SÈVES de Jean-Paul Chabard alias Patlotch
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

peinture  jaunes  guerre  idéologie  Marx  jazz  contre  gilets  

Juin 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier


PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Empty PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc.

Message par Florage le Ven 24 Mai - 7:03


du 21 mai, complété dessous par AVOIR UNE IDÉE DE LA GUITARE EST INDISPENSABLE À LA BONNE VIE


21 mai
LA GUITARE EST À LA MUSIQUE CE QUE LE VÉLO EST À LA ROUTE
la guitare est au vélo ce que la droite est à la courbe ou la corde tendue à la roue

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Bike+Wheel+Guitar
Ken Butler's Hybrid 'Guitars'
Patlotch a écrit:je ne serais plus moi si de la pratique et de la théorisation d'un objet-sujet donné, je ne tirais pas quelques considérations générales (et non moins généreuses), et la musique ne serait pas la musique si comme de tous temps elle n'avait pas incité les humains à "philosopher" à son propos ou à partir de ce qu'elle fait entendre

mais comme avec la poésie, il ne s'agit pas de faire dire à la musique ce qu'on voudrait qu'elle dise dans un autre langage que le sien, de sons, timbres, rythmes, mélodie, harmonies... plutôt ici de digressions d'un dilettante, au demeurant plus ou moins sérieuses

comme annoncé, je commencerai par établir la preuve irréfutable* que la droite est à la courbe ce que la guitare est au vélo ou la corde tendue à la roue. Ça ne s'invente pas, dit raton, et bien si justement, et ce n'est pas les rats qui l'ont fait, nonobstant cette réputation d'intelligence qui leur donne le privilège de nos laboratoires de recherches en toutes sorcelleries humaines trop humaines

* voir DICTIONNAIRE DES IDÉES QU'ON SUIT...

si je n'ai pas tout dit de cette première thèse surlecutante, c'est que ma lectorate n'est pas digne de me lire, et conséquemment, même pour ceuzécelles qui ne suivent pas, je n'écris pas 'à suivre'


n'en perdons pas les pédales d'effets
et n'oublions pas que nous n'avion que nos chaînes à perdre


PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Oldschool-Bike-Customized-Music-Pedal-Guitar-1117160

24 mai
AVOIR UNE IDÉE DE LA GUITARE
EST INDISPENSABLE À LA BONNE VIE

prélude
si vous croisez philosophie et guitare, sur Google, vous ne trouvez pratiquement rien en français, un peu plus en anglais, je n'ai pas testé le chinois

de la suite dans les idées
l'idée préludant à ce sujet n'était pas philosophistique. L'évidence m'avait sauté aux yeux de la proximité entre le vélo et la guitare pour plusieurs raisons :
- leur infinie évolution depuis le 19e siècle (en admettant que s'y stabilise la "guitare classique" moderne), y compris électrique,
et, à deux extrêmes :
- leur utilisation tant populaire, car simple, facile et peu onéreuse
- le haut niveau dans la sophistication tant technologique, avec une imagination déchaînée, qu'en virtuosités musicales ou compétitions sportives forts diverses

il n'y a guère que la cuisine qui pourrait cumuler ces extrêmes, et l'on pourrait préciser : le concept de salade par exemple. La guitare et le vélo sont comparables à nuls autres instruments de musique ou pratiques sportives*. On peut y exceller en inconnu de 17 ans ou cuisinière de 77 ans

* quant au vélo, il y aura encore la pétanque, et la guitare certains tambours, mais la première est très localisée pour une ambition mondiale et les seconds trop bruyants pour des rapports romantiques ouvrant des perspectives intimes

quoi de plus facile et commun ?
passés les tous premiers apprentissages, les premières chutes et le mal aux doigts, les deux sont accessibles à tout.e un.e chacun.e aussi bien pour se les procurer que par le peu de technique requise. Pourtant, on y réalise de tels exploits qu'il est des champions de la "petite reine" comme des "Guitar Heros" connus dans le monde entier

pas besoin d'un permis de conduire pour rouler à vélo ni d'un premier prix de conservatoire (on ne parle jamais des deuxièmes...) pour jouer de la guitare, même bien. La trottinette, électrique ou pas, pourrait changer la donne, qui emmerde tant les piétons sur le trottoir que les automobilistes sur la chaussée...

il est certainement plus facile de jouer passablement de la guitare que du piano, du violon ou du saxophone, et pourtant c'est un instrument de musique des plus difficiles et complexe dès que l'on dépasse le stade débutant, auquel on peut néanmoins demeurer toute sa vie sans inconvénient majeur, - trois accords pour accompagner des chansons et rendre heureux les amis de toujours et les passants honnêtes

compatibilités idéologiques
mais enfin, à ce stade, peut-on parler de musique, et même de musique populaire, au sens d'un "folklore" ou du blues, ou plutôt de phénomènes sociaux ? Les guitars heros du rock ou du métal remplissent des stades ou des lieux bien ou mal famés pour toutes autres raisons que l'art musical. S'y mêlent intérêts commerciaux et passions des foules et des groupes sans qu'on s'interroge trop sur le paradoxe idéologique de messages "révolutionnaires" portés par le besoin de profit des producteurs autant que souvent l'appât du gain des vedettes. M'a frappé dès les lendemains de 68 l'intérêt moutonnier des gauchistes de toutes époques pour les musiques et les chanteurs à la mode appréciés de toutes tendances politiques, eux qui sont pourtant si exigeants et sectaires en matière de contenu politique. C'est sans doute que la politique, voire la théorie révolutionnaire sont pour eux un domaine plus séparé de la vie qu'ils ne le croient, même quand ils en font du moins en paroles ou écrits, l'alpha et l'oméga de leurs soucis et de leur explication du monde

c'est pourquoi si votre philosophie de la vie ne comporte pas, comme la mienne, de rigoureuses considérations sur le vélo ou la guitare, à mes yeux elle ne vaut rien : comme peut-on parler de révolution sans s'interroger sur la place qu'y tiendront les deux ? Un exemple : pédaler pour fournir de l'électricité quand toutes les centrales seront en grève*

* quelle étrange retournement de situation : alors que pendant la guerre du Vietnam, on produisait de l'électricité avec les dynamos en pédalant, aujourd'hui s'y multiplie les vélos électriques sur batterie pour assister le pédalage

et la guerre dans tout ça ?
resterait bien une énorme différence, car de même qu'il n'existe pas de chat policier, on ne peut pas faire la guerre avec des guitares, c'est le côté chien enchaîné de la bicyclette


PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Dsc_0010
vélo militaire suisse

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Tricycle_mitrailleuse
vélos militaires

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Ob_b9775d_soldats-cyclistes-1
infanterie cycliste

alors, pas de musique militaire avec la guitare ?

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. 2520640




Dernière édition par Florage le Lun 10 Juin - 9:10, édité 1 fois

Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Empty Re: PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc.

Message par Florage le Ven 24 Mai - 15:58


LA SPÉCIFICITÉ MUSICALE IRRÉDUCTIBLE DE LA GUITARE :
ELLE SONNE FAUX ?!

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Dtk1RYiW4AAxUxC
tweet épinglé le 4 décembre 2018 par @milesokazaki
auteur du coffret de 6 CD WORK – The Complete Compositions of Thelonious Monk for Solo Guitar
l'interprétaion guitariste la plus monkienne dans l'esprit que je connaisse
Pannonica (il imité le célesta de Monk)


1) "ET TOUT ÇA POUR QUOI ?"
Patlotch a écrit:loin des spéculations historico-sociales comparatistes sur la guitare et le vélo, on peut avantageusement la considérer d'abord comme un instrument de musique. Mais c'est le même mot pour "instrument de torture", et depuis que cet instrument est entré dans ma vie comme par effraction, j'en sais quelque chose. Il ne m'aura pas tant torturé les doigts que l'esprit, et je me surprends à martyriser la lectorate de ces CARNETS D'UN GUITAREUX, car il n'est certainement pas mon instrument préféré ni idéal (j'y reviendrai)

du roman d'Ancelin Piery Un sentiment étrange, me dit-elle, je conseille la lecture de cette page

Adrien jouait sans pupitre, sans partition, il avait travaillé et retravaillé ces thèmes, ses grilles d'improvisation en solo et se sentait en totale confiance et liberté. Ses doigts agiles couraient allègrement sur les cordes de la et si, entre la quatrième et neuvième barrette, un secteur du manche qu'il affectionnait particulièrement en fin de chorus. Quelqu'un perçut-il une hésitation dans son jeu ? Une phrase connut-elle une envolée moindre qu'attendue ? Une résolution parut-elle moins nette, moins heureuse ? La suite du concert fit-elle entendre le jeu solide du guitariste teinté de moins d'audace et de virtuosité ?

Personne ne s'aperçut qu'Adrien, vers 23h30, assis sur un tabouret de scène, entendit une phrase dans sa tête, qui disait : N'est-il pas temps, n'est-il pas temps de faire autre chose ? [...]

Faire autre chose ne signifiait pas faire un choix différent de note, de rythme, d'harmonie ! Adrien sut immédiatement, et c'est c'est bien pour cela que son destin en fut modifié, que cela voulait dire faire autre chose de sa vie !

Lorsqu'il rangea la Gibson 175 dans son étui, vers 1h15 du matin, cette expression entendue deux heures plus tôt, faire autre chose, tournait dans sa tête comme les ailes d'un moulin à vent qui n'aurait moulu aucun grain. Il avait passé des années à travailler son instrument, à jouer dans les orchestres, les formations et les groupes de jazz, de blues, de variétés, des années à manger des gammes, à bosser des walking-lines, des chords-mélodies, à repiquer des solos de John Abercrombie, de Jim Hall, de John Scofield, Tal Farlow, Mike Sterne, Wes Montgomery, de Pat Metheny, Joe Pass, Bill Frisell, Pat Martino, Chris Celina, Barney Kessel, Charlie Christian, Herb Ellis, à égrener des arpèges sur les modes dorien, éolien, phrygien, lydien augmenté, mais aussi ceux qu'ils appelaient ionien bémol 6, le locrien second bécarre, ou bien encore le napolitain majeur, le bohémien, le hongrois mineur, le Bartok neuvième dièse. Des années à enseigner la guitare jazz, l'harmonie, à écrire ses propres compositions sur des mesures impaires, avec des superpositions rythmiques ou harmoniques comme jouer une triade de mi bémol mineur sur celle de mi mineur pour faire entendre une septième majeure, une neuvième juste, couleurs tendues par la note de si bémol, ou la dièse selon le côté où l'on se place comme il disait, ce qui faisait jouer une gamme de mi mineur mélodique quarte augmentée, et tout ça pour quoi ? Pour entendre dans sa tête, un peu avant Noël, n'est-il pas temps de faire autre chose ?

À l'aide d'un chiffon doux, il essuya son instrument et abaissa le couvercle [...]

toute passion tournant à l'obsession puis à l'addiction confine à la folie de qui se croit devenir un expert de son objet d'investissement, la guitare pratiquée en appliquant une théorie qu'on en sait pas oublier, est à cet égard comme la théorie communiste. J'avais épinglé les experts du jazz passant à côté de la musique dans un texte de 2003, JAZZ ET COMMUNISME : « Les amateurs de jazz sont insupportables. Les connaisseurs de jazz sont insupportables. Les critiques de jazz sont insupportables... », et ce n'est pas pour tomber dans des travers qui m'ont toujours insupporté

autant dire qu'en revenant de l'une pour revenir à l'autre, je n'étais pas trop dupe du risque que je prenais, au moins d'être mal compris, dont témoigne mon exposé d'hier
IMPROVISATION et COMPOSITION MODALE EN B MINEUR MÉLODIQUE... puis ACCORDS ET HARMONIE EN QUARTES
. Heureusement, je n'aurais jamais le temps ni l'envie de systématiser cette approche au point de l'appliquer à autre chose qu'une ou deux compositions.

Schoenberg a passé près de 40 ans sur la problématiques des accords de quartes. malgré ce temps considérable, il n'y a consacré qu'un chapitres dans son Traité d'harmonie de 1911

à cet égard les explications de la méthode "Contemporary Modal Improvisation for guitar" cité hier, sont insatisfaisantes, car les notes communes aux accords des deux systèmes n'entrent pas dans les mêmes rapports d'harmoniques... Comme le montre Jo Anger-Weller dans Clefs pour l'harmonie..., celles que fournit George Russel pour justifier son Concept lydien chromatique relèvent aussi du « souci constant de raccrocher l'organisation des sons à la Nature; souci partagé par de nombreux théoriciens qui trouvent dans la Nature la confirmation de leur théorie ! » (page 203). Elle avait cité en introduction Edgar Varèse : « Je ne distingue pas son et bruit. Lorsqu'on dit bruit (pour l'opposer à son musical !) il s'agit du refus d'ordre psychologique : le refus de tout ce qui le détourne du ronronnement, du "plaire", du "bercer". » (p.11), et la dernière phrase du livre suggère de ]« revenir au point d'où nous sommes partis (le point sonore), terminons par une question ouverte depuis des siècles, à toutes les interprétations : « Quand un arbre tombe dans une forêt, sa chute fait-elle du bruit  s'il n'y a personne pour l'entendre ? » (p. 207)

on pourrait en dire autant du système que Jef Gilson dans L'harmonie du Jazz (Connaître et utiliser les accords et les gammes, Progressions harmoniques-modes-canevas d'improvisation), 1981 et que Pierre Cullaz l'avait aidé à adapter à la guitare ; de la systématicité dodécaphoniste, et même de la tonalité occidentale entière, puisqu'il est rigoureusement impossible de fonder un rapport entre sons musicaux et Nature à partir des échelles tempérées ! Relativement à la "Nature" elles sonnent faux selon la loi physique des harmoniques naturelles, et les approximations "lydiennes" sur la quarte augmentée, fa# sur fondamentale do,  plutôt que fa quarte juste, parce que plus proche de l'harmonique correspondante ne peuvent justifier qu'on l'entende dans le tempérament

des siècles d'acculturation de l'oreille aux quatre coins du monde ont appris aux Indigènes de partout à entendre juste leur musique et fausse celle d'ailleurs, et les chinoiseries en langage tonal de la fin du 19e siècle, qui plus est au piano, ne valent que par une occidentalisation de modes "exotiques", autrement dit à l'époque de Debussy ou Ravel, du colonialisme. Seul le blues rural américain a échappé à cette dérive occidentaliste, tant qu'il ne fut pas récupéré par système marchand américain, cad quand il était ignoré de tous les Blancs américains à l'exception de ceux du Sud. Sans lui, pas de Rock n' Roll...

la vérité est qu'aujourd'hui, toutes les "Musiques du monde" (World Music), quand elles n'ont pas été folklorisées et revivalisées dans leur relative invariance, ont été occidentalisées par la technique instrumentale et le tempérament. On lira avec intérêt à ce sujet la passionnante étude de Jean-Marx Delaunay, 2019, Vers une nouvelle musique modale ? concernant les « nouvelles musiques traditionnelles » (sic), musiques populaires du Massif Central... de la France... Pas besoin donc d'une théorie décoloniale pour comprendre que cet emparement capitaliste et techniciste des musiques populaires a appliqué chez nous ce qu'il imposait à ses colonisés d'outre-mers ! On appréciera à cette aune la photo que j'ai postée dans DES GUITARES ET DES FEMMES de métaleuses philippines féministes, qui jouent une musique... américaine et blanche de naissance, celle qui fait vendre aujourd'hui le plus de... guitares à 8 cordes !


PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. 73437_10150090100822049_7402875_n.jpg?_nc_cat=107&_nc_ht=scontent-cdt1-1

alors quid de la question "ET TOUT ÇA POUR QUOI ?" ?, entre l'excès de spéculations intellectuelles, à prétention théorique de s'imposer à la pratique aussi bien dans le jazz que dans la "musique contemporaine", et le caractère populaire de ce qui ne fait que reproduire une idéologie culturelle imposée par les critères capitalistes au point de détruire les cultures populaires ancestrales et millénaires avec la participation active de leurs descendants, celle-ci il est vrai en matière sonore plus proche de la "Nature" ?  

ce qui est vrai, ce que n'importe quel individu de n'importe quelle origine et peuple peut aimer n'importe quelle musique et la considérer comme la meilleure à l'insu de son plein gré c'est vrai pour le bourgeois passionné de musique classique contemporaine comme pour le prolo passionné de "métal", qui imite à merveille les sons de l'usine. Quand je bossais dans les bureaux à l'époque des machines à écrire mécaniques de bien avant les ordinateurs et traitements de textes, je trouvais très musical le son derrière les portes des secrétaires...



je laisse ma lectorate méditer, mais l'on voit bien que tous les chemins mènent à la Rome mondialisée quand partout sonnent les cloches inharmoniques* du capital

* lire Philippe Manoury, Traité d’inharmonie : « 3.33 Les différentes sortes de cloches ont été, dans l’histoire, une des principales sources d’utilisation de l’inharmonicité, même si ce terme n’était pas utilisé par les compositeurs eux-mêmes. » Il écrit au demeurant plus haut : « 1.112 La musique occidentale n’est pas plus savante que certaines autres musiques, elle est seulement plus ordonnée. »

ça nous éloigne de la guitare ? Pas tellement puisque c'est elle qui nous a amené là, mais elle ne sonne pas plus "juste" qu'un piano, elle n'a que l'avantage économique de ne pas nécessiter le recours à un accordeur de métier pour l'accorder. Personnellement, je trouve parfois que même dûment vérifié par un accordeur électronique, la mienne sonne faux dès les intervalles de quinte, alors que sa conception/production de lutherie industrielle est hors de cause, et ça qui n'a rien d'étonnant compte tenu de la conception de cet instrument, comme quoi il au moins une spécificité : une structure fausse par rapport à la "Nature"


une guitare refretée pour jouer plus juste a des cases de largeur évoluant on régulièrement !


Un fait largement ignoré est que presque toute guitare est en fait impossible à accorder. Elles peuvent être accordés à d’autres guitares, et aux claviers, mais le placement des frettes sur le cou fait sortir de chaque intervalle, et chaque accord  est joué est hors de la mélodie. Cette guitare a été refretée pour jouer précisément sur les petits ratios entiers qui harmonisent notre univers.  En fait plus agréable à écouter et à jouer. Aussi plus facile et plus amusant une fois que vous vous habituer à penser en termes de ratios simples.



Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Empty Re: PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc.

Message par Florage le Jeu 30 Mai - 8:14


L'AVENIR APPARTIENT À LA GUITARE

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Maillard2
Patlotch a écrit:un rapide calcul factoriel de permutations permet de compter le nombre d'accords possibles sur une guitare, étant donné le nombre de  doigts des deux mains, de cordes, et de cases atteignables par extensions. Je préserve ma lectorate de la démonstration, mais si l'on prend en compte douze degrés de l'échelle chromatique, 6 cordes (a fortiori Cool, les différents registres et renversements, les sauts de cordes... on arrive à plusieurs millions, ce qui renvoie n'importe quel encyclopédie d'accords au rang de manuel pour débutants, et pourtant... Autant dire que tous ne sont pas jouables, mais dire qu'ils ne seraient pas musicaux est autre chose

d'Hector Berlioz qui, parce que son père lui avait interdit le piano, composait à la guitare, Pierre Boulez disait : « On sent chez lui le gratteur de guitare qui fait des accords à la ‘‘va-comme-je-te-pousse’’ »  (entretiens avec Michel Archimbaud, 2016)

l'univers des sons est infini, et celui qu'on peut produire avec une guitare, compte tenu de sa facture et de son jeu, l'est aussi. Tout n'a pas été joué

l'approche ouverte du jeu de guitare, si l'on s'émancipe de tous les académismes techniques et des habitudes d'écoute, est un formidable stimulation pour la pensée, disons "méta", ce que j'ai appelé "philosophie de la guitare", et qui serait mieux nommé "philosophie par la guitare". Mais comme en tout, on ne donne pas à boire à un âne qui n'a pas soif


PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Photofunky

Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Empty Re: PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc.

Message par Florage le Jeu 6 Juin - 14:56


LA GUITARE, INSTRUMENT de L'OCCIDENT COLONIAL ?
une conception structurellement éloignée des harmoniques et sons naturels
et ses conséquences sur la domination occidentale du monde
- MUSIQUE INDIENNE CONTRE OCCIDENTALE
- UN INSTRUMENT BÂTARD : John McLaughling et Shakti
- LA GUITARE FRETLESS du Turc Cenk Erdoğan traverse et transgresse les cultures


PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. BORGHINO-GUITARS-PORTFOLIO-SHAKTI-03B
la guitare de John McLaughling dans Shakti
une solution bâtarde, voir plus bas
Patlotch a écrit:le fait de "penser par la guitare", son histoire, les mille et une manières d'en jouer, ne peut, bien au contraire, m'éloigner de ma façon de penser en général et particulièrement de ma critique du capitalisme, de la civilisation occidentale, ou de leurs critiques retombant dans les mêmes pièges d'une pensée coupée du réel par idéalisme ou, ce qui revient au même, par cet oxymore d'un prétendu matérialisme entièrement fondé sur des concepts

la guitare, du fait de sa conception strictement liée au tempérament occidental rapportant tous les sons musicaux à des degrés les éloignant de leurs liens harmoniques aux sons naturels, ne saurait être utilisée qu'à ses limites pour en sortir, les mêmes que les compositeurs occidentaux de musique savante au 20e siècle utilisant les instruments à hauteurs fixes (y compris claviers, vents, etc.), ou une approche par le bruit (Fred Frith et autres guitaristes "concrets"). Seule la famille des violons, et depuis qu'il en existe des basses et guitares fretless, peut accéder aux musiques non occidentales, comme l'a toujours fait le violon, par exemple dans les musiques arabes, orientales ou indiennes



un texte éclaire cette relation sur le site Musique de la nature, qui rend compte de la distance prise avec les sons naturels par la musique occidentale davantage que d'autres, en voie de disparition, et alors que la jeunesse de ces pays oublie ses racines en se précipitant sur des styles nés... aux États-Unis, comme le Rock et plus récemment le Metal (pensez aux petites indonésiennes jouant de la 8-cordes...)

contrairement à ce que pourrait laisser penser le contexte de publication et son fatras, par ailleurs, de mystique, l'article est très fondé et argumenté scientifiquement. Je n'en donne que l'introduction, les grands titres, et la conclusion



Au cœur de la musique indienne est le raga, qui est un état d'esprit, un sentiment, exprimé par une gamme microtonale. Il existe de nombreux ragas, et chacun a sa propre ambiance et sa propre gamme microtonale correspondante basée sur ce qu'on appelle la série harmonique naturelle - la loi naturelle des vibrations.

Cependant, au cours des 100 dernières années, la musique indienne a été influencée par un système tonal étranger qui n'est pas basé sur la série harmonique naturelle. Le système tonal occidental a influencé la musique indienne principalement parce que des musiciens indiens ont adopté les instruments occidentaux à tons fixes. C'est surtout le cas de l'harmonium, qui est devenu très populaire et très répandu en Inde.

Le système tonal de la musique occidentale est basé sur une division artificielle de l'octave en douze intervalles égaux. Cela signifie tout d'abord que les notes sont désaccordées, mais aussi que le nombre d'intervalles disponibles pour l'expression musicale est très limité par rapport aux possibilités infinies de la série harmonique naturelle.

Par conséquent, il n'est pas possible de jouer un raga correctement avec un instrument à tons fixes basé sur le système tonal occidental. C'est comme essayer de faire une copie d'une peinture sans avoir accès aux couleurs de l'original. Ce système est incapable d'exprimer toutes les nuances subtiles des intervalles naturels utilisées dans un grand nombre de ragas.

Le système tonal occidental est cependant devenu si dominant dans le monde aujourd'hui, ainsi qu'en Inde, que les gammes microtonales originales des ragas sont en danger de disparition. De nombreux érudits de la musique indienne considèrent que ce développement est très préjudiciable, non seulement pour la musique indienne en tant qu'art, mais surtout parce que les ragas sont à l'origine un moyen de développement de la conscience.

En remplaçant les gammes microtonales originales par des approximations en gammes occidentales, la force et la puissance originelles des ragas sont en train de se perdre - ce qui n'est pas seulement une considération théorique, mais une constatation basée sur l'expérience. Pour cette raison, nous pensons qu'il est important de sensibiliser le public à ce problème. Nous donnons donc ici une description, une comparaison et un résumé historique des systèmes tonaux originaux indiens et occidentaux.

L'ESSENCE DE LA MUSIQUE
INTERVALLES D'INTONATION JUSTE
nature du son, harmoniques, intervalles, problèmes de l'accordage...
LE SYSTÈME DE DOUZE TONS À TEMPÉRAMENTS ÉGAUX
LIMITES DU SYSTÈME À TEMPÉRAMENT ÉGAL
L'INFLUENCE DE LA FRÉQUENCE DU SON SUR L'ESPRIT
CONSONANCE ET DISSONANCE

BATTEMENT
INTONATION JUSTE COMBINÉE AU TEMPÉRAMENT ÉGAL

CONCLUSION
Pour conclure. La musicologie occidentale a dégradé l'harmonie et la beauté des intervalles sonores de la musique en déformant leurs rapports naturels. En outre, elle a construit une prison pour sa musique en l'isolant d'un vaste univers d'expressions musicales potentielles. Elle a même conditionné les musiciens à entendre que la musique en accord avec les harmoniques naturelles sonne faux.

En incorporant les instruments occidentaux à tons fixes dans la musique indienne, la puissance initiale et la pureté de cette musique a été déformée et polluée. On éloigne la musique de l'harmonie des lois de la nature, alors qu'elle est censée faire le contraire, nous amener plus en harmonie avec les lois de la nature. Nous pensons donc qu'il est important de sensibiliser le public à ce sujet.

UNE SOLUTION BÂTARDE

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. R-2248564-1330052411.jpeg
le guitariste John McLaughlin tentera la quadrature du cercle avec le groupe Shakti, en 1976, utilisant une guitare acoustique conçue pour l’occasion, avec un ensemble de cordes fixes sur la table d’harmonie entrant soit naturellement en résonance sympathique soit activé par l’instrumentiste. S’ajoutait à cela un manche scallopé aux frettes creusées permettant une malléabilité accrue des cordes, pour rapprocher son jeu de celui du sitar. Il n'est pas difficile d'entendre que dans tous les traits rapides, l'échelle n'a rien à voir avec celles typiquement indiennes des ragas


l'unique solution pour résoudre ce problème historique
de "contradiction entre nature et culture" est
LA GUITARE FRETLESS
dont le musicien turc Cenk Erdoğan est un virtuose


PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Cenk-Erdogan-Live



Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Empty Re: PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc.

Message par Florage le Lun 10 Juin - 8:54


PAS DE LIBERTÉ DANS LA VIE SANS IMPROVISATION,
SANS PENSER ET FAIRE PAR SOI-MÊME
QUE CRÈVENT LES PÉDAGOGUES ET LEUR APPRENTISSAGE DE LA MORT


PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. D8mOh2EXoAARiGm
Pavel Filonov Formule de la pédagogie moderne
encre de Chine sur papier, 1923
Patlotch a écrit:en matières d'art, pour peindre, écrire de la poésie ou autre, jouer de la musique, j'ai plus appris des artistes eux-mêmes, œuvres et écrits, que des historiens d'art et critiques, a fortiori des pédagogues, même s'il en fut de précieux dans ma découverte (de Pierre Francastel pour la peinture à Jo Anger-Weller pour l'harmonie du jazz, Meschonnic pour la poésie). Ainsi des écrits de Matisse, Schœnberg, Bartok...

dans Jazz et problèmes des hommes en 2002, j'ai dit tout le mal que je pensais de la fabrique de clones par les écoles de jazz, de règles pour improviser dans tel style passé ou nouveau, qui ne correspondaient pas à la manière dont ils avaient été inventés par les novateurs, et de l'académisme qui s'en suit, dont sont gonflées la plupart des méthodes et vidéos pédagogiques. J'y suis revenu dans POUR EN FINIR AVEC LA PÉDAGOGIE ANTI-MUSICALE DU JAZZ PAR LES "MODES". Illustration avec Béla Bartók

le guitariste Tal Farlow témoigne à sa manière du problème :

Presque tous les étudiants qui viennent voir Tal ont étudié avec quelqu’un ou ont été à des collèges, comme Berklee. [Berklee Global Jazz Institute, une des écoles les plus réputées au USA]

Tal Farlow : Ils peuvent jouer toutes les gammes et les modes et tout, ils sont vraiment des joueurs accomplis qui veulent savoir comment appliquer leurs connaissances. La seule chose que je peux leur dire, c’est comment j’ai commencé. Que j’ai choisi les musiciens qui ont fait appel à moi et que je ne les ai pas copiés à des fins de performance, mais pour obtenir un peu de perspicacité quant à la façon d’approcher et d’adapter une ligne improvisée aux harmonies qui passent. Il est difficile d’enseigner cela, parce que ce n’est pas comme quand vous faites quelque chose d’autre, quand vous pouvez dire, « faites-le comme je le fais. » Cela détruit complètement l'objectif, qui doit être la façon dont l’étudiant le ferait, comment il l'utiliserait dans son jeu. On apprend beaucoup dans ces collèges, mais le problème semble être la façon de l’appliquer.

Tal Farlow Interview by Garry Corbett, 1994

le problème peut se généraliser non seulement aux arts, mais à toute pédagogie et particulièrement à la philosophie et à la pensée critique. Il n'y a pas de raccourcis pour penser et faire par soi-même, et la quête de la liberté individuelle ou collective, si elle suppose la connaissance des contraintes, de la nécessité, historique, sociale, technique... cela ne s'apprend pas. L'enseigner ne relève pas d'une pédagogie

Marx a écrit:La doctrine matérialiste qui veut que les hommes soient des produits des circonstances et de l'éducation, que, par conséquent, des hommes transformés soient des produits d'autres circonstances et d'une éducation modifiée, oublie que ce sont précisément les hommes qui transforment les circonstances et que l'éducateur a lui-même besoin d'être éduqué.

Thèses sur Feuerbach, III, 1845

au fond, je ne connais pas même de bons pédagogues en art qui aient été de grands artistes, au sens où ils auraient apporté quelque chose de radicalement nouveau à leur art. Aucun des excellents professeurs de guitare de jazz que j'ai cités (Pierre Cullaz en France, Ted Greene...), n'a été à l'origine de courants majeurs, si ce n'est dans un registre limité, George Van Eps pour avoir introduit la guitare 7-cordes et voir systématisé les mécanismes harmoniques et mélodiques. Les grands guitaristes écrivent parfois des méthodes, mais ce ne sont généralement que façons d'enseigner leur propre style (Joe Pass, Joe Diorio...), ou les trucs de musiciens de studios (Barney Kessel...)

vous voyez Verlaine donner des cours de poésie, Picasso de peinture, Charlie Parker de saxophone, Monk de piano ? La remarque de Tal Farlow est très saine, en substance : Vous voulez un conseil ? moi je fais comme ça, mais vous, trouvez votre propre chemin...

le cas de Jimmy Wyble étant particulier vu l'esprit de ses cours et de ses études, qui, hormis leur qualité musicale intrinsèque, avaient pour objet de montrer des possibilités, au demeurant sur plusieurs pistes. C'est une aberration qu'elles soient jouées et mises en ligne comme s'il s'agissait de pièces classiques, exemple les vidéos de William Ghezzi. Formellement il les interprète fort bien, mais c'est raide comme un coup de trique, ça ne swingue pas un pet. De ce qui montre ce que peut être une composition spontanée (ce qu'est l'improvisation) il fait un produit fini. De ce qui devrait produire de la musique vivante, improvisée puisque tel est le but explicite, "improvisation à deux voies", il trouve le moyen de faire la musique morte ! Des guitaristes comme Howard Roberts, Ron Eschete, Joe Diorio... ont suivi ces "cours" de Jimmy Wyble, mais chacun en a fait autre chose. Son livre the Art of Two-Line Improvisation, ce sont d'abord des improvisations qu'il a notées ensuite, ce qui est au fond la façon dont procédaient les grands compositeurs de la musique savante européenne, Bach, Mozart, Chopin...



s'il y a tout lieu de s'inquiéter de "révolutions" conduites par des guides, il y en a tout autant de constater que les masses en luttes sont plus souvent suivistes que novatrices, et que le résultat de qu'on a appelé "révolutions" fut largement la continuité de relations humaines fonctionnant en profondeur comme avant



Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Empty Re: PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc.

Message par Florage le Jeu 13 Juin - 11:05


VARÈSE ZAPPA LE BRUIT DU MONDE

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Zappa%20&%20LeRoux
Patlotch a écrit:je rappelais cette citation des Écrits d'Edgar Varèse par Jo Anger-Weller *: « J'emploie les rythmes, les fréquences, les intensités [...] les airs dans la musique n'en sont que les commérages [...] Je ne distingue pas son et bruit. Lorsqu'on dit bruit (pour l'opposer à son musical) il s'agit d'un refus d'ordre psychologique : le refus de tout ce qui le détourne du ronronnement, du "plaire", du "bercer" »
* Clés pour l'harmonie à l'usage de l'analyse, l'improvisation et la composition, 1992, p.11
les musiques des avant-gardes du 20e siècle ont habitué les oreilles à considérer comme musicaux des sons, des bruits, des échelles de notes tranchant avec tout ce qui avait fait musique dans le monde, savantes ou populaires, et l'on observe le même phénomène dans les autres arts, la peinture, la littérature, le théâtre, la poésie même, ce qui a pu en engendrer deux autres : n'importe quoi peut être considéré comme "artistique", et se confondre avec les bruits de la société, comme quoi ces œuvres témoignent à leur manière de leur temps

c'est le cas de certaines compositions de musique contemporaine savante comme des groupes de Metal, et ce le fut de certaines productions de Free-Jazz dans les années 60 par des "musiciens" ignorants presque tout de leur instrument, si ce n'est qu'un saxophone se mettait à la bouche (mais pas toujours). Et je témoigne, pour avoir assisté à certains concerts, qu'une bonne partie du public ne faisait pas la différence avec les novateurs d'exception

les aficionados de chaque genre forgent leurs oreilles à ce genre et finissent par le trouver à leur goût, et dès lors, tout étant possible, n'importe quoi aussi, il n'existe pas de solution de continuité, c'est-à-dire de rupture démontrable entre les deux sur des critères musicaux, c'est aussi ce que dit Varèse

incidemment, la guitare est absente des compositions de cet immense musicien, mais c'est un autre immense compositeur et guitariste qui lui rend un des plus bels hommages, dans lequel sauf erreur il ne joue pas de guitare, ou fort peu



Live at The Palladium (NYC) on April 17, 1981
00:00 - FZ introduces the concert
02:22 - FZ introduces Ionisation
04:20 - Ionisation
11:06 - FZ introduces Density 21.5
11:54 - Density 21.5
16:07 - FZ introduces Intégrales
16:52 - Intégrales
29:14 - FZ introduces Offrandes
29:57 - Offrandes
39:42 - FZ introduces Déserts
43:46 - Déserts
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .extra .  .  .  .  .  .  .  .  .
1:11:16 - audience participation
1:16:04 - FZ speaks with the audience & presents
      new albums: Tinsel Town & Shut Up

Il n'y aurait pas eu de Zappa sans Varèse
En 1954, Zappa achète le premier volume des Oeuvres complètes d'Edgard Varèse Vol.1 et découvre la percussion dans Ionisation qui l'influence à tout jamais. Pour ses 15 ans, le musicien ne souhaite qu'une chose : effectuer un appel interurbain vers New York pour parler à son idole Varèse (hélas, ce dernier est alors en tournée en Europe). Même si Zappa finit par joindre le compositeur quelques semaines plus tard, il ne rencontrera jamais celui qui est au cœur de sa passion musicale.

Comme Varèse, Zappa fuyait toute école de composition. En 1971, en hommage au compositeur français, Zappa écrit un article pour le Stereo Review intitulé « Edgard Varèse idol of my youth [idole de mon enfance] » : « On m’a demandé d’écrire sur Edgard Varèse. Je ne suis pas du tout qualifié pour ça. [...] La seule raison pour laquelle j’ai accepté c’est parce que j’aime beaucoup sa musique, et si par hasard cet article pouvait amener plus de gens à écouter ses œuvres, ça en aura valu la peine. »



Frank Zappa : 10 petites choses que vous ne savez (peut-être) pas sur le musicien et compositeur de 200 motels, France Musique, 28 septembre 2018

quel rapport avec la guitare alors ? J'en sais rien. Pour me faire pardonner, un de mes solos préférés de Frank Zappa, de 3:00 à 9:00, qui illustre assez bien l'idée de partir de quelques notes évoquant une quelconque chanson populaire, comme son nom l'indique Easy Meat, en 1980 à Paris


pour revenir à mon propos du début, citons Zappa

Sans transgression de la norme, il n'y a pas de progrès possible.
Mais avant de chercher à transgresser efficacement,
on doit au moins s'être familiarisé avec la règle,
avec la norme dont on veut s'écarter.

et pour terminer sur une note optimiste

Il n'y a pas d'enfer, il n'y a que la France.

Ne soyons pas trop durs avec notre ignorance, c'est ce qui fait la grandeur de l'Amérique.

c'est tout pour aujourd'hui. Je retourne me familiariser avec la "règle", pour mieux la transgresser. Mon problème aura toujours été de lui être in fine trop fidèle, de manquer d'audace. Quand je me lâche, je suis pourtant bien meilleur musicien. Si l'on considère que tout le bidouillage harmonique du jazz depuis la "déconstruction" du be-bop est assez vain, qui cherche des justifications théoriques à l'usage quasi aléatoire des 12 degrés de l'échelle tempérée, ce que je touchais déjà du doigts en 2002 dans II1.9 le blues et l’harmonie du jazz (hypothèses). Alors chacun essaye d'établir de nouvelles règles à ce qu'il joue d'abord sans en avoir, et s'il ne le fait pas lui-même, viennent les pédagogues... voir ci-dessus QUE CRÈVENT LES PÉDAGOGUES ET LEUR APPRENTISSAGE DE LA MORT

Twisted Evil


Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc. Empty Re: PETITE PHILOSOPHIE PAR LA GUITARE à l'usage de toutes générations, classes, races, sexes, etc.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum