SÈVES de Jean-Paul Chabard alias Patlotch
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

idéologie  jazz  Marx  gilets  guerre  contre  jaunes  peinture  

Derniers sujets
Août 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier


C'EST À ÉCOUTER

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

C'EST À ÉCOUTER Empty C'EST À ÉCOUTER

Message par Florage le Ven 19 Avr - 7:08


LIRE DAMASIO, POURQUOI PAS ?
Patlotch a écrit:je n'avais pas une grande sympathie pour Alain Damasio, l'idée que j'en avais étant celle que je m'étais faite à la lecture de ses articles pour lundimatin. Coincé dans les bouchons parisiens hier après-midi, alors que j'étais allé acheté des cordes de guitare assez rares (La Bella 900 à basses polies), j'ai pu écouter intégralement l'émission La méthode scientifique de France Culture lui consacrait pour la sortie de son troisième roman, Les furtifs

C'EST À ÉCOUTER 5cb6bd6b24000076000680cd

Ils sont là parmi nous, jamais où tu regardes, à circuler dans les angles morts de la vision humaine. On les appelle les furtifs. Des fantômes ? Plutôt l’exact inverse : des êtres de chair et de sons, à la vitalité hors norme, qui métabolisent dans leur trajet aussi bien pierre, déchet, animal ou plante pour alimenter leurs métamorphoses incessantes.

Lorca Varèse, sociologue pour communes autogérées, et sa femme Sahar, proferrante dans la rue pour les enfants que l’éducation nationale, en faillite, a abandonnés, ont vu leur couple brisé par la disparition de leur fille unique de quatre ans, Tishka – volatilisée un matin, inexplicablement. Sahar ne parvient pas à faire son deuil alors que Lorca, convaincu que sa fille est partie avec les furtifs, intègre une unité clandestine de l’armée chargée de chasser ces animaux extraordinaires. Là, il va découvrir que ceux-ci naissent d’une mélodie fondamentale, le frisson, et ne peuvent être vus sans être aussitôt pétrifiés. Peu à peu il apprendra à apprivoiser leur puissance de vie et, ainsi, à la faire sienne.

Les Furtifs vous plonge dans un futur proche et fluide où le technococon a affiné ses prises sur nos existences. Une bague interface nos rapports au monde en offrant à chaque individu son alter ego numérique, sous forme d’IA personnalisée, où viennent se concentrer nos besoins vampirisés d’écoute et d’échanges. Partout où cela s’avérait rentable, les villes ont été rachetées par des multinationales pour être gérées en zones standard, premium et privilège selon le forfait citoyen dont vous vous acquittez. La bague au doigt, vous êtes tout à fait libres et parfaitement tracés, soumis au régime d’auto-aliénation consentant propre au raffinement du capitalisme cognitif.

France Culture a écrit:15 ans ont passé depuis la parution de "La Horde du Contrevent", deuxième roman d’Alain Damasio, qui a propulsé son auteur au firmament des auteurs de science-fiction française. Mais faut-il vraiment parler de science-fiction ? L’œuvre de Damasio, depuis La Zone du Dehors, en passant par ses nouvelles, un jeu vidéo, la musique qui accompagne ses récits, ses performances… est une oeuvre totale, aussi résolument politique que poétique.

Pour parler de ce nouveau roman très attendu, Alain Damasio est l'invité de Nicolas Martin dans La Méthode scientifique.


j'ai trouvé passionnant et assez impressionnant ce qu'il a dit sur son travail d'écrivain et toutes les dimensions qu'il y introduit comme romancier, la répartition des langages et "voix" selon les personnages, la différenciation du son faisant appel à une grande connaissance et expérience pratique de la phonétique, mais aussi de la forme des lettres, d'où l'appel à un typographe pour le rendu dans ce roman

les considérations politiques voire théoriques de Damasio me semblent parfois plus fumeuses et sans doute, il n'est pas le seul, plus pauvres que celles de son écriture romanesque, sans doute parce que tranchées par une parole "engagée" (on a vu le triste résultat chez Aragon et bien d'autres, et Damasio militant n'y échappe pas), alors, il le dit lui-même, que ses personnages permettent au lecteur de naviguer entre plusieurs points de vue sans que lui soit imposé un choix par le narrateur comme dans certains types d'écriture (il cite Houellebecq...)

c'est au fond ce que j'ai tenté depuis 2012 avec les personnages de L'OUTRE-RÉEL, cycle romanesque et poétique, microcosmique et musical, mélancomique et théorique, mais dont le caractère improvisé et réalisé en quelques semaines ne permettait évidemment pas un résultat aussi aboutit que Les Furtifs, sur lequel Damasio a travaillé une quinzaine d'années...

Florage

Messages : 474
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum