SÈVES
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier


qu'est-ce qu'être une plante ?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

qu'est-ce qu'être une plante ?

Message par Patlotch le Sam 6 Oct - 13:39

je poursuis l'ouverture des sujets dessinant les contours du forum dans la ligne générale annoncée, entre autre contre l'anthropocentrisme. Pour ouvrir cette rubrique PLANTES, j'ai choisi la question posée par un chercheur en écologie végétale, en avant-propos de ce livre de 2016


2014

dès le premier chapitre, il écarte l'anthropomorphisme et le zoocentrisme pour « approcher la plante au plus près de son 'être' » et nous invite à « nous démarquer de nos carcans culturels et du prisme métaphysique à travers lequel nous avons coutume d'envisager la plante. » Il opte donc pour le phytocentrisme, « perspective ardue et certainement illusoire. Posture cependant salutaire pour envisager avec neutralité l'ontologie végétale ou 'végétalité'. » Voici le débit de ce chapitre

Un autre être vivant
L'homme diffère-t-il fondamentalement des plantes ? La question est saugrenue mais vaut pourtant d'être posée. De fait, beaucoup d'entre nous se la posent. Ne nous dit-on pas en effet que les plantes communiquent entre elles, qu'elles ont une sensibilité, voire une intelligence et une mémoire ? Et les journaux n'évoquent-ils pas depuis quelques mois une mystérieuse neurobiologie des plantes ? Il est vrai qu'irrésistiblement la science évacue l'homme de toute position centrale et le replace en continuité des autres êtres vivants. Les éthologues nous révèlent aujourd'hui qu'aucune spécificité comportementale ne nous écarte tout à fait de l'animal. La barrière entre l'homme et le reste du vivant s'est disloquée, les frontières sont devenues poreuses. Nous descendons marche après marche du piédestal où nous ancêtres nous avaient installés.
l'auteur poursuit en citant pêle-mêle Diderot : « tout animal est plus ou moins homme, tout minéral est plus ou moins plante, et toute plante est plus ou moins animal. » (Rêves de d'Alembert, 1769), le naturaliste Jean-Henri Fabre, pour qui n'existait pas, entre l'animal et la plante « de ligne de démarcation absolue, tous les attributs du premier, même le mouvement et l'impressionnabilité, se retrouvant dans la seconde, du moins à l'état de vague ébauche. » (La Plante. Leçons à mon fils sur la botanique, 1876), mais comme nous l'avons dit, il repousse cette tentation des similitudes entre la plante et l'animal, évoquant Hegel qui « fustigeait cette recherche systématique d'analogies entre les règnes, davantage nourrie, lui semblait-il, par un survol extérieur que par l'analyse profonde d'un contenu. » (Hegel, Philosophie de la nature, 1865), avant de s'arrêter à Aristote, qui « envisage le végétal, qu'il considère dénué de mouvement et de sensibilité, comme un être doté d'une "âme" nutritive mais non sensitive, menant une vie seulement métabolique, et le place selon une hiérarchie des êtres juste au-dessus du minéral.  Par âme, il faut entendre ici principe de vie, et non principe spirituel. », avant d'admettre, avec Gaston Bachelard, que « ces nombreux renvois entre les formes de l'arbre et celles de l'homme sont le produit de notre activité onirique nous conduisant à envisager la plante à l'image de nous-mêmes, et parfois inversement. »

à l'autre bout du livre, il termine sa conclusion par
Un dernier mot. Nous sommes dans une position absurde où ce qui représente plus de 99% de la biomasse terrestre ne concentre qu'une part infime de notre attention. L'essentiel ne relève pas tant d'un savoir distancié que de la confrontation directe aux choses. N'oublions pas d'être au monde. Comment viser plus haut qu'un accord spontané entre nous-mêmes et les plantes, par delà les discours et les livres ? La plus belle chose que nous puissions éprouver, écrivait Einstein [dans Comment je vois le monde, 1949), c'est le côté mystérieux de la vie, c'est aussi ce sentiment profond qui se trouve au berceau de la science véritable.
voilà, en guise d'introduction, de quoi penser... sans se planter ?

poétique des espèces


la plante en animal ?


la plante en homme ?

photos de 2014, classée sous un titre emprunté à Gaston Bachelard : « la forêt est un état d'âme », dans La Poétique de l'espace, 1957

Patlotch
Admin

Messages : 233
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 67
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum