders comme des chefs qu'ils ne veut pas voir chez les siens (Drouet, Ludosky, Rider...), être apolitique tout en constituant des listes pour les élections européennes ou voir certains de ses costumés sur celles de tous les partis de l'extrême-droite à la gauche du PS, hormis les macrolistes des macronistes...

pas surprenant donc d'observer maintenant la version domienne, "indigéniste", du gilet-jaunisme qui se pare ainsi de la couleur outremer, euh, pardon, "ultramarine". Est-ce à y perdre son drapeau bleu-blanc-rouge, pas sûr... Tout ce beau monde manifeste surtout une chose, c'est qu'il reconnaît l'État et même sa version la plus monarchiste, le présidentialisme, sans quoi il ne demanderait pas la démission de l'Archange Emmanuel de Sainte Charpente de Notre-Drame idéologique français
En marche... pour les réparations
France-Guyane - 27.04.2019
ici FA c'est pour France-Antilles, pas Fédération anarchiste...

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 5f22bd676e6f3b9c128cf1eed21e6069

Le Mouvement international pour les réparations demande de reconnaître la bulle papale de Nicolas V comme la référence idéologique pour la déshumanisation et la réduction à l’esclavage des peuples noirs d’Afrique. Mardi, une marche nocturne est partie de Kourou pour appuyer cette revendication. Cette marche doit être relayée dans tous les territoires des Outre-mer. Elle passe par la Martinique et la Guadeloupe.

Ils étaient environ une dizaine à braver les intempéries entre Kourou et Rémire-Montjoly mardi à la tombée de la nuit. L’objectif était de marcher pour les réparations, à l’initiative du Mouvement international pour les réparations (MIR).

Les revendications traditionnelles de ce mouvement s’articulent généralement autour des réparations liées à l’esclavage des Nègres, au génocide amérindien et au génocide africain. Le MIR entend cette fois exiger la reconnaissance de la bulle papale de...


L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés

Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Mer 29 Mai - 18:51


GRIVEAUX, BEAUVEAU et BEAUX VEAUX
procès sans grimoire pour mémoire


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Arton14389
Patlotch a écrit:
"Je ne savais pas que c'était un bâtiment officiel"
Ces "gilets jaunes", âgés de 21 à 54 ans, tous équipés de masques "contre les lacrymos", sont tombés sur le transpalette quelques centaines de mètres avant l'entrée du ministère, alors que le cortège venait de se diviser, et sont montés dessus d'abord pour "klaxonner et mettre l'ambiance", raconte Thomas, 22 ans. Ils essaient même de "scotcher le klaxon" avec du sparadrap, en vain. L'un d'eux trouve alors les clefs de l'engin, cachées à proximité du volant, et c'est Romain, 24 ans, employé dans une entreprise du bâtiment qui prend les commandes. C'était "dans le feu de l'action", dit le jeune homme originaire du Nord aux policiers. "On criait, on faisait les cons, je ne savais pas que c'était un bâtiment officiel." Jonathan, qui a filmé toute la scène, est sur la même ligne : "Aujourd'hui, je me rends compte des problèmes que ça cause. Mais sur le moment, j'étais dans l'euphorie, je n'ai pas réfléchi."

Pourtant, Thomas, "gilet jaune" assidu, 13 manifestations à son actif au moment de son arrestation, raconte avoir entendu quelqu'un crier : "Défonce la porte d'un monument de la France !" Le conducteur, lui, assure n'avoir rien entendu. "On m'a désigné la porte et bêtement je l'ai enfoncée", assure-t-il. "La porte a pris cher", conclut Thomas. La seule femme qui comparaît, Sylvie, 47 ans, qui a gardé le silence tout au long de sa garde à vue, est aussi poursuivie pour des dégradations commises à l'intérieur de la cour du ministère.

Une "pure connerie"
Un peu plus loin, Romain s'attaque à la vitrine d'une banque, cette fois "pour le symbole", reconnaît-il. C'est là que le fenwick se coince et que le groupe se disperse. Le lendemain, le plus jeune, qui dit avoir découvert la nature du bâtiment à la télévision, envoie sa vidéo à un ami avec ce commentaire : "La porte du ministère, elle était trop belle." Avec le recul, Romain, alcoolisé au moment des faits, reconnaît "une pure connerie". "Je n'ai pas du tout réfléchi à mes actes et si jamais c'était à refaire, je ne le ferai pas", confie aux enquêteurs celui qui se dit "plutôt de gauche".

soit ils sont très habiles pour se défendre, soit très débiles pour l'avoir fait en ayant "tout" ça en tête...

mais ça en dit beaucoup plus long sur l'admiration d'alors des révolutionnaires radicaux en tous genres, et leur bonheur comme ersatz de la révolution à jamais manquée par cette bande de clowns, dont certains se prétendent théoriciens de la communisation : les vrais ne les ont jamais démentis et leurs "camarades" publient, parce que "ça intéresse le milieu"... Voilà pour le magnifique effondrement d'une idéologie qui pète plus haut que son culte depuis 40 ans et dont la plupart des adeptes ne cassent pas trois pattes à un canard théorique

Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Dim 16 Juin - 7:21

16 juin
LE PÉRIL JAUNE ?
Hong Kong : l'équivalent de 10 millions de Gilets Jaunes en France


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 025a9ba3253f4ec3b52dd35308914321-10a8891f4ede455897beac2
Patlotch a écrit:alors que l'Acte 31 fut hier le moins suivi d'un mouvement qui n'a cessé de diminuer depuis le début, avec 50 fois moins de manifestants qu'à l'Acte 1 du 17 novembre et 1 Français.e sur 10.000, l'actualité chinoise remet en selle la comparaison quant à la participation d'une population à un mouvement de masse que j'avais faite avec les grèves en Inde (10 à 15 % de la population). Lu dans Hong Kong: La suspension du projet de loi est-il une victoire pour la démocratie?
C'est 15% de l'ensemble de Hong Kong qui a manifesté. En France, c’est comme si les "gilets jaunes" représentaient 10 millions de personnes dans la rue.
8 juin
LE MOUVEMENT PERPÉ TUÉ
Patlotch a écrit:de par ses caractéristiques, ses revendications "à la Prévert", et la situation bloquée dans son rapport au pouvoir politique qui profite de son succès aux européennes, - entérinée et accentuée la faiblesse des oppositions hormis le RN et EELV vent en poupe -, pour accélérer la mise en œuvre de ses réformes antisociales (chômage, retraites, privatisations...), le mouvement des Gilets Jaunes ne peut que durer, avec les hauts et des bas plus bas que l'on constate d'un 'Acte' à l'autre. Aujourd'hui, quelque 10 à 20.000 manifestants, dans un pays de 67 millions d'habitants, c'est comme 10 à 20 dans une ville de 67.000 hbts, 1 ou 2 dans un bourg de 6.700, etc. Ça n'a plus grande signification, hormis pour ceux qui continuent, vaille que vaille, y compris certains par habitude. Aucune raison que ça s'arrête, et assez peu à mon avis pour que ça reprenne dans les mêmes termes, car si un tel mouvement peut perdurer, il peut surtout perdre, et la défaite est aussi une expérience

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Rene-magritte-perpetual-motion
Le mouvement perpétuel, Magritte 1935
17:53
La Croix (avec AFP), le 08/06/2019 à 17:29
Environ un millier de personnes ont défilé en Seine-Saint-Denis samedi 8 juin pour une marche intitulée « Les gilets jaunes en banlieue, Acte I », qui s’est terminée à Bobigny par quelques échauffourées avec les forces de l’ordre.

Les manifestants s’étaient donné rendez-vous au Stade de France à Saint-Denis pour converger ensuite vers la préfecture de Bobigny en passant par plusieurs cités de banlieue parisienne, comme les 4 000 à La Courneuve. Selon l’AFP, ils étaient un millier accompagnés de quelques membres du collectif « Antifa Paris banlieue » ont défilé, reprenant des slogans anticapitalistes. Certains manifestants ont ouvert la marche avec une banderole « ni oubli ni pardon 2005-2019 » en référence à la date de la mort de Zyed et Bouna, décédés dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois en 2005 alors qu’ils fuyaient la police. Leur mort... Il reste 80% de l'article à lire.
BFMTV a écrit:17h56 extraits
"Personne ne doit se sentir exclu"
"Ca fait un moment qu'on a décidé d'aller en banlieue",
explique Natalia Gimeno, l'une des organisatrices de l'événement. "J'ai fait le tour de plusieurs quartiers de banlieue et à chaque fois, les gens nous ont dit qu'ils étaient prêts à nous rejoindre mais que c'était à nous de mobiliser", ajoute-t-elle. "Alors nous sommes là, pour dire aux habitants des banlieues, marchons main dans la main".

Priscilla Ludowski, l'une des figures des gilets jaunes était présente en soutien. "Le mouvement concerne tout le monde et personne ne doit se sentir exclu", assure-t-elle. "Pourquoi pas profiter de ce mouvement social [sic] qui dure depuis sept mois pour parler des problèmes des banlieues ?", interroge-t-elle. "La question des violences policières concerne aussi beaucoup les banlieues".
un discours tout d'extériorité. Il n'y a manifestement aucune participation spontanée de "racisés des banlieues", mais les habituels collectifs militants qui s'adressent à eux dont certains pilotés par la mouvance néo-trotskiste (NPA...), ni présence des groupes "décoloniaux" : qui entend utiliser qui pour se relancer ?

16:36

Patlotch a écrit:depuis le début du mouvement, je n'ai jamais vu un "Acte" aussi peu relayé par la presse (Google actus classement par date). Alors que le RV au Stade de France (apparemment interdit d'accès) était à 12h ou 13h selon les sources, toujours aucune info... Il y a le week-end à rallonge, et surtout Roland Garros, après les fatboulleuses françaises (10 millions de spectateurs sans compter Finkielkraut). Dans ces moments-là, même les réseaux sociaux se désertifient

il est surtout question de Montpellier, Dijon, La Rochelle, en raison de "situations tendues"... À Châteauroux les Gilets Jaunes organisent des "ateliers de maquillage" : pour passer inaperçus ?

pour la rencontre avec les banlieues, je ne suis pas inquiet, Alain Corne/Carbure vous fera un compte-rendu sur facebook ou tweeter, où il m'a banni, à moinsse qu'il ne s'entraîne à Marseille pour le 58e Mondial la Marseillaise à pétanque (7-11 juillet), avé les Camarades, qui ont les boules, et je les comprends


Basketball

Patlotch a écrit:on pourra vérifier le devenir de la vision prophéteuse du communisateur Alain Corne de CarbureBlog, qui écrivait dans 1er décembre 2018 : porter plus loin le désordre
Il manquait à ce mouvement une dose de nihilisme pour donner du sens à son « apolitisme » : la rencontre avec les « quartiers » lui a apporté ce qui lui manquait pour correspondre au « mouvement réel », qui n’est pas celui du progrès social mais celui de la destruction de la société, et pour joyeusement s’y reconnaître comme chez soi.
qui lui valait sur dndf, entre autres désaccords d'interprétation, cette question restée sans réponse de la part de cette autruche en grise théorie (comme les documentalistes/archivistes de l'administration parlent de "littérature grise") : « Où et quand y a t’il eut rencontre ?? »

on connaîtra donc aujourd'hui, depuis la Seine-Saint-Denis... le stade où en est la France de la rencontre entre Gilets Jaunes et lieux mis au ban

31 mai
ÉPILOQUE EN JAUNE

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 D71GAxiXoAACaFX
Patlotch a écrit:même les irréductibles se lassent de lancer de vains "ultimatums". Sont passées par là les élections européennes et la poursuite sans opposition politique crédible et consistante du programme ravageur de Macron, qui a su retourner le mouvement à son avantage. La masse des Gilets jaunes actifs, très relative puisque n'atteignant jamais 1% de la population, semble s'être abstenue dans la logique d'un "apolitisme" qui aura surtout été un attrape-tout politique, les listes estampillées "Gilets Jaunes" ayant fait les frais du rejet d'un leader. Ceux qui ont voté, vu leur nombre, et même si 40% d'entre eux ont choisi le RN, ne risquaient pas de "faire monter l'extrême-droite"...
Gilets jaunes : pour l’acte 29, peu d’appels à manifester
Nicolas Berrod Le Parisien 31 mai 2019

Les Gilets jaunes sont mobilisés depuis le 17 novembre dernier, mais l’affluence des manifestations est en baisse continue
Même si les cortèges devraient être peu fournis, certaines préfectures ont pris des arrêtés pour interdire les manifestations.
Combien seront-ils dans la rue ? La question se pose à la veille d’un nouveau samedi de mobilisation des Gilets jaunes, dont le nombre est en baisse continue depuis plusieurs semaines.

Samedi dernier, ils étaient entre 12 500 et 35 100 manifestants (selon le chiffre du ministère de l’Intérieur ou celui du « Nombre jaune »), soit la plus faible affluence depuis la première manifestation du 17 novembre dernier.

Des appels qui peinent à rassembler. Pour le moment, aucun événement d’envergure pour ce samedi ne se dégage sur les réseaux sociaux, où les Gilets jaunes ont pris l’habitude d’annoncer leurs manifestations. On retrouve quelques appels à un « acte 29 » ce samedi, à Rouen, Dunkerque, Paris, ou encore Lille, mais ils ne rassemblent au maximum que quelques centaines d’internautes se disant « intéressés ».

Jérôme Rodrigues, l’un des « leaders » du mouvement, a appelé à rester mobilisés « face à la répression et la privation de nos libertés d’expressions et de manifestations », mais sans préciser de lieu précis de manifestation. Sur sa chaîne Youtube, Eric Drouet, autre « figure » des Gilets jaunes, n’a rien publié depuis samedi dernier.

Une manifestation « déclarée » à Paris. Priscillia Ludosky a annoncé de son côté sur Facebook ce vendredi en fin de matinée une « manifestation déclarée, signée et autorisée à Paris » ce samedi. Le cortège doit se rassembler à partir de 11 heures place Denfert-Rochereau, avant de rejoindre la place de la Nation, précise celle qui avait lancé l’an dernier la pétition contre la hausse des taxes sur le carburant.

Un appel national annulé. Contrairement à certains samedis précédents, il n’y a pas d'« appel national » cette fois. La coordination nationale des Gilets jaunes de Haute-Loire avait bien annoncé une « manifestation nationale » au Puy-en-Velay, où avait déjà eu lieu un grand rassemblement régional le 9 mars dernier. Mais elle s’est finalement rétractée en raison de la concomitance de date avec la foire de la ville, qui a également lieu ce samedi. « Notre sens civique et des responsabilités nous pousse à cette annulation, mais ne vous y trompez pas, le mouvement des gilets jaunes de la Haute-Loire reste bien vivant et décidé. Nous ne lâcherons rien », ont indiqué ces Gilets jaunes dans un communiqué.

Des manifestations interdites. Cela n’a pas empêché la préfecture du département de prendre un arrêté pour interdire les manifestations dans le centre-ville du Puy-en-Velay. « Certaines publications annoncent que la manifestation serait annulée, mais en l’absence de déclaration officielle, ces mesures sont maintenues », justifient les autorités.

Préfet de la Haute-Loire a écrit:Mesures préfectorales dans le cadre de la manifestation annoncée du 1er juin afin de préserver la sécurité et l’activité de la foire et des commerces.
Malgré certaines annonces d'annulation, absence de déclaration officielle : mesures maintenues. http://www.haute-loire.gouv.fr/mesures-prefectorales-prises-dans-le-cadre-de-la-a2889.html

La préfecture de police a également pris un arrêté anti-manifestations à Paris. Le secteur des Champs-Élysées sera de nouveau interdit d’accès aux « personnes se revendiquant des Gilets jaunes », a-t-elle détaillé dans un communiqué.
@prefpolice a écrit:#Manifestation | Le préfet de Police a pris un arrêté concernant les manifestations du samedi 1er juin 2019, secteurs Champs-Élysées, Assemblée Nationale et Notre-Dame.
Consultez notre communiqué de presse et l'arrêté n°2019-00484 pour plus de précisions bit.ly 2VvV8HT

Une manifestation dimanche ? Plus original, un événement Facebook appelle à un « dimanche jaune ». « Afin de changer un peu, d’être plus varié dans nos actions et de faire venir de nouvelles personnes, pour cet acte 29, nous appelons à manifester un dimanche ! », détaille le post, sans préciser de lieu de rassemblement dans Paris.

Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Sam 22 Juin - 20:43


du 20 juin, mis à jour en bas, pourquoi pas de gauchistes ni Black Blocs, et une promesse d'intervention contre le CAC40 le 17 novembre prochain, 1er anniversaire du mouvement


EN FRANCE, LA POLICE NE TUE PAS... BEAUCOUP
LE RIDICULE ENCORE MOINS

Acte 32 :
samedi, des Gilets jaunes veulent bloquer les ports,
les raffineries et les aéroports

Le Journal du dimanche 19 juin 2019


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 5d0b98be2100002120f3eedf
Patlotch a écrit:ce mot d'ordre semble être porté par les clowns Drouet et Nicolle, qui se contredisent d'une semaine à l'autre, au gré des réactions de leurs inconditionnels de moins en moins nombreux à suivre leurs directs facebook (voire la prêche fantasmatique de Drouet, le 20 juin, sur sa nouvelle page suivie par 70.000 personnes, La france enervée 4 fois moins que les précédentes, ce qui ne l'empêche de se poser en porte-parole de la majorité des Gilets Jaunes : « Ça va être qu'un début... tous ceux qui critiquent les Gilets Jaunes n'ont rien compris au mouvement...»)

quelques observateurs, dont Temps Critiques, sans reconnaître qu'ils découvrent ce que je dis depuis des mois, commencent à prendre la mesure de la faiblesse congénitale, en quantité comme en qualité, d'un mouvement dont ils attendaient beaucoup plus, et mieux, ce qui pourtant ressortait de l'évidence dès les premières semaines, comme la victoire annoncée de Macron

au fond, comme chez lundimatin et DDT21 (Tristan Leoni), parler positivement ou avec complaisance de ce mouvement, c'était et c'est encore, à leurs manières rejoignant celles de tous les autres dont ils prétendent se démarquer, surfer sur son succès d'audience médiatique. Ce n'est pas parce que des "pauvres", pas les plus pauvres en France, ni les plus exploités comme prolétaires, se mettent légitimement en branle, qu'il faut concéder à la signification générale de ce que portent leurs luttes. De quels complexes de couches moyennes intellectuelles cette attitude relève-t-elle ? Est-elle si différente en milieu radical que dans le monde universitaire de gauche ou chez les vedettes de la culture qui se découvrent Gilets Jaunes six mois après, quand presque tout est fini ?

ce que j'ai fait est-il si différent, vu la somme de mes interventions qui dépassent allègrement en quantité celles que je critique ? Oui et non. Disons que j'ai vu plus clairement et plus tôt, parce que j'ai suivi les événements sans ornières ni présupposés idéologiques, quel serait le résultat de la réciprocité politique de ce mouvement et de l'action du pouvoir, et attaché à celle-ci l'importance qu'elle a : de décider de l'immédiateté des choses face à des oppositions impuissantes, traditionnelles ou dans de nouvelles formes

je n'ai pas de conseils à donner à ceux qui s'embarqueraient dans ces "blocages" (on verra samedi, à la hauteur de quelques dizaines de bloqueurs rapidement évacués par la police, que le mot est fort même pour qui met en avant celui de la circulation des marchandises), mais depuis que les mêmes annoncent des actes ultimes, ce n'est pas seulement leur défaite qu'ils devraient acter, mais aussi leur ridicule, qui semble moins les atteindre que les violences policières. Il est vrai qu'en France, les deux ne tuent pas

alors on verra bien si


cela dit, le retour aux formes du début du mouvement, aux ronds-points et péages, évacue les gauchistes comme les Black-Blocks, en miroir de leur captation du mouvement que seules les manifs en ville permettaient, preuve qu'ils ne sont que mouches du coche dans ces formes de luttes qu'ils ont pourtant adulées, en théorie... Exemple à Montpellier, c'est la plus faible mobilisation depuis le début (source)

de là à ce que ces formes relancent en masse le mouvement (11.800, selon l'Intérieur, plus que la semaine dernière), il y a loin, ce que semblent intégrer Des figures emblématiques des gilets jaunes [qui] annoncent la création d'un "socle commun". Visant l'An Un de leur mouvement dans 5 mois (!), Priscillia Ludosky, Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle « préviennent que si le 17 novembre 2019, ils sont toujours "sans réponse politique", ils mèneront "17 actions de désobéissance civile visant le CAC40 dans tout le pays". » Il est vrai que la cible serait, cette fois, le capitalisme français, et pas par l'intermédiaire de l'État...


Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Florage le Lun 1 Juil - 16:09

Patlotch a écrit:du 29 juin, Acte 33. Pour signaler un compte-rendu de l'Assemblée des Assemblées (il faut dire ADA, les ploucs !) de Montceau-Les-Mines sur le site de Reporterre : À Montceau-les-Mines, les Gilets jaunes prouvent qu’ils ne lâchent rien. C'est assez consternant, mais pas étonnant
L'AMOUR SANS LES MINES À MONTCEAU

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Ada_2
citations
Six pistes de réflexion étaient proposées aux participants : le référendum d’initiative partagée (RIP) contre la privatisation d’Aéroports de Paris, la lutte contre le capitalisme, les assemblées citoyennes locales, les mobilisations à venir, le système des ADA et la convergence des luttes.

ADP, RIP, RIC... Sabrina : « Maintenant, les gens sont tous sur les écrans. Je ne sais pas, je propose de faire une vidéo où l’on explique avec des mots simples pourquoi il faut signer la pétition. » Franck : « il faut réintégrer cette notion de privatisation dans un ensemble. C’est pas que l’ADP, ce sont nos autoroutes qu’il faut récupérer ! » Denis : « Pour moi le RIP est une mise en place du RIC [référendum d’initiative citoyenne]. Cela va permettre aux gens de s’investir vis-à-vis de ce qui se passe en France. Les gens sont démobilisés, on va les relancer. » La discussion se poursuit durant deux heures...

« C’est un bilan extrêmement positif pour cette ADA, estime Elsa, du groupe organisateur de Montceau-les-Mines, à la fin du week-end. Par rapport aux précédentes ADA, on a abordé des sujets plus d’actualité, comme le RIP. On a abordé des choses concrètes contre la privatisation de l’ADP et sur les actions à venir. C’est pas encore hyper carré mais on a donné des outils de travail, des pistes pour avancer. Ça fait seulement sept mois qu’on existe, c’est la troisième ADA. Il faut laisser le temps au temps. »

Frédéric : « Il faut arrêter nos divergences, il faut y mettre de l’amour. C’est sur la bonne voie, mais il y a encore du travail. »
allez, pour se remettre en jambes, un petit tour à Hong-Kong, où des manifestants ont envahi le parlement, on y distingue quelques gilets jaunes, sûrement des Français internationalistes > vidéo direct France-Info

DITES 33, RESPIREZ FORT, NE VOUS ESSOUFFLEZ PAS
Patlotch a écrit:si je n'avions le point de vue des écrivains sur les Gilets Jaunes, ça me manqueriont

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 57280467_2391984957513095_935821696751894528_o-1
noter qu'il faut deux fois leurs noms sur la couverture, des fois qu'on les oublierait

on en cause dans le 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Logomenu-2 aujourd'hui l'Acte 33 : 3ème assemblée des assemblées de gilets jaunes, qui, après Commercy en janvier et Saint-Nazaire en avril, se réunit à Montceau-les-Mines « afin de trouver des pistes pour continuer le combat »
Nous, Gilets jaunes du Magny, mobilisés depuis le 17 novembre 2018, appelons toutes les délégations Gilets jaunes de France à nous rejoindre à l’occasion de la troisième assemblée des assemblées à Montceau les Mines, le 28 juin à partir de 17h et les 29 et 30 juin 2019.

Au cours de ces deux jours de travail et de réflexion, nous échangerons en groupes et en assemblée plénière autour de plusieurs axes de travail. Programme de travail

Deux observateurs et deux délégués mandatés par votre groupe pourront ainsi prendre part aux débats.

Nous ajoutons à la vidéo le lien pour vous inscrire ainsi que le lien de la cagnotte qui nous aidera à organiser l’assemblée des assemblées. Merci de la partager.

Venez nombreux ! On lâche rien !

Les Gilets Jaunes « Le Magny » de Montceau-les-Mines

et dire que certains prétendent que Le mouvement des Gilets jaunes s’essouffle… Mouarf, Analyse et réflexion proposée par Paris-Luttes.Info
On peut entendre à droite à gauche (surtout à droite en fait) que le mouvement des Gilets jaunes serait terminé. Diantre, c’est vraiment ne pas le comprendre.
[...]
Penser comme cela, c’est passer à côté du potentiel de ce mouvement. Être Gilet·te jaune, c’est simplement reprendre le pouvoir politique pour enfin mettre en place un vrai débat citoyen. Et ne serait-ce pas dans ce débat, dépouillé de tout parti politique, que l’on pourrait… débattre ? Du racisme, du féminisme, du manque de tolérance latent de cette société individualiste, de l’écologie, etc.
[...]
Alors il s’agira de montrer que non, nous ne sommes pas rien, il s’agira de répondre présent lorsque chacun des éléments de cette liste se mettra en marche [une liste précède, « malheureusement pas exhaustive », le prolétariat de Leoni ou celui de Théorie Communiste* ? : hospitalier·ère·s et urgentistes, cheminot·e·s, habitant.e.s de certaines banlieues, enseignant·e·s, étudiant·e·s, jeunes,  militant·e·s écologistes, sans-papiers, postier·ère·s, retraité·e·s, chômeur·euse·s]. Oui, parce que c’est notre projet (pardon). Nous ne pourrons pas rester dans notre canapé à ressasser ce qui, sinon, ne restera à tout jamais que de la théorie révolutionnaire. [...]
* « Il faut dire en premier lieu cette chose triviale : le prolétariat c'est la classe des travailleurs productifs de plus-value. » source, mais puisque tout salarié en crée plus ou moins directement, on parlera avec Negri de Multitude, ou avec Leoni, de Gilets jaunes. On laissera les « sans réserves » à Hic Salta : de chacun son prolétariat, à chacun sa communisation

ouf, on respire sans s'essouffler, la pratique est bien là

des manifestations sont prévues à Toulouse, Lille, Caen, Gisors, Reims, Rennes, Lyon, Paris...

Ah oui ! J'allais oublier, c'est aussi la Gay Pride à Paris


'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Gilet_Jaune_Homophobie_2_Agent_d_entretien-11aac
"Non, les Gilets Jaunes ne sont pas homophobes.
Ici un agent d’entretien (peut-être gay mais c’est pas sûr) pense à son rond-point préféré."


Florage

Messages : 430
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019 Empty Re: 'GILETS JAUNES' Infos et commentaires, 17 janvier-15 mars 2019

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum