SÈVES
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier


où allons nous ? Une page est tournée, laquelle ?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

où allons nous ? Une page est tournée, laquelle ?

Message par Patlotch le Lun 1 Oct - 20:37

relativement au forum précédent et aux sites qui l'ont précédés depuis 2004, qu'est-ce qui va changer ?

sur le fond, avec nos derniers sujets sur le concept de révolution évoquant Jacques Camatte, la permaculture sous tous ses aspects, mais aussi sur la cuisine, la science et le communisme... nous avons tourné la page de toute théorie de la révolution comme moment court de l'histoire, et de la lutte d'une classe vers la communauté humaine, qui avait fait l'objet d'un livre en 2017 où nous maintenions le concept de classe mais rompions avec le sujet prolétarien. Nous gardons en tête la perspective d'un changement de civilisation nécessaire dans un mouvement historique que nous continuons à nommer communisme, avec un objectif : la communauté du vivant, au-delà de la communauté humaine et de la forme-société

nous ne le présenterons plus comme un croisement de marxisme, d'écologie, de féminisme et de décolonial, et nous prendrons davantage en compte des changements au-delà de luttes sociales ou sur ces lignes de front, des changements culturels et sociétaux, des changements dans les rapports d'êtres humains avec le vivant, terme que nous préférons à nature et plus encore à environnement. Nous y reviendrons ici ou là pour nous en expliquer

nous ne le présenterons pas seulement comme un combat contre le capital (et donc l'État), le patriarcat et autres dominations, mais aussi contre l'anthropocentrisme, en réunissant la critique de « l'histoire des sociétés comme celle de la lutte de classe » (Marx, Le Manifeste) et celle de l'humanisme théorique et de la raison humaine gouvernant toute pensée et celle-ci toute action, qui écartent le sentir (la poétique) comme trop souvent le faire (la poétique encore)

sur la forme, nous ne reviendrons pas au plan du forum précédent qui présentait tous les champs d'analyse comme points de vue sur le tout présenté comme étant "le capital" selon des niveaux de généralités (Bertell Ollman / Max). Nous considérons cette approche dialectique complexe comme acquise par principe et l'exposition de nos cogitations actuelles comme nécessitant une approche globale moins didactique qu'initiatique voire poétique (au sens fort, toujours)

nous ne ferons plus de "revue de presse", cette sorte de journal d'articles choisis et commentés par rubriques et sujets, mais nous multiplierons la forme chroniques ; donc nous écrirons moins et nous espérons mieux

nous poursuivrons la publication de poèmes, et autres créations s'il en vient, des pages musicales et d'autres littéraires


quant à la structure du forum, elle nous est inspirée par le roman de Richard Powers, l'ARBRE-MONDE, dont les chapitres sont intitulés Racines... Tronc, Cime, Graines



Richard Powers embrasse un sujet aussi vaste que l'univers : celui de la nature et de nos liens avec elle. Après des années passées seule dans la forêt à étudier les arbres, la botaniste Pat Westerford en revient avec une découverte sur ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Autour de Pat s'entrelacent les destins de neuf personnes qui peu à peu vont converger vers la Californie, où un séquoia est menacé de destruction.
Au fil d'un récit aux dimensions symphoniques, Richard Powers explore ici le drame écologique et notre égarement dans le monde virtuel. Son écriture généreuse nous rappelle que, hors la nature, notre culture n'est que " ruine de l'âme ".

nous n'espérons pas atteindre la cime mais pourquoi pas nous perdre dans les branches, en espérant éviter l'angoisse des feuilles blanches qui se ramassent sans appel



"la forêt est un état d'âme"
Patlotch 9 octobre 2014


Patlotch
Admin

Messages : 233
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 67
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: où allons nous ? Une page est tournée, laquelle ?

Message par Patlotch le Lun 8 Oct - 12:42

sans attendre d'éventuelles réactions ici ou ailleurs, engageons le débat... avec nous-mêmes

Tristan Vacances : - C'est bien beau, tout ça, mais qu'est-ce que ça change au fait qu'il faut bien un sujet conscient pour changer le monde, et que ce sujet ne peut être qu'humain ?

Patlotch : - c'était déjà bien de concevoir que ce sujet n'était plus nécessairement le seul prolétariat des marxistes, et encore autre chose de considérer que ce changement n'est pas forcément le produit d'une révolution au sens immédiat et insurrectionnel

Tristan Vacances : - Répondez à ma question !

Patlotch : - vous avez raison, le sujet ne peut être qu'humain, mais selon qu'il se pose telle ou telle question, il n'apporte pas la même réponse. Ce qui est en train de changer sous nos yeux, c'est sa perception de sa place dans l'univers et des effets de son activité sur terre. J'engage un travail pour le cerner dans sa relation au vivant, aux plantes, aux animaux, à lui-même...

si « l'humanité ne se pose que les problèmes qu'elle peut résoudre » (Marx), il apparaît aujourd'hui qu'elle s'en pose de nouveaux, et qu'elle est en passe d'y apporter des réponses telles que nous ne pouvions les envisager il y a quelques décennies. Seuls quelques-uns le faisaient, et ces idées sont en train de « s'emparer des masses » pour devenir « forces matérielles »

Tristan Vacances : - L'ancien forum ne le mettait pas en évidence ?

Patlotch : - par sa structure et sa lourdeur, il ne permettait pas de le mettre en avant comme déterminant le reste, et le nouveau redresse ce qui était une inconséquence : avoir pointé les niveaux de généralités que Bertell Ollman perçoit dans la méthode de Marx, mais ne pas avoir mis en haut le plus général, la totalité dans laquelle tout s'inscrit. Or ce tout n'est pas le capital, même en domination réelle, mais le vivant, et la perspective n'est pas seulement l'abolition du capital mais la communauté du vivant, ce qui change et les contenus des luttes et le chemin pour y parvenir, le rapport à la négativité et à la positivité des activités humaines relativement à cette perspective

Tristan Vacances : - Ce n'était qu'un problème de forme, de présentation ? Pourquoi avoir détruit tout ce qui permet de comprendre ce cheminement de continuité et rupture ?

Patlotch : - c'était un problème de forme-contenu, et aussi de style. Je vais faire plus léger, plus incisif et plus clair, et je ne pouvais le faire tant que ne n'avais pas moi-même une vision claire du chemin à prendre. Si j'ai détruit l'ancien forum, avec l'inconvénient de perdre toute une documentation et mon cheminement de rupture, c'est parce qu'Internet garde trace de tout, et qu'à "Patlotch", on trouvait tout en désordre dans une incohérence qui ne permettait plus de s'y retrouver

Tristan Vacances : - Mais vous avez perdu 95% de votre lectorat ! 2 personnes sont en ligne quand il y en avait 40 !

Patlotch : - il était majoritairement composé de personnes qui s'intéressent intellectuellement à cette ancienne façon de voir que nous avions en commun, mais le monde bouge sans se préoccuper de théories dépassées. Il se fout complètement des dogmes stériles et des lamentations suffisantes sur la solitude de la théorie communiste

c'est au présent de cette dynamique, dans un nouveau paradigme, qu'il convient de se situer, de SENTIR, PENSER, FAIRE. Nous avons besoin de ces nouvelles SÈVES, et les textes que nous diffusons montrent que nous sommes potentiellement beaucoup moins seuls qu'avant, parce que nous sommes en phase avec des problématiques actuelles qui intéressent bien au-delà de milieux militants. Les quelques sujets ouverts se font écho à un point que je n'imaginais pas avant, et c'est comme ça que se dessine l'émergence du nouveau paradigme, la révolution dans le rapport 'homme'-'nature'

Tristan Vacances : - N'allez pas me dire que vous aviez ça en tête en cliquant sur "suppression du forum" !

Patlotch : - il y a des choses qu'on fait parce qu'on les sent justes, et qu'on ne s'explique qu'après. Alors on peut exposer ses motivations profondes comme des conséquences causales

Patlotch
Admin

Messages : 233
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 67
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: où allons nous ? Une page est tournée, laquelle ?

Message par Patlotch le Jeu 11 Oct - 12:26

une intuition fut à l'origine de cette page tournée

en questionnant en même temps négativité et positivité dans la dialectique des contradictions du capital et du communisme comme mouvement, nous faisons le constat que les luttes prolétariennes ne mettent plus en cause le capitalisme : le prolétariat ne fait plus que défendre ses acquis ou sa situation salariée comme être du capital

en l'absence d'écarts montrant une dynamique de dépassement par le prolétariat, notamment ouvrier, de son existence dans le capital, nous ne pouvons plus le considérer comme sujet révolutionnaire potentiel et central

les luttes féminines, écologiques et antiracistes portent en elles, positivement et directement, le dépassement de la domination capitaliste et patriarcale

Patlotch
Admin

Messages : 233
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 67
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: où allons nous ? Une page est tournée, laquelle ?

Message par Patlotch le Sam 27 Oct - 10:37

avec le recul, je mesure mieux ce qui s'est passé. Depuis que je ne contente plus, comme les communisateurs, d'observer ce qui se passe sous la grille de lecture de ce qui devrait se passer dans les termes d'une théorie de la prévision révolutionnaire, j'ai regardé plus largement ce qui se passe en tâchant d'y voir le nouveau qui émerge, et qui crève les yeux

on n'a jamais vu dans l'histoire des sociétés de changement qui ne soit annoncé par des penseurs ou philosophes quelques décennies avant, dans un mouvement de la pensée prenant en compte ce qui changeait déjà. Ce fut le cas avec les humanistes à la Renaissance comme avec les Lumières avant et pendant la Révolution française, comme avec Marx et son influence dans le mode de production capitaliste et les luttes prolétariennes. Ils n'étaient pas en avance mais dedans

corollaire, on n'a jamais vu une pensée isolée et seule annoncer quoi que ce soit qui se passerait ultérieurement. C'est le splendide isolement de la théorie de la communisation, qui n'intéresse que ses adeptes, n'a aucun écho ni aucun impact parce qu'elle ne veut pas voir ce qui change. Ils ne sont pas dedans, mais en retard

il y a bien sûr le tournant des luttes féministes, l'émergence des luttes décoloniales de par le monde et pas seulement au prisme du PIR, mais les deux ne vont pas sans ce qui les englobe, lutte pour la survie, et au-delà la vie, la vie contre le capital qui la détruit

il faut certes être attentif aux surprises, mais plutôt que d'attendre ce que la théorie annonce qui ne vient pas, comme RS : « À trop dire “la France s’ennuie” on se prépare des lendemains inconnus », on peut s'en tenir au présent connu, à condition de le regarder sans lunettes déformantes, ou pire en se bouchant la vue


c'est le regard porté sur les choses qu'il s'agit de changer. C'est un changement de paradigme révolutionnaire

Patlotch
Admin

Messages : 233
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 67
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: où allons nous ? Une page est tournée, laquelle ?

Message par Patlotch le Lun 5 Nov - 15:50

à ce forum placé sous le signe de l'arbre j'ai trouvé un antécédent

L’arbre indique que tout est vie
Jacques Camatte, Janvier 2005


L’arbre témoigne de l’union du ciel et de la terre-sol où fourmillent de multiples formes de vie. Il témoigne de la communauté car il n’est pas une entité séparée; il n’est que par union avec d’autres formes de vie comme les bactéries, les champignons, etc. Il témoigne de la forêt qui est communauté, forme la plus puissante de manifestation de la vie pour protéger le sol qui, à son tour, protège  la roche-mère – phénomène qui ralentit le processus de refroidissement de la planète par irradiation de l’énergie interne du noyau !

Il témoigne de l’union, de même que notre refus de la séparation en tant que telle mais aussi toute union artificielle illusoire (communauté abstraite, État de toute forme, racket), qui se fait au travers d’une domination d’un groupement humain sur un autre, que ce soient les parents sur les enfants, les hommes sur les femmes, les patriciens sur les plébéiens, les féodaux sur les bourgeois et les paysans, les bourgeois puis les capitalistes sur les prolétaires…

L’union a souvent été posée en tant que réconciliation entre les hommes et les femmes, en oubliant la séparation fondamentale et fondatrice, celle avec tous les êtres vivants. Dans un oubli encore plus profond  a sombré le fait que la répression, la domestication, consubstantielles à tout le devenir de séparation de l’espèce vis-à-vis du reste de la nature, s’opère, de génération en génération par les parents sur les enfants, ce qui engendre une immense ontose (moyen de survie) et empêche le déploiement de l’individualité .

On peut atteindre à l’épanouissement de cette dernière en union avec une communauté véritable où il n’y a plus de problème de pouvoir et d’amour autonomisés, mais où règne la participation rayonnante, que s’il y a réconciliation avec tous les êtres vivants.

Se remettre en continuité individualité-gemeinwesen, comme l’est l’arbre dans la nature dont il est partie intégrante, est la seule voie pour être à même de régénérer cette dernière et nous régénérer. Alors pourra se réaliser la pleine jouissance de la participation au cosmos à laquelle il nous est possible d’accéder dés maintenant en abandonnant le monde du capital.

* * *

L’arbre a été un support de témoignage, et donc un symbole, pour les numéros de la série IV et de la série V d’Invariance. D’abord ce fut un arbre stylisé par les soins d’une amie, du n°1 au n°8, puis ce fut la photographie d’un hêtre dessiné par H. Ulrich, du n°9 et dernier de la série IV à tous les n° de la série V. Le texte ci-dessus reproduit est paru pour la première fois en seconde page de couverture du n° 9, série IV, 1992. Toutefois il n’était pas complet au regard de celui définitif. En effet  dans le deuxième paragraphe, « les parents sur les enfants »  a été ajouté après « que ce soient ». D’autre part, le troisième paragraphe fut complété par : « Dans un oubli encore plus profond  a sombré le fait que la répression, la domestication, consubstancielles à tout le devenir de séparation de l’espèce vis-à-vis du reste de la nature, s’opère, de génération en génération par les parents sur les enfants, ce qui engendre une immense ontose (moyen de survie) et empêche le déploiement de l’individualité ». En outre, dans le dernier paragraphe, « individualité-gemeinwesen a été ajouté après « Se remettre en continuité ». Enfin le mot ontose a été substitué à psychose utilisé au début.

« L’arbre indique que tout est vie » synthétise les résultats d’une investigation, opérée théoriquement et à travers un ressenti au cours de nombreuses années. Il est exposé sous une autre forme dans « Point d’arrivée » (Cf. dans « Cheminement »). Ce texte ne peut plus exprimer notre positionnement actuel, d’où son abandon.

Etant donné que nous ne cherchons plus un point d’appui en un sujet quelconque, en un point d’un lieu donné, en un lieu du temps, nous n’avons plus besoin, pour nous positionner, d’un symbole, mais d’une affirmation qui, pour le moment en fonction de notre cheminement, se trouve dans « Advenir ».


l'esprit de la forêt 13 novembre 2014
photos Patlotch "la forêt est un état d'âme"


Patlotch
Admin

Messages : 233
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 67
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: où allons nous ? Une page est tournée, laquelle ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum