SÈVES de Jean-Paul Chabard alias Patlotch
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

jaunes  guerre  contre  jazz  gilets  idéologie  peinture  Marx  

Juin 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier


UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Empty UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Message par Patlotch le Mar 19 Mar - 11:39


alors que je vais reprendre la guitare, et me consacrer au blues, à la composition de thèmes et chansons, j'ouvre parallèlement ce sujet de "révisions" des musiciens et disques par lesquels j'ai découvert le blues, en l'année 1968

un sujet est consacré au blues sous toutes ses formes et variantes stylistiques, acoustiques et électriques, ainsi que dans le jazz, la soul, le Rn'B, etc. > célébrations du BLUES

je ne parlerai ici que de "blues" dit "rural", ou du moins acoustique, et de guitare, sous tous les aspects y compris techniques, tant est riche l'invention, d'un musicien à l'autre, des manières de jouer qui ont révolutionné l'histoire de l'instrument

Lightin' Hopkins
Texas Blues Guitar


UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR 9b11a7a22e958141a77c072b72591c3b

mon premier disque, je l'ai trouvé en Allemagne en 1968. Un LP 33T de 1960 réédité sur label Barnaby. Hopkins y joue de la guitare et du piano, chante et parle. Dans Mister Charlie, il présente l'histoire longuement (paroles plus bas), celle d'un petit garçon bègue qui cherche du travail, rencontre un vieil homme, Monsieur Charlie, qui lui offre de rester chez lui surveiller son moulin et de le prévenir s'il prend feu. Le moulin prend feu, et le gamin tente de prévenir Monsieur Charlie, mais celui-ci ne veut rien entendre parce que le gosse ne s'exprime pas correctement...

ce qui m'avait frappé, c'est que la partie parlée, sans accompagnement, était aussi musicale que la suite, ce qui est assez typique de l'accent des Noirs du Sud, mais qu'on retrouve aussi dans les interviews de Louis Armstrong, les histoires racontées par Fats Waller, ou Ray Charles, entre autres



(Spoken, without accompaniment:)

Once in the country there was a little boy; every morning that he would go to the table with his little two sisters and brothers, you know, he would go there, he couldn't talk but his mother didn't know what was wrong with him so... she would go to the table in the morning, she would fix for breakfast, she'd fix toast and coffee, enough, coffee for the tin, toast for the eggs for the church, then she would ask and say, "what you want this morning?" Oh mama, toast and milk, you know things like that you know. But the little old boy he couldn't talk good, so she asked him say "what you want son"? Said "sa-sa-a I want-t t-t-t-" She said "Hush". Say "I tell you what to do. You just hush, I just go bring you what I bring the rest of 'em, cause one of these days I'm gonna learn you how to talk."

She goin' back and she fixes, the next morning same thing. "So what would you children want this morning?" "Butter 'n toast mama." Get around to the little old boy, say "What you want"? He say, "bu-bu-bu- bu-bu-bu..." she say "Lord, have mercy," that's what mama said and she walked away, say "wonder what's wrong with my child?"

He heard her. But you know the little boy couldn't do no better. So after he'd find out that mama couldn't understand him, and he couldn't understand the way his mama was doin' him, he packed up his little flower sack, and he decide that he would leave
So when he left, on his way, he run up on a old rollin' mill, what they call Mister Charlie's. So he walked up to mister Charlie, mister Charlie was workin' round in his rose bushes 'n things... so he taps him: "mi-mi-mi..." say "Mister!" But he didn't know his name that time. The man straightened up and said "my name is mister Charlie". He say "mi-mi-ch-ch-ch-ch-" He said "but boy I ain't got to fool with you, you can't work." He said, "me-me can work!"

So the man went on workin' and he'd tap him again. He said "me-me-me wanna home". He said "look, boy, I've got a old bunk house out in the back," said "and if you promise me that you will stay in this bunk house, and watch my mill, and keep the fire from burning my mill down," say "I live two blocks up the road," say "and if you see the mill's on fire, say you run up and tell me the mill's on fire, you got a home and meal as long as I've got it." "Ta-ta-ta-ta-thank you mister Charlie." So the little old boy went to bunkin' that night

Sho' enough, late one Sunday morning, mister Charlie's mill caught on fire. Which he'd forgot about what he had told the little boy. The little boy run up to him, he was cleaning out his front yard, makin' it beautiful with them rose bushes, you know with them red rose bushes you know how to keep 'em red those rose bushes, and the little boy run up there, tapped him on his back, and he raised up and said "Hey son, why here's you again."

"Ye-ye-ye-ye-ye-ye-ye" and he was pointing back toward the mill, tryin' to tell him his rollin' mill was on fire. So mister Charlie said, "I ain't got time to fool with you." So the little boy stuttered too bad for him to understand. So mister Charlie stooped over him again, he pat him on the back, said "ye-ye-ye-ye-your ro-ro-" he said "Wait a minute." He said, "if you can't talk you must sing", and he hollered:

(sung)
Whooooooa mister Charlie, do you know your rolling mill is burnin' down?
Mister Charlie, do you know your rolling mill is burnin' down?
Mister Charlie said if you ain't got no water boy, just let that old mill burn on down
Little boy was lonesome, he walked off and cried, he said,,,
He walked back and he said it one more time
Whooooooooa mister Charlie, I won't have no place to stay
Mister Charlie, I won't have no place to stay
Mister Charlie said Boy, you'll have a home with me, just as long as there is a day
Little boy sighed and he tell it one more time
He hollered at him:
Whooooooa mister Charlie, do you know your rolling mill is burnin' down?
Mister Charlie, do you know your rolling mill is burnin' down?
Mister Charlie said, "If you ain't got no water boy, just let that old mill burn on down"
Lightnin’ In New York
This is one of Hopkins’s classic records. He recorded it on a six week trip to the big city in the fall of 1960. The same trip also yielded Mojo Hand on Fire Records. Nat Hentoff recorded this one for his Candid Label. Hentoff said he just sat in the control room and let Hopkins do what he wanted. Has the first and best version of “Mr. Charlie.” This is a must have for any Hopkins collection.

Take It Easy
Mighty Crazy
Your Own Fault, Baby, To Treat Me The Way You Do
I've Had My Fun, If I Don't Get Well No More
The Trouble Blues
Lightnin's Piano Boogie
Wonder Why
Mister Charlie





Patlotch
Admin

Messages : 745
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Empty Re: UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Message par Florage le Sam 23 Mar - 15:13

Patlotch a écrit:
la preuve par Hendrix

preuve de deux choses, le génie d'Hendrix n'en ayant pas besoin. La première est qu'un grand guitariste a "le même son" acoustique qu'électrique, cela ne dépendant que de son vibrato ou autres doigtés des deux mains, et de ses choix harmoniques. La seconde est que blues a introduit, notamment à la Nouvelle-Orléans, des gammes indiennes en sus de la "gamme pentatonique" et les "blues notes" d'origine africaine bien connue. Toute la musique d'Hendrix en est pétrie



Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Empty Re: UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Message par Florage le Mer 27 Mar - 9:18



La RESO Rocket WB, créée en 2013 est une guitare à résonateur au corps en acajou. Steve James en a conçu le prototype sur la base des guitares en métal, mais avec la chaleur d'un corps en bois.

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Kge8thlyseyxnbslfx32


son jeu s'inspire de la manière très simple de Furry Lewis (1893-1981), qui devient musicien professionnel vers 1915, prenant part à des spectacles ambulants et se produisant dans les rues. Sa carrière discographique commence à Chicago dans les années 1920.



UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Furrylewis_t607


Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Empty Re: UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Message par Florage le Ven 29 Mar - 12:16


UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR BOOKER_WHITE_01
Booker White plays Hard Rock in 1968 when the Duolian retained its frosted Duco finish.
Wayne T. Helfrich.

“Hard Rock.” That’s the name used by Mississippi blues man Booker White to christen his 1933 National Duolian. And Hard Rock was a hard-traveled guitar – much like White himself.
Cousin de B.B. King, Booker T. Washington White apprend d'abord le piano grâce à son père John, musicien et ouvrier ferroviaire. Celui-ci lui achète même sa première guitare peu après. Adolescent, il semble avoir croisé la route de Charley Patton bien que ce point reste sujet à caution. Toujours est il que son jeu à la guitare restera fortement influencé par Patton. Sa mère Lula White est la fille d'un prêcheur. Sportif, Booker partage son temps entre le base-ball et la boxe. En 1930, il rencontre Ralph Limbo - talent-scout pour Victor - qui lui propose de produire ses premiers enregistrements. Ceux-ci auront lieu à Memphis en mai 1930 sous le nom de Washington White, accompagné par Napoleon Hairiston. Il grave une bonne douzaine de morceaux mais seulement quatre d'entre eux seront publiés dont ses fameux "New Frisco train" et "Panama limited". Le reste du matériel est encore aujourd'hui resté inédit. Malheureusement, dans les années qui suivent, il ne retrouve pas d'autres opportunités.

Ce n'est qu'en septembre 1937, grâce à Big Bill Broonzy, qu'il pourra enfin retrouver le chemin des studios. Il grave les fantastiques "Pinebluff Arkansas" et "Shake 'em on down" pour Vocalion. Cependant, il est impliqué dans une bagarre pendant laquelle il blesse un homme à la cuisse en situation de légitime défense. Il écope de trois ans de pénitencier à Parchman Farm. En mai 1939 - toujours emprisonné - il grave deux morceaux pour John & Alan Lomax et la Bibliothèque du Congrès.

Libéré en 1940, Bukka (une prononciation phonétique de Booker qu'il n'aimait pas trop) retourne à Chicago et enregistre sous la houlette du producteur Lester Melrose. Ces séances de mars 1940 accouchent de nombreux chefs d'oeuvre : "Parchman Farm blues", "Fixin' to die", "Aberdeen Mississippi blues", "Special stream line" parmi d'autres. Après 1940, on perd sa trace. On ne sait pas grand chose de la vingtaine d'années qui a suivi. Il s'installe à Memphis en 1942 et se sépare de sa première femme Susie. Bukka travaille comme laboureur ou comme ouvrier ne jouant sa musique qu'occasionnellement.

source


White’s playing itself was equally influential. If you believed his braggadocio, he inspired House’s slide playing: “Son House got that slide from me,” White once said. “He wasn’t using no slide when I run up on him. He wasn’t using even the bottleneck, too. And after, the next time I’d see him, he had a bottleneck. And so he’s been bottlenecking ever since.”

In fact, White’s slide work was so daunting it prompted his cousin, B.B. King, to give up trying to play with a bottleneck. “I could never, ever play slide guitar like Booker,” King said – which is one reason he developed his own, totally different style and his famed butterfly vibrato technique to mimic the sustain of White’s slide.


UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR BOOKER_WHITE_02-386x1024
White had his hard-traveled Duolian stripped and chromed after his October ’72 European tour.

source


Eric Bibb joue la guitare de Bukker White


Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Empty Re: UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Message par Florage le Lun 8 Avr - 15:37


Libba

Elizabeth Cotten, dite Libba, 1895-1987, ne connaissait pas les techniques musicales conventionnelles. Gauchère, elle avait la particularité de tenir sa guitare à l'envers, ce qui l'obligeait à jouer les mélodies avec le pouce et les basses avec les autres doigts. Sa technique spéciale fut nommée Cotten Picking.

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Asch_02_009_046_010_r

À l'âge de sept ans, elle fit ses premiers pas en musique avec le vieux banjo de son frère. Après avoir mis de côté un peu d'argent, elle s'offrit à huit ans sa première guitare qu'elle nomma Stella, puis écrivit à partir de dix ans ses premières propres chansons, dont Freight Train, qui fut l'une des plus reconnues.

Elle commença à travailler vers treize ans, comme serveuse, avec sa mère. Ensuite, Elizabeth Cotten joua dans des églises. Elizabeth Cotten cessa de jouer de la guitare pendant près de vingt-cinq ans, à l'exception de quelques interprétations occasionnelles dans des églises. Ce n'est qu'en atteignant la soixantaine qu'elle commença à enregistrer et à jouer sur scène.

Durant la seconde moitié des années 1950, Mike Seeger enregistra sur ruban magnétique les chansons d'Elisabeth: ces chansons furent commercialisées sous le label de Folkways Records. Après leurs sorties, ses chansons, et en particulier le titre Freight Train, furent reprises par le groupe Peter, Paul and Mary, Jerry Garcia, Bob Dylan, Matt Valentine, Taj Mahal et Joe Dassin (Je change un peu de vent).



Dans les années 1960, elle fit de nombreuses apparitions sur scène avec des grands noms de la musique comme Mississippi John Hurt, John Lee Hooker, et Muddy Waters, lors du festival Folk de Newport et lors du Smithsonian Festival of American Folklife.

Elle continua ses tournées et ses enregistrements jusque dans les années 1980. En 1984, elle remporta le Grammy Awards de la meilleure chanson traditionnelle pour son album Elizabeth Cotten Live. En 1989, Cotten fit partie des 75 femmes afro-américaines choisies pour apparaître dans le documentaire photo, I Dream a World. Source



Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Empty Re: UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Message par Florage le Sam 13 Avr - 11:44


Mississippi John Hurt

Christian Casoni a écrit:En 1952, Folkways pose la première pierre du revival en sortant une monumentale anthologie du folk américain, un coffret six-albums, 84 titres dont ‘Frankie’ et ‘Spike Driver Blues’ sur lesquels les jeunes de l'étage au-dessus commencent à se déniaiser les phalanges. Signature : Mississippi John Hurt. John cultivait son jardin depuis une trentaine d'années maintenant, ignorant qu'il devenait une sorte de licorne dans le Nord. Ceux du folk fantasmaient sur ce nom : Mississippi John Hurt, convaincus qu'il était blanc et avait rendu l'âme depuis longtemps. « He was an absolute hit, déclare Tom Hoskins, son redécouvreur. He played guitar like nobody else did!” Hoskins tombe sur ‘Avalon Blues’. « Avalon my home town… »


1928
Tilt ! Ce bled ne figure sur aucune carte récente, mais Hoskins finit par le situer dans un vieil atlas de 1878. Washington-Avalon. En 1963 dans le Mississippi, on se méfie toujours des bagnoles immatriculées dans le Nord. A bord de celle-ci : Hoskins, Spottswood, un musicologue, et son épouse. Avalon, c'est juste un general store et quelques métairies. John est chez lui avec M. Perkins, son proprio. Il s'occupe de ses vaches. Quand il grimpe dans la tire de Spottswood, John est persuadé que le FBI est en train de l'embarquer, il n'ose pas demander pourquoi. Pendant les trois ans qu'il lui reste à vivre, il est couvert de gloire et malheureux loin d'Avalon. Au moment de se mettre en route, Perkins aurait réclamé aux Spottswood cent dollars que lui devait le songster. Mme Spottswood l'aurait réglé sur-le-champ. Plus tard, les héritiers et les ayant-droits de John Hurt se déchirèrent devant les tribunaux. Les plaignants firent allusion aux cent dollars de Perkins, deux Blancs dealant entre eux la liberté d'un homme noir. source

Hurt utilisait un style de fingerpicking rapide et syncopé à trois doigts et basses alternées, une technique reprise plus tard par Bob Dylan

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR AG307_mississippi_john_hurt_lesson_4

comme Elisabeth Cotton plus haut (ou plus tard Wes Montgomery dans son jeu au pouce), il gardait ses troisième et quatrième doigts sur la table de la guitare, tandis que ses deux autres doigts jouaient la mélodie, avec une grande rigueur de tempo

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR MississippiJohnHurt2


Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Empty Re: UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Message par Florage le Jeu 9 Mai - 20:53


@AcousticGuitar_ a écrit:We're still celebrating the birthday of #RobertJohnson with this spooky performance of his "Hellhound on My Trail" by the fantastic modern blues player #KellyJoePhelps. Some serious mojo in this song and performance! #acousticguitar #bluesguitar #HellhoundOnMyTrail #acousticblues



Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR Empty Re: UN COUP DE BLUES ? ACOUSTIC GUITAR

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum