SÈVES de Jean-Paul Chabard alias Patlotch
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

guerre  gilets  idéologie  peinture  contre  jazz  jaunes  Marx  

Juin 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier


PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Aller en bas

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Empty PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Message par Patlotch le Lun 11 Fév - 23:18

mieux vaut le lire de bas en haut

dans la soirée du 11 février
j'abats mon jeu
concernant LE GRAND ÉBAT, roman outre-réaliste, microcosmique et mélancomique, je ne cache pas mon intention de faire en sorte :
- que ce soit le sujet le plus lu du forum, ce qui au rythme actuel devrait se produire avant la fin de février
(pour l'heure, un constat, chaque jour les visites augmentent et dépassent maintenant 150 vues par chapitre)
- qu'il condense tout ce que contient ce forum, et même la théorie dans ses diverses dimensions
- qu'il reprenne des extraits significatifs de mes écrits poétiques et de mes considérations sur l'art depuis une trentaine d'années, m'en tenant à l'écrit, et seulement à des liens vers la peinture et la musique

mon objectif est aussi que cette approche du tout sur le tout, concernant mes œuvrages, devienne incontournable, si bien que ne l'ayant pas lu l'on ne puisse (prétendre) connaître l'essentiel et le fond de mes idées, y compris théoriques

à ma lectorate avisée, je conseillerai donc de lire en priorité ce roman, et de ne lire que ça si le temps lui manque pour le reste

* ceci à l'attention spéciale du théoricien qui s'est un jour permis d'affirmer qu'il ne lisait que la théorie, le reste ne l'intéressant pas. Qu'il se châtre lui-même ça le regarde, mais qu'il ne s'autorise pas à châtrer les autres pour en parler comme il le fait (« Patlotch préfère la série Arlequin », sic d''orthographe). On comprend mieux dès lors ce qui manque à la sienne, de théorie, et sans doute à sa vie

dans la matinée du 10 février

Lisbeth Salander a écrit:dndf 10/02/2019 à 09:24 #11
En tout cas, ce petit échange donne l’occasion de tirer un coup de chapeau à Patloch, avec qui les relations “politiques” ne sont pas toujours faciles… En dehors du gros travail de compilation tous azimuts sur le mouvement en cours, même si c’est un peu difficile de se retrouver dans le bordel de son site, on ne peut que reconnaître à Patloch sa position en permanence “critique” (au sens de la critique de cinéma, ni à charge ni à décharge) au milieu d’une production pléthorique du mouvement lui même, production d’actes, de paroles, d’écrits et sa méfiance tenace par rapport au tropisme automatique, démago envers tout ce qui bouge et produit des gazs lacrymogènes… Ça n’est pas si fréquent dans le présumé milieu de la communisation…
Patlotch a écrit:alias anônime

bon, ben merci... Je me plains, mais quand ça vient du cœur contre le chœur, je suis gêné qu'on lise pas bête

Cioran : « La timidité, source inépuisable de malheurs dans la vie pratique, est la cause directe voire unique, de toute richesse. » Ecartèlement, 1979, Nouv. éd. 1990

dans la nuit du 4 au 5 février
drapeaux rouge, drapeau bleu-blanc-rouge, et gilets jaunes
on m'a beaucoup suspecté pour mon passé "stalinien". Je mets des guillemets parce qu'adhérent à l'UEC en 1971, au PCF en 1972, je ne connaissais pas Staline à cette époque, ni rien de l'histoire de l'URSS et du mouvement ouvrier international, encore moins de ses "dissidences" minoritaires anti-stalinienne, trotskiste, anarchistes ou d'ultra-gauche

c'est l'époque où le PCF ouvre la voie au Socialisme par la démocratie. En 1971, deux ans avant la signature du Programme Commun de gouvernement avec le PS et le PRG, sort ce livre

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER 875710581

des titres de livres de Georges Marchais seront :
- en 1973 : Le Défi démocratique
- en 1990 : Démocratie

on voit bien que cela annonçait et engageait toute la gauche de la gauche dans le démocratisme radical qui commencera véritablement à faire des ravages idéologiques avec les luttes de fin 1995, puis connaîtra son apogée vers 2002-2005, avec le Forum social mondial (Porto-Alegre de 2001 à 2005 sauf Mumbai en 2004), qui représente une alternative encore porteuse d'un internationalisme, bien qu'il ne soit plus prolétarien

de ces 35 ans ~1971 à ~2005, je ne me souviens pas avoir vu des pléthores de drapeaux français dans les manifs, sans doute peu de drapeaux rouges, et plus à la CGT qu'au PCF, dont les élus ont toujours manifesté avec leur bandeau tricolore...

pour résumer, et même si le contenu et la proportion ont varié, de 1970 à 2000, c'était encore
drapeau rouge + drapeau tricolore


pas besoin de développer, ça vient de sortir, concernant aujourd'hui, depuis novembre 2018, c'est
gilet jaune + drapeau tricolore


et vous voudriez que j'en sois ? comme qui vous savez...

au mitan du 2 février
interview
- que vous ont apporté en 15 ans les théoriciens de la communisation
- trois choses : d'abord ce que sont leurs "pratiques théoriques", ensuite qu'ils parlent exclusivement d'une voie possible de passage au-delà du capitalisme, pour moi doublement improbable, parce que "théorie du prolétariat", et "théorie de la révolution", qui ne sont pas les seules voies possibles à explorer. Enfin, à préférer les éviter : affinités désélectives

au soir du 1er février

Patlotch a écrit:le grand monde des tweetistes est CONSTIPÉ : qui échange véritablement sur les réseaux soucieux surtout d'envoyer SA merde dans les tuyaux des autres ?

PS : hé, les "camarades" vous êtes comme tout le monde, quand ce n'est pire, ce que le même tout le monde peut de visu constater
 scratch
au soir du 31 janvier
en vérité je vous le dis, il y a toute une faune gauchiste (voir gauchismes 30 janvier) qui hante la blogosphère, et pour certains les manifs "gilets jaunes", et qui croit dur comme fer ou tout comme que ce sont les "pauvres", alias le prolétariat dans leur tête de linotte. Comme ils appartiennent au bas de "la classe moyenne" qu'ils considèrent "révolutionnaire" par essence, ils sont blindés de complexes, et deviennent démagogues à donf, quand ce n'est pas populistes... de gauche, natürlich
à titre d'exemple, une vidéo du Parisien qui tourne à l'extrême-gauche et au-delà : Chiens acceptés, banquier interdits sauf droit d'entrée de 70.000 €)

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER C0e28cddeeccb50113b77448611e2

ça leur fait une belle jambe, à tous ceux qui n'ont pas le pognon pour becter dans ce restau gastronomique

PS : j'ai pas de chien, je préfère les chats fourrés, qui, c'est bien connu, ne sont jamais policiers

au matin du 31 janvier
si amateurs de communisme et de révolution s'intéressaient davantage à la poétique, cad en dernière analyse aux rapports entre art et réalité, représentation et réalité, dépassement de soi en les autres par la relation œuvre-sujet performative, ils toucheraient du doigt comment fonctionne la subjectivation individuelle et collective, et ça leur ouvrirait des perspectives nouvelles quant au dépassement de l'individualité égocentrique du capitalisme, qui affecte le plus souvent leurs propres rapports entre "camarades"

c'est trop complexe et pas dit simplement ? Tant pis, revenez en dernière instance

car je vois que les sujets qui abordent ce problème sont beaucoup moins lus que ceux traitant directement de questions qui les intéressent. Ils ne savent pas ce qu'ils perdent, le temps perdu à vouloir le gagner

> POÉTIQUE, EXTIMITÉ

au soir du 29 janvier
ce mouvement, des GiletsJaunes, je ne l'aurai jamais fait mien. Il suit son cours, vraisemblablement vers où je l'ai supposé, annoncé, avec de moins en moins de doutes et de regrets pour n'en avoir jamais été

les injustices qui les ont jeté là-dedans, j'en subis quelques-unes mais peu (retraits et impôts ça cogne, et les achats courants itou). D'autres plus graves on parle beaucoup moins (comme quoi, la lutte paye pour faire parler de soi) et ceux qui les subissent n'ont pas jugé bon de passer un gilet, ni un foulard au demeurant

les violences depuis sont au niveau de l'affrontement, ni plus ni moins, en France. Certains Français et étrangers vivant ou migrant en France les ont déjà connues, dont on ne parlait pas ou moins

maintenant, comme tout le monde face à ce qui dure sans changer, ou pas dans le sens souhaité, les Gilets jaunes m'ennuient, les Gilets jaunes m'emmerdent, le niveau de leurs revendications et de leurs cibles est à chier, et ils auront participé à ce qui vient, bien pire. Des "camarades" avec, à chier également

dans la journée du 24 janvier
- alors que la plupart des écrivains-poètes ont écrit en prose d'abord puis en vers, mon école fut inverse : d'abord des vers, métrés, rimés, rythmés, chantés, dont les fortes contraintes au bout d'un temps libèrent la syntaxe en tant qu'ordre des mots, construction de la phrase, et sa ponctuation

ainsi s'acquiert un art du trapèze, une virtuosité qui vous permet, libéré de la contrainte métrique et "rimique" sinon "assonancielle", d'exprimer n'importe quelle idée par une diversité de phrases comme offre répondant à votre demande, et parmi lesquelles vous n'avez qu'à choisir. La métrique, nombre de syllabes, n'est pas le rythme

Flaubert n'a pas sauf erreur composé de poèmes en vers, sauf peut-être à ses débuts quand il rencontra à 21 ans Victor Hugo. Mais s'il n'a pas écrit de vers c'est tout comme : « Une bonne phrase de prose doit être comme un bon vers, inchangeable, aussi rythmée, aussi sonore » (source : Flaubert et la ponctuation)

si c'était à refaire, peut-être prendrais-je pour maître Flaubert plutôt qu'Aragon, dont la virtuosité est égale entre vers et prose, entre lesquels il affirmait qu'il n'y avait pas pour lui de différence essentielle. C'est à le lire de l'ordre de l'évidence, en quoi donc, dans le roman, Aragon hérite de Flaubert bien plus que de Hugo

- pas de différence pour moi entre les contenus de mes œuvrages théoriques, poétiques, lyriques ou déliriques. Ce ne sont que formes de langage. Ce ne sont pour moi qu'un poème, au sens d'Henry Meschonnic : « transformation d'une forme de vie par une forme de langage et d'une forme de langage par une forme de vie. »

corollaire : on s'instruit autant des faits et de leur théorie par mézigue en lisant mon roman ou mets ta théorie, ou d'autres sujets, car de l'un à l'autre c'est une partie de ping-pong entre formes de langage pour un même contenu

scolie : la réciproque est moins vraie, car la pensée théorique, par la nécessité de la rigueur précise d'expression ne peut atteindre à l'ambivalence du texte poétique, vers ou prose

dans la nuit du 23 janvier
- la reconnaissance, les louanges, la réputation, la réussite, le succès, la notoriété, la consécration, les honneurs, les lauriers, la gloire, les hommages... tout cela est futile et tu dois y être indifférent, car ça n'a aucune valeur : aucune ! Continue à travailler comme tu sens

Flaubert a écrit:Travaille, travaille, écris, écris tant que tu pourras, tant que ta muse t’emportera. C’est là le meilleur coursier, le meilleur carrosse pour se voiturer dans la vie. La lassitude de l’existence ne nous pèse pas aux épaules lorsque nous composons.
Lettre à Alfred Le Poitevin, septembre 1845


- tu peux, diplômé ou pas, être quelqu'un de très intelligent, cultivé, brillant, et produire quelque chose qui le paraisse aussi, alors que ça n'apporte aucune valeur ajoutée à ce qui a déjà été fait. Et toute cette apparence n'empêchera pas qu'à mes yeux, tu restes un besogneux

- les gauchistes en tous genres - il en coule à flots par nos jours -, confondent travail et travail : travail exploité, dominé, dépendant et servant un autre, et travail pour soi en même temps que pour d'autres : toutes sortes de con-fusions en découlent. Ce n'est pas affaire de salaire, mais pour que tout individu y accède, il faut abolir le salariat

- pour l'individu créateur, le travail est la source de la richesse, et ce qui le fait davantage productif, c'est l'autodiscipline quotidienne

et donc, pour lui, le repos c'est l'ennui

- pour moi un artiste, au sens d'un créateur, c'est quelqu'un qui cent fois par jour, tous les jours, invente quelque chose qu'il n'a, que personne n'a jamais fait. C'est pourquoi j'aime les exceptions, tels Picasso ou Miles Davis, qui ne se répétaient jamais

- écrire, le même jour, entre autres activités communes, un roman, de la poésie, de la théorie ou autres réflexions, une chronique musicale... et des conneries, dément, pour moi, « Qui trop embrasse mal étreint. » Mon cerveau, mes cerveaux et mon corps-esprit, sollicités par des actions multiples et variées, fonctionnent au maximum de leurs potentialités pour chacune, stimulée et enrichie par les autres


Dernière édition par Patlotch le Dim 17 Mar - 16:55, édité 4 fois

Patlotch
Admin

Messages : 745
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Empty Re: PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Message par Patlotch le Lun 18 Fév - 17:49

mieux vaut le lire de bas en haut

dans l'après-midi du 18 février
je me demandais si ce que j'ai écrit ces jours derniers pouvait être compris comme : Patlotch arrête la théorie communiste. Certainement pas, mais avec double bémols. D'abord, je m'interroge sur la validité théorique même de la catégorie de "théorie communiste, qui ne peut empêcher d'y voir qu'elle se fait pour elle-même, c'est-à-dire séparée d'une "pratique" aussi "dialectiquement" seraient-elles "articulées". À cet égard la théorisation communiste que je fais n'en relève certainement pas si j'en compare la méthode et la pratique théorique à toutes les "théories communistes" que je connais

alors pour être plus clair, disons que la période qui s'ouvre est pour moi comparable à ma traversée du désert de ~1989 à 2002, dans laquelle je me suis investis surtout dans la poésie (LIVREDEL poème-roman), la peinture (collage, tressages...), la musique - j'ai appris à la basse et la contrebasse et joué dans quelques groupes amateurs -, et aussi rencontré ma compagne Moeko, en 1993, eut avec elle un enfant en 1997, quitté la CGT et tenté de monter un SUD mort-né par interdiction gouvernementale des droits attribués aux grands syndicats

ce n'est qu'en 2002 que j'ai commencé un travail de théorisation communiste ré-orienté en 2005 par la théorie de la communisation abandonnée 10 ans plus tard. Toute cette période a été très féconde en écriture de poèmes...

là je sens venu le moment de me consacrer sinon entièrement du moins centralement à l'écriture de mon "roman-feuilleton" inachevable, et d'y inclure toute la réalité, cad pour moi l'outre-réalisme que suppose une théorisation communiste en lien avec la vie

le corollaire est, comme l'engageait déjà le passage de l'ancien forum à celui-ci, est l'abandon de pans entiers de documentions tous azimuts, et donc la diminution drastique des sujets vivants de ce forum. J'en garde néanmoins la structure malgré le vide de certaines rubriques et sujets

dans la matinée du 17 février
du respect réciproque avec son "élite"
Antoine Vitez parlait d'« être élitaire pour tous », héritant là du « Théâtre pour tous » de Jean Villard aux débuts du Festival d'Avignon. J'ai mes "élites", qui comme par hasard n'en sont pas pour beaucoup. Bonheur d'avoir rencontré certaines et qu'elles m'aient reconnu digne d'échanges équilibrés

par ordre d'entrée en scène depuis 50 ans : mon prof de philo au lycée technique Rémi Fouilleul en 1969, mon prof de Maths spé. M. Gouret en 1971, mon professeur de guitare de jazz Pierre Cullaz et celui d'harmonie et techniques d'improvisation Max Hediguer, contrebassiste, en 1981, mon ami et plus tard prof de djembé et percussions afro-cubaines Ernesto Mora peintre et polyintrumentiste en 1985, mon amie la peintre Fadia Haddad en 1989, le poète Jean Ristat légataire d'Aragon et l'architecte Paul Chemetov en 1990, mon professeur de langue et calligraphie japonaise Yuko Suzuki en 1995, mon professeur de basse et contrebasse Éric Sindorf en 1998,  les critiques de jazz Alexandre Pierrepont poète et Christian Béthune philosophe en 2002, Isabelle Stengers philosophe des sciences en 2005, et même du côté de l'adversité le "conseiller de l'ombre" de l'État Claude Martinand, ou quelques hauts-fonctionnaires qui auront eu l'excellente idée de me mettre 5 ans à l'ombre dans mon placard, suicidé dans l'État en 'non-titulaire" de 30 ans...*

d'autres moins connu.e.s qui m'auront beaucoup apporté, mes compagnes, la première Marie-Jo Monnet prof d'arts plastiques et sculptrice en 1973, l'actuelle et professeur d'amour et de cuisine Moeko Inaba en 1993, notre fils Nicolas Shunto en 1997, professeur de jeunesse... des femmes encore, hasard, surtout des Noires

tous toutes m'ont appris quelque chose dans leur spécialité, alors qu'à l'inverse je pense qu'ils et elles trouvaient chez moi quelque chose autre, ailleurs, où j'ai toujours été un peu, beaucoup, passionnément, à la folie. Je compte bien y rester

* PS : je n'y compte pas les ténors du "milieu" communiste "radical", ni les théoriciens de la communisation. Leur ont manqué et le respect et la reconnaissance, le renvoi d'ascenseur, élites qu'ils étaient pour leur poignée d'adeptes dans la petit cour fermée qu'ils se font, et qui n'est pas la mienne, je n'y jouerai plus. Il fallait y penser avant, il est trop tard

dans la soirée du 16 février
en partant de ma désespérance* des controverses théoriques

* attention, je parle des controverses  désespérantes comme dans « Sa désespérance de l'humanité ressemblait au stoïcisme des anciens, à cela près qu'il passait par le christianisme. » Chateaubriand, 1844
moi, je ne désespère pas, et ne passe ni par le christianisme ni aucune foi en un dieu, le prolétariat sauveur de l'humanité, une révolution, etc. Et je n'ai pas écrit abattement, accablement, amertume, consternation, déception, découragement, dégoût, désappointement, désespoir, désillusion, parce que si j'ai pu les connaître, j'ai dépassé ces stades-là


je "répondais" ceci à "lacanaille" dans des échanges chez dndf. Ce PS n'était pas pour lui

Patlotch a écrit:PS : j'insiste sur le piège de l'analyse par "l'interclassisme". On en fait un gros concept posé là, et on se demande ensuite comment il est à l'œuvre dans "ce qui se passe". On fait ainsi de la théorie "à l'envers" de la méthode de Marx, qui partait des choses, pas des concepts pour redescendre des généralités abstraites sur les réalités, car c'est ainsi que TC a longtemps fonctionné, désolé

mais RS pourra encore sortir une dégeulasserie sur mon compte, genre : « Il est vrai que Patlotch a annoncé une nouvelle cible : le « conceptualisme », plus de théorie manipulant des concepts, maintenant Patlotch est en connexion directe avec le « réel », le « vivant » et la « nature » » https://dndf.org/?p=17431 Il a eu tort, car ça lui nuit plus qu'à moi, et c'est un aveu d'impuissance théorique déplorable aux yeux de qui souhaite des débats sérieux

j'utilise évidemment des CONCEPTS, j'en ai même forgé plusieurs dont j'avais besoin dans ma théorisation : RS n'en a JAMAIS parlé qu'ironiquement, et les autres "communisateurs théoriciens" JAMAIS

alors, de deux choses l'une : soit on veut discuter sérieusement, soit on ne veut pas, et je laisse juge de qui prend les autres pour des illettrés, ai-je dit en ajoutant : merci à toussétoutes d'y réfléchir
je suis de plus en plus souvent tenté d'arrêter le travail théorique, pour un raison simple : dans ce domaine, PERSONNE NE ME RENVOIE LA BALLE, JE N'AI AUCUN INTERLOCUTEUR SÉRIEUX ou HONNÊTE que par bribes, avant qu'il ne soit rattrapé par ses vieux démons, alors qu'il me répugne d'envoyer ma "merde" dans les tuyaux sans répartie critique

voilà pourquoi je penche pour n'écrire plus qu'UN SEUL TEXTE, ce vers quoi je m'oriente avec OUTRE-RÉEL, cycle romanesque et poétique, microcosmique et mélancomique. C'est en un mois le plus lu du forum depuis octobre 2015, le plus profond et complet que je pense avoir jamais écrit, hormis certains poèmes des années 2000-2012. C'est aussi celui que je prends le plus de plaisir à écrire, et ce n'est pas par Bovarysme...

avec ça et après, tant pis pour les cons

Patlotch
Admin

Messages : 745
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Empty Re: PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Message par Patlotch le Jeu 7 Mar - 19:52

mieux vaut le lire de bas en haut

en fin d'après-midi, le 6 mars
le mentir-vrai romanesque marche mieux que le mentir-faux théorique
la rapide montée en nombre de lectures de L'OUTRE-RÉEL III, relativement aux RUBRIQUES de THÉORIE COMMUNISTE* indique un plus grand intérêt de ma lectorate pour cette "littérature" qui englobe tout y compris la théorie. En moins de deux mois, plus de lectures que depuis début octobre à l'ouverture de ce forum littéralement incomparable en forme et contenu à aucun autre

* l'inconvénient des lettres capitales, c'est que l'on peut confondre avec la revue-groupe éponyme Théorie communiste, mais du coup, voilà soulignée la modestie de ce choix d'un nom générique, comme s'il en englobait, hypothèse émise par d'aucun et sans doute ambition de son chef théoricien, toutes les variantes mondiales !

si l'on observe le blog communisateur dndf, c'est chez moi en quelques mois aussi lu qu'en dix ans chez eux, et les sujets "Gilets jaunes" 10 fois plus dans la même période. On peut tranquillement déduire, du fait que les mêmes lecteurs viennent aussi chez moi pour y trouver mon point de vue, le nombre approximatif de personnes s'intéressant à dndf et Théorie Communiste, de 10 à 50, maximum 100

le sujet MÉSAVENTURIERS DE LA CLASSE PERDUE et THÉORICHIENS de garde DE L'EX-COMMUNISATION, ouvert le 17 octobre 2018, est aussi lu que le quinzième en dix ans chez dndf

un roman aussi exigeant que j'écris actuellement, lu régulièrement par ~150 personnes, trouverait dans l'édition, sauf surprise et quelque effet d'emballement, quelques centaines d'acheteurs. Je n'ai donc, en sus de mes raisons de principe, aucune de le faire éditer

RS dans Outre-Gauche de Lola Miesseroff, se félicite de la durée de vie de sa revue TC : «Théorie communiste" ça va faire quarante ans que ça existe, le premier numéro c'était en 77. On a traversé les années 80 où "La Banquise", "La Guerre sociale", etc, ont tous disparu, et ça a été le moment où théoriquement on a le plus posé de bases. »

hormis le fait que ces "bases" sont demeurées inchangées, cette fière remarque ne veut rien dire sinon l'obstination durable de ses plumes, puisque c'est une revue à compte-d'auteur avec une maison d'auto-édition associative (Senonevero sauf erreur), et l'on ignore si les ventes remboursent les frais d'impression et diffusion. N'importe qui, seul ou à deux ou trois (Temps Critiques. le fait aussi...) peut maintenir cette sorte de publication hors de l'eau, sauf les bouillons des premiers exemplaires noyés dans la cave du Savant de Marseille. Recoupé avec mes remarques sur le lectorat de dndf, ça ne doit guère aller, et si, au delà d'une centaine d'exemplaires, dans un pays ou plus de 50 millions d'habitants savent lire, sans parler que la moitié est peut-être achetée par les sections européennes de la secte TC

toujours est-il que je fais plus et mieux de la théorisation communiste avec mon "roman" qu'avec des "textes théoriques" qui, au fond, intéressaient les mêmes, bien qu'ils n'en parlent pas

vers le mi-temps du 4 mars
ma lectorate aime ma nouveauté
Elle lit de préférence, et d'abondance, les sujets présentant quelque chose de neuf, une création de préférence, une théorisation vraiment critique et novatrice, mais aussi une information, sur le Japon par exemple. Elle délaisse tout ce qu'elle peut trouver ailleurs, visez un peu les luttes de femmes, antiracistes, écologiques..., qu'on trouve partout sur tous blogs "de gauche" à "ultra-gauchiste". Pourquoi le lirait-elle ici, quand elle y peut trouver ce qui n'est nulle part ailleurs ?

une leçon, vous qui voulez faire "la révolution", sortez de vos tièdes chaudrons, arrêtez les potions magiques...

à l'aube du 28 février 2019
grand ménage affinitaire


« Les affinités s'affirment avec une réciprocité. » Waldo Emerson, Society and solitude, 1870

suivre des blogs ou comptes soucieux des réseaux "radicaux" n'apprend rien de la réalité, mais seulement sa déformation militante, fantasmatique et nombrilesque par leurs projections idéologues, parfois de "théories" dont ils ont fait dogmes idéologiques. Déformés ou non, on ne trouve plus, dans ce "milieu" "théorique" "radical", aucun théoricien digne d'intérêt pour le communisme >>> une caducité définitive et sans appel

mais à n'y prendre garde, les fossiles risquent de fossiliser votre pensée comme les malades mentaux peuvent vous rendre fou. Il convient donc de s'en protéger l'esprit, de préserver sa capacité de penser librement, quitte à savoir qu'ils existent quelque part, agités du bocal, du local ou du global dont ils ne transforment rien d'autre que l'idée qu'ils s'en font

j'ai sur Twitter diminué de plus de moitié mes abonnements, retirant toute la sphère gauchiste : Paris-Luttes.Info, les divers "Insurgés", les fossiles marxistes y compris "communisateurs"... mais conservé les héritiers de Marx qui poursuivent un travail sérieux ouvert à la controverse théorique. De même sur facebook tous ceux qui ne répondent pas quand on leur parle, ou demandent d'emblée d'"aimer" leur "page", tels Palim-Psao, Syllepse, et cerise sur les gâteux Prada Meinhof pour le groupe "communisation", lieu d'un non-débat permanent

je veillerai à une parité hommes-femmes a minima de mes "amis", c'est bien le moins, et pas si évident à tenir. Actuellement 10 femmes et 6 hommes

depuis mes 17 ans en 1968, mon rapport au communisme a vu se succéder en 50 ans plusieurs grandes périodes :

- une de découverte de la question sociale au lycée à Roanne avant d'entrée en math. sup à Lyon en 1971 : 3 ans
- une de découverte du marxisme via l'UEC en 1971 et le PCF en 1973, où je fus tout sauf "stalinien", un peu trop démocratiste sans aucun doute, et de plus en plus circonspect, critique, dissident... sortie en 1989 : 15-18 ans
- une de traversée artistique du désert, poésie, collages, peintures, jazz instrumental..., jusqu'en 2002 : 13-15 ans
- une transition de 2002 à 2005 avec l'élaboration théorique solitaire de Carrefour des émancipations, suivie d'un compagnonnage critique puis dissident de la théorie de la communisation, lâchée en 2015 : 10-13 ans
- une de mutation et refondement théorique : 2015-2018, 3 ans
- une dans laquelle j'entre, de totale indépendance intellectuelle et de liberté de création sans bornes idéologiques : 2019...


dans la soirée du 26 février
en outre, et de surcroît
plus on exige de soi, moins on a à prouver aux autres. On s'exprime d'autorité sans besoin de prouver, d'asséner, de propagander. Tout coule de sources qu'on s'est trouvées ou qu'on a fait sourdre et surgir outre-soi : histoire(s) d'outre(s) réel(s). Alors on reconnaît ses vrai.e.s ami.e.s, et l'on s'en fait d'autres. Plus besoin de recourir à ces béquilles de l'adversité face à qui ne vous entend pas, ne vous respecte pas : d'outre en outre, tout vient de surcroît

au matin du 24 février 2019
"stalinien" : la boucle est bouclée
c'est en 1971, il y a 47 ans, qu'on me tria pour la première fois de stalinien. Le firent des trotskistes de l'AJS (Alliance des jeunes pour le socialisme), organisation de jeunesse de l'OCI (Organisation communiste internationaliste), organisation trotskiste française fondée en 1965 à partir d'une ancienne scission (1952) du Parti communiste internationaliste de Pierre Boussel, dit "Lambert", 8 000 membres dans les années 1970. À Besançon où j'étais élève-ingénieur en micro-mécanique et mécanique de précision, membre de l'UEC et de l'UNEF, le leader déjà charismatique de l'AJS était Jean-Luc Mélenchon...

Staline, j'ignorais ou tout comme qui c'était, ses crimes et la nature comme l'histoire de l'URSS. Le PCF, auquel l'UEC.UJCF était comme l'AJS à l'OCI, mais avec 100 fois d'adhérents, amorçait son tournant démocratique, annonçant 20 ans à l'avance la mouvance idéologique du démocratisme radical

j'écrivais hier matin ici : « je n'hésiterais pas une seconde aujourd'hui à qualifier de staliniens, sans guillemets, certains procédés de certains membres de Théorie Communiste, à commencer par Roland Simon, RS/TC, son "non-leader"...»

quitter ce milieu radical de la théorie du prolétariat fut, dès que j'en fus dès le début fut "expérience" comparable à ma dissidence du PCF peu après mon adhésion, car comme je le disais dans les années 2007-2010, TC fonctionne comme le bureau politique d'un parti sans adhérents ni organisations de masse en satellites, les adeptes et sympathisants plus ou moins proches étant l'équivalent des "compagnons de routes" du PCF. C'est aussi comparer dizaines de "révolutionnaires" et millions... de "staliniens"

fin de parti(e)s truqué(e)s, c'est fini


Patlotch
Admin

Messages : 745
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Empty Re: PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Message par Florage le Jeu 28 Mar - 10:06

mieux vaut le lire de bas en haut

Patlotch a écrit:au matin du 28 mars
« Il n'y a point de plus haute vengeance que l'oubli. »  Baltasar Gracian
j'ai mis à la "corbeille" la rubrique THÉORIES et IDÉOLOGIES CADUQUES, GAUCHISMES... avec ces deux sujets :
- CLOWNS et CLONES des ARRIÈRE- et AVANT-GARDES
- mésaventuriers de la classe perdue, théologiens du prolétariat et théorichiens de garde de l'ex-communisation
concernant les plus théoriciens, il était devenu inutile que je leur fasse de la publicité même négative, car bien que, ou plutôt parce qu'ils n'ont aucun effet sur la réalité, ils préfèrent encore qu'on parle d'eux
il était par ailleurs dommageable que cette critique soit davantage lue que mes élaborations positives, prouvant s'il en était besoin que la plupart préfèrent la polémique à la pensée constructive, qui peut passer outre de ce qui est tranché. Pour détourner Marx, La révolution du XXIe siècle doit laisser les morts enterrer leurs morts pour en venir à son propre contenu.
in fine « La seule critique définitive est la création. » Maurice Lemaître (artiste, cinéaste, peintre, écrivain et poète libertaire français, figure du lettrisme des années 1950 à aujourd'hui, né en 1926 et mort le 2 juillet 2018)
les sujets CRITIQUE DU CONCEPT DE RÉVOLUTION et NÉGATIONNISTES DU CAPITAL, ÉCONOMIE POLITIQUE sont versés dans THÉORISATIONS

dans la matinée du 23 mars
désaccrochage
à quelque chose "malheur est bon : à la faveur d'un bug non résolu de l'éditeur du forum, retrait progressif d'internet, baisse drastique de la publication et de l'intervention sur tweeter et facebook

dans l'après-mitan du 17 mars
bientôt, que vais-je faire ?
le vendredi 5 avril, je mettrai un point final, ou pas parce que chez moi..., à LA ZAD EN L'ÉTROIT TERRITOIRE - L'OUTRE-RÉEL IV.2, avec le 84e chapitre incluant les 42 de LE GRAND ÉBAT - L'OUTRE-RÉEL IV.1

sans déroger à mon projet d'un cycle interminable, je marquerai une pause dans l'écriture, et dans mon addiction à Internet, où mes interventions se feront, un temps, plus rares


PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER MoiGuitarechat1

je vais me racheter une guitare, et me remettre à jouer, peut-être composer, peut-être des chansons, musique et paroles, ou de la musique sur quelques-uns de mes poèmes. Une guitare acoustique, simple, pour le blues, de bonne facture manuelle de luthiers de La Patrie, au Québec
Il existe un petit village tranquille dans les Cantons de l’Est, au Québec, qui est le lieu de prédilection des luthiers canadiens depuis plus de 30 ans. Dans ce village, les luthiers se consacrent entièrement à l’art et la tradition des guitares fabriquées à la main. Ils portent une attention particulière à tous les aspects de la fabrication pour créer des instruments incomparables, auxquels ils sont fiers de donner le nom de leur village.


au mitant du 13 mars
le passé table naze, dépassement produit de mes errances et métamorphose du forum

Patlotch a écrit:un nouveau plan apparaît en page d'accueil. Les principaux changements se comprennent d'eux-même en relation avec mes récentes évolutions, un détachement complet de mes influences par les idéologies de post-ultragauche dont la théorie de la communisation, renvoyée parmi les THÉORIES et IDÉOLOGIES CADUQUES, GAUCHISMES...

l'essentiel désormais sera mélangé dans le CYCLE DE L'OUTRE-RÉEL, MICROCOSME DE L'ÉTROIT TERRITOIRE
, dont le dernier chapitre est en cours d'écriture LE PARC ET LA PARQUE DES CARRIÈRES
Couplet d'Alfonce

Je suis entré dans ma carrière
À grand peine et je n'en sors plus.
J'en ai balayé la poussière
aux fossiles dont le tort tue. (bis)
La vérité sort de mon livre
Mais toi qui partage ce recueil,
Je te donnerais un conseil,
Ne t'avise jamais de me suivre.

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Hqdefault

Alarme ! Si toi rien, garde aux écrivaillons !
Duchamp, Villon et Villon ont preuve en mes sillons.


PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER 800px-Le_Crabe%2C_encrier
Le Crabe, encrier à couvercle pivotant
Raymond Duchamp-Villon, avant 1905

[...]



Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Empty Re: PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Message par Florage le Lun 1 Avr - 14:43

mieux vaut le lire de bas en haut

dans l'après-midi du 1er avril
mutations
je rappelais dans le chapitre 80 du roman ce passage de LIVREDEL écrit le 1er avril 1990

Patlotch a écrit:Chapitre 4, (six cent trente-quatrième nuit)
Chaque premier avril m'est il est vrai l'occasion de grandes décisions. Sérieuses. Comme de commencer ma vie professionnelle. Comme là de commencer un nouveau chapitre. Comme de me taire au nom des muets de Nimistaire. Comme de tuer la Comtesse. Comme de dire à Catherine - couche avec moi je serai ton ami. Enfin, son ami, on verrait... Car changer de chapitre, ça commence par changer de femme.
c'est le genre de bonne habitude que je ne compte pas perdre. Je vais passer de la femme écriture poétique à la femme musique et guitare, et de ce fait être moins présent sur Internet, ou comme toujours en relation avec ce que je fais, praxis oblige...

aujourd'hui, fruit d'un hasard objectif (Breton), la seconde partie du roman L'OUTRE-RÉEL IV a dépassé les 7.000 vues et le sujet le plus lu sur les Gilets jaunes

guitare
il me reste  quatre jours/chapitres à écrire, et comme annoncé je marquerai une pause avant la partie IV. 3. Progressivement, la guitare accapare ma concentration, et mes doigts sont moins douloureux. Je retrouve la "science harmonique" de l'instrument, en l'adaptant d'une guitare de jazz à cordes métalliques à une guitare classique à cordes nylons, que je joue sans ongles, avec la pulpe des doigts, comme les maîtres de la guitare classique et espagnole jusqu'aux années 1950. Le son semble moins puissant parce que cette technique met moins en évidence les harmoniques aiguës et davantage les fondamentales. Vélocité plus difficile, mais son plus chaud et plus rond par conséquent, en attendant d'avoir de la corne, sans brume de bruits indésirés

théorisations
mutations aussi dans la publication d'articles ou commentaires, en assumant totalement un positionnement théorique tournant le dos aux fantasmes d'une révolution prolétarienne ou autre, et laissant son milieu de production pseudo-radical à son étroitesse d'esprit, son conceptualisme désuet, son manque de curiosité intellectuelle, ses chamanes du prolétariat et son ignorance des mutations dans le capitalisme même, sur la base de changements technologiques déterminant le contenu de ses contradictions, comme Marx, féru des sciences de son temps, le montrait dans sa critique même du Capital, le mode de production et le livre critique de l'économie politique


Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Empty Re: PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Message par Florage le Ven 5 Avr - 9:43

mieux vaut le lire de bas en haut, Florage pour Patlotch

dans la matinée du 5 avril
vive la quille... et la musique
libéré de l'écriture de LA ZAD EN L'ÉTROIT TERRITOIRE - L'OUTRE-RÉEL IV.2, j'entre dans une nouvelle vie, consacrée centralystiquement à la musique et accessoirieusement mieux guitare que j'aimais

j'envisage un concert à domicile dans un an, qui sera retransmis en vidéo par les soins de mon fils vidéaste. Je prévois un répertoire d'une douzaine de morceaux, blues, standards de jazz, thèmes populaires traditionnels, compositions personnelles anciennes et nouvelles, improvisations libres


PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER D3X1IUpXsAAsr2l

dans l'après-midi du 1er avril
mutations
je rappelais dans le chapitre 80 du roman ce passage de LIVREDEL écrit le 1er avril 1990

Patlotch a écrit:Chapitre 4, (six cent trente-quatrième nuit)
Chaque premier avril m'est il est vrai l'occasion de grandes décisions. Sérieuses. Comme de commencer ma vie professionnelle. Comme là de commencer un nouveau chapitre. Comme de me taire au nom des muets de Nimistaire. Comme de tuer la Comtesse. Comme de dire à Catherine - couche avec moi je serai ton ami. Enfin, son ami, on verrait... Car changer de chapitre, ça commence par changer de femme.
c'est le genre de bonne habitude que je ne compte pas perdre. Je vais passer de la femme écriture poétique à la femme musique et guitare, et de ce fait être moins présent sur Internet, ou comme toujours en relation avec ce que je fais, praxis oblige...

aujourd'hui, fruit d'un hasard objectif (Breton), la seconde partie du roman L'OUTRE-RÉEL IV a dépassé les 7.000 vues et le sujet le plus lu sur les Gilets jaunes

guitare
il me reste  quatre jours/chapitres à écrire, et comme annoncé je marquerai une pause avant la partie IV. 3. Progressivement, la guitare accapare ma concentration, et mes doigts sont moins douloureux. Je retrouve la "science harmonique" de l'instrument, en l'adaptant d'une guitare de jazz à cordes métalliques à une guitare classique à cordes nylons, que je joue sans ongles, avec la pulpe des doigts, comme les maîtres de la guitare classique et espagnole jusqu'aux années 1950. Le son semble moins puissant parce que cette technique met moins en évidence les harmoniques aiguës et davantage les fondamentales. Vélocité plus difficile, mais son plus chaud et plus rond par conséquent, en attendant d'avoir de la corne, sans brume de bruits indésirés

théorisations
mutations aussi dans la publication d'articles ou commentaires, en assumant totalement un positionnement théorique tournant le dos aux fantasmes d'une révolution prolétarienne ou autre, et laissant son milieu de production pseudo-radical à son étroitesse d'esprit, son conceptualisme désuet, son manque de curiosité intellectuelle, ses chamanes du prolétariat et son ignorance des mutations dans le capitalisme même, sur la base de changements technologiques déterminant le contenu de ses contradictions, comme Marx, féru des sciences de son temps, le montrait dans sa critique même du Capital, le mode de production et le livre critique de l'économie politique


Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Empty Re: PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Message par Florage le Jeu 6 Juin - 15:23

du 4 juin, mis à jour

LEST ET INDIEN
Patlotch a écrit:j'ai hésité à stopper la publication dans le forum pour des raisons strictement égoïstes, si j'entends que ça priverait quelqu'un.e de quelque chose

hier matin, j'ai supprimé par inadvertance un billet au sujet du RETOUR DE L'INFANTE PRODIGUE Marion Maréchal, dans une heure d'interview par LCI dimanche soir, où je disais voir l'opportunité pour elle de pousser plus loin ce qui est de fait souhaité en même temps par Macron depuis son duel avec Tata Marine au second tour des présidentielles. La seule différence avec Tata est pour Marion stratégique et tactique, car pour elle le RN ne peut arriver seul au pouvoir

au fond, ce petit événement politique venait clore la séquence des deux années passées, elle en retrait stratégique -, passées par Macron à asseoir durablement la restructuration politique qu'il avait programmée dans son livre "Révolution", la seule véritablement réussie dans le paysage politique et idéologique français, ce qui m'a fait renommer le sujet faisant suite à ceux sur les Gilets Jaunes : ET MAINTENANT, LA POLITIQUE RESTRUCTURÉE EN MARCHE

plutôt que de récrire ce commentaire, j'ai tout-à-fait volontairement supprimé d'autres interventions et quelques sujets entiers

certes, rien de ce que j'écris n'est à mes yeux indispensable, parce qu'au fond cela tient maintenant pour moi d'évidences, bien que la plupart préfèrent baver sur autre chose, à commencer par les "camarades". Tant que je prends un certain, voire un malin, plaisir à le faire, ça va. Quand ça m'ennuie et surtout me prend un temps précieux pour autre chose qui n'a pas à être rendu public, c'est une alerte : je suis en train de gâcher ma vie, pour qui ? pour quoi ? à quoi bon ? On ne peut pas indéfiniment jeter ses bouteilles à la mer, déjà pleine de plastique...

je baisserai donc encore la voilure du forum, tout en me réjouissant que les sujets les plus lus, avec 200 à 400 lectures par post, soient mon cycle romanesque plus de 20.000 clics, mon suivi des Gilets Jaunes les approchant, et le dernier sur la guitare recueillant en moyenne 40 lectures, ce qui n'est pas rien vu la spécificité du sujet et l'absence de tout relais hors ma diffusion dur facebook et twitter

je poursuivrai donc, parallèlement à mes études pratiques de la guitare 8-cordes, ces carnets d'un guitareux, en conscience que si ça ne peut pas concerner grand monde, c'est absolument sans équivalent. Le plus éphémère et léger sera réservé à https://twitter.com/patlotch. Il suffira donc à ma lectorate en manque de s'y abonner. Pour le reste, la critique théorique, je maintiendrai une veille millimétrée


et puis merde, apprenez à pêcher !

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Indiens-Talamanca-peche-arc-1920-e1500727502790

Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER Empty Re: PENSER OUTRE PASSER OU TRÉPASSER

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum