SÈVES de Jean-Paul Chabard alias Patlotch
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

guerre  jazz  jaunes  contre  idéologie  Marx  gilets  peinture  

Juin 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier


MURS et FRONTIÈRES

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

MURS et FRONTIÈRES Empty MURS et FRONTIÈRES

Message par Patlotch le Jeu 25 Oct - 13:53


MURS et FRONTIÈRES 51tHq3Zq33L._SX301_BO1,204,203,200_

Quand ils ne sont ni de maison, ni de prison, les murs sont des instruments de contrôle, d’exclusion, d’interdiction… Avant le mur de Berlin, il y eut de nombreux murs politiques, à commencer par la Grande Muraille de Chine ou les limes des Romains. Ils ont été d’ostracisme comme les murs des ghettos, religieux comme le mur des Lamentations, médicaux comme le mur de la peste en 1720, fiscaux comme le mur des fermiers généraux à Paris au XVIIIe siècle, murs de supplices comme le mur des Fédérés au Père Lachaise. On en compte aujourd’hui une trentaine dans le monde – et plusieurs autres en projet. Murs des frontières conflictuelles comme la « ligne verte » de Chypre ou celui entre les deux Corée ; contre l’immigration clandestine, dont le plus célèbre est « le mur de Bush » à la frontière des États-Unis et du Mexique ; contre le terrorisme ; contre le trafic de la drogue et la délinquance, dont celui de Padoue en Vénétie. Mais aussi des murs-manifestes et murs de mémoire qui tous nous racontent une autre histoire de l’humanité.

nonobstant l'insupportable Christine Ockrent, une émission intéressante


Les frontières s'hérissent de barbelés et toutes sortes de murs s'élèvent. Pourquoi se multiplient-ils? Des murs historiques, la grande muraille de Chine au mur de Bush et Trump entre les Etats-Unis & le Mexique, aux barbelés des 2 Corée ou de l'Europe, les murs gardent-ils leur fonction politique ?

On hésite à les compter tant leur définition est imprécise… 75, 70 une soixantaine, une vingtaine, une dizaine… toujours est-il qu'en pleine mondialisation et sans doute à cause d’elle, les murs, les barrières, les clôtures prolifèrent. C'est une muraille en Chine qui demeure la plus grande construction de l'histoire humaine et c'est aujourd’hui, une question de poste de frontières entre les deux Irlande qui empoisonne les négociations du Brexit. C'est un mur, un grand mur que Donald Trump persiste à vouloir construire entre son pays et le Mexique. Ce sont des barbelés qui séparent les deux Corée. Ce sont des barrières que certains pays d'Europe mettent en place pour entraver les flux des migrants.

À LIRE AUSSI
Le monde se referme : la carte des murs aux frontières

Cicatrices de guerre du siècle dernier, résurgence des peurs traditionnelles, gonflement des flux migratoires légaux et clandestins, crispations identitaires, comment interpréter la multiplication des remparts? S’agit-il d’une démonstration de force ou un signe de faiblesse? A l’ère des nouveaux moyens électroniques, des nouvelles menaces venues du cyber-espace, les murs gardent-t-il la même fonction symbolique et politique ?

MURS et FRONTIÈRES 838_976259-mexique032-503301665857jpg
Carte extraite de l’«Atlas des frontières», de B. Tertrais avec D. Papin et X. Laborde pour le design des cartes Crédits : Éd. Les Arènes

Autour de Christine Ockrent :

Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS). Il a publié avec Delphine Papin et Xemartin Laborde pour le design des cartes, L'atlas des frontières : murs, conflits, migrations  aux Editions Les Arènes, en 2016, et l’an dernier, La revanche de l'histoire : comment le passé change le monde chez Odile Jacob.  

Alexandra Novosseloff, chercheuse invitée à l'International Peace Institute de New York. Elle a publié avec Frank Neisse Des murs entre les hommes (A la Documentation française en 2015) et elle vient de diriger Des ponts entre les hommes, aux CNRS Editions  

Claude Quétel, Historien, directeur de recherche honoraire au CNRS, il a  publié Histoire des murs : une autre histoire des hommes chez Perrin et en Tempus, en 2014. Plus récemment, il a publié Le chien des boches : récit chez Albin Michel, en 2016.  

Michel Foucher,  géographe titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d'études mondiales, il a publié aux Editions du CNRS, Le retour des frontières en 2016 et récemment, chez le même éditeur, Lille Métropole en Europe et dans le monde et il a dirigé avec Thierry Chopin L'état de l'Union : rapport Schuman 2018 sur l'Europe qui vient de sortir aux éditions Lignes de repères.

MURS et FRONTIÈRES 838_img-0917
Ouvrages d'A. Novosseloff/ de B. Tertrais/ de C. Quétel/ de M.Foucher Crédits : La Documentation Française/Les Arènes/Perrin/CNRS Ed.

Le mur de Trump vu par les Chinois et leur longue expérience des murs...


La revue de presse d'Eric Chol, Directeur de la Rédaction de Courrier International

Le mur que veut bâtir Donald Trump fait réagir les chinois, qui, il est vrai, ont une longue expérience la matière.

Le président américain a sans doute beaucoup à apprendre de l’histoire de la Grande Muraille de Chine. Tom Phillips, le correspondant à Pékin du Guardian s’est rendu dans la ville de Jiayuaguan, située à l’extrémité occidentale du  « fantastique serpent de pierre » comme le surnommait les aventuriers du XIXe siècle. Là, dans cette forteresse à l’entrée du désert de Gobi, il a rencontré Zhang Xiadong, le conservateur d’un musée consacré à la Grande Muraille, qui lui a livré tous ses secrets . Ainsi, raconte le journaliste du Guardian,

« cette fortification légendaire n’a pas été construite en un seul mur, mais elle est un réseau de 16 barrières non  connectées les unes aux autres, et qui ont été érigées sur une période de 2400 ans avec l’idée de contenir les étrangers indésirables ».

MURS et FRONTIÈRES 838_1024px-great_wall_of_china_july_2006
La Grande Muraille vue de Mutianyu, près de Pékin, en juillet 2006. Crédits : Wikicommons / Nicolas Perrault III

Cet objectif est une constante dans l’histoire chinoise. Le journal de Hongkong le South China Morning Post, fait lui aussi le parallèle entre le projet de mur de Donald Trump et la Grande muraille de Chine. Et le quotidien revient sur cette obsession chinoise vis à vis des barbares, qu’il fallait à tout prix maintenir à l’écart. Le journaliste écrit :

« une séparation physique épargnait les Fils du ciel –c’est ainsi qu’on surnommait les empereurs- des nuisances provoqués par les contacts avec les étrangers: qu’il s’agisse des cités tartares, des quartiers diplomatiques, des concessions étrangères ou aujourd’hui des régions spéciales administratives, tous les espaces cloturés ont servi le même objectif dans l’histoire chinoise ».

Donald Trump devrait tout de même s’interroger sur le véritable bilan de la grande muraille de Chine. Arthur Waldron, professeur à l’université de Pennsylvanie, confie au Guardian  à quel point celle-ci s’est révélée « catastrophique et ruineuse » :

«  elle a vidé les coffres de la dynastie Ming, sans pour autant éviter sa chute, quand les Mandchous ont déferlé sur la Chine et établi la dynastie Qing en 1644 ».

Une leçon pour les Chinois, qui continuent pourtant à bâtir des murs

Même si ces murs sont un peu différents, l’idée reste identique: se protéger du reste du monde. Ainsi, détaille le South China Morning Post, la même logique se poursuit dans le cyberespace avec la grande muraille électronique. Autre exemple, dans la  province du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, où le ministre de la défense s’est rendu récemment: le Global Times, un journal chinois en langue anglaise et proche du régime explique que pour préserver la stabilité de la Chine, Pékin veut  y bâtir,

« un mur d’acier pour renforcer la défense de la frontière ».

La Chine cherche en effet à  éviter le retour des djihadistes de Syrie, précise le journal.

Et pendant ce temps,  à Shenzhen, le gouvernement chinois détruit des murs

C’est à nouveau le South China Morning Post, qui nous raconte comment au début d’année, le conseil d’Etat , une des plus hautes instances du pouvoir en Chine, a donné son feu vert pour abolir la frontière physique autour de la ville de Shenzhen. Une décision presque symbolique, car cela fait déjà quelques années que le mur érigé, il y a maintenant 4 décennies, au moment de la création d’une zone économique spéciales voisine  de Hongkong a été démantelé.

"En effet, écrit le journal, au fur et à mesure que le fossé économique entre Hongkong et la Chine continentale se réduisait, les barrières artificielles pour stopper l’immigration ou l’urbanisation sont devenus un handicap".

Handicap sur le plan économique, tant la ville de Shenzhen, qui n’était à l’époque qu’un village de pêcheurs, s’est transformée aujourd’hui en une métropole ultra moderne. D’ailleurs, pronostique le journal, d’ici la fin de l’année, la ville de Shenzhen et celle de Canton pourraient passer devant Hongkong sur le plan économique. Il était temps de mettre fin à ce rideau de bambous autour de Shenzhen.

Pour prolonger :

Ces murs qui partout se dressent, PAR GENEVIÈVE THIBAUD - LES ECHOS WEEK-END | LE 06/05/2016

INTERVIEW Bruno Tertrais : « Une frontière n’est jamais naturelle », LIBERATION, Par Catherine Calvet — 19 décembre 2016

Emission préparée avec la Documentation d'actualité de Radio France et Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France

une autre émission : Frontières: la multiplication des murs et autres barrières dans le monde

MURS et FRONTIÈRES 838_40_murs_dans_le_monde


Patlotch
Admin

Messages : 745
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

MURS et FRONTIÈRES Empty Re: MURS et FRONTIÈRES

Message par Patlotch le Lun 4 Fév - 23:29


DANS LA RESTRUCTURATION MONDIALE DU CAPITAL
QUI SE POURSUIT AVEC DES PARTICULARITÉS NOUVELLES
LES FRONTIÈRES NATIONALES SONT DE MOINS EN MOINS DES FRONTIÈRES
POUR L'ÉCONOMIE ET LES CAPITAUX
DE PLUS EN PLUS POUR LES MIGRANTS PAUVRES

la Chine vole-t-elle au secours de la France ?

on dira qu'on s'en fout, "notre pays" a bien été occupé par l'Allemagne sans que ça n'empêche "nos avions" d'être cloués au sol...

du côté des aéroports et compagnies aériennes française :

China Eastern Airlines 10% d'Air France-KLM, des Chinois au capital de l'aéroport de Toulouse, sur le modèle grec du Pirée, 14 hectares d'entrepôts du port du Havre sous contrôle chinois, comme 600 hectares de l'ancienne base américaine de Châteauroux, entourant un aéroport dédié notamment aux formations des pilotes d'Air France et à l'entretien des avions de ligne comme l'A380. Mais l'acte le plus fort reste le choix surprise, en 2016, d'un financier de Hongkong pour prendre le contrôle de l'aéroport de Blagnac au moment de sa privatisation.
MURS et FRONTIÈRES 001aa0bab90b11b7f10201
image ajoutée
du côté des avions :
La Chine, dernier espoir de l'Airbus A380
Bruno Trédivic Les Échos, 3 février
Si l'A380 perdait le soutien de son principal client, Emirates, le très gros porteur n'aurait d'espoir de salut qu'en Chine. - F. Lancelot/Airbus
Bruno Trévidic a écrit:Si Emirates décidait de convertir sa dernière commande d'A380 en A350, l'unique planche de salut du programme d'Airbus serait la concrétisation d'une commande chinoise assortie d'un nouveau site industriel en Chine.
Les hasards du calendrier sont parfois cruels. Alors que le Boeing 747 célébrera dans quelques jours ses 50 ans d'exploitation, l'Airbus A380 pourrait ne pas fêter son 12e anniversaire. La remise en cause par Emirates d'une commande de vingt A380 (et de 16 options) pourrait en effet sonner l'arrêt prématuré de la production du très gros porteur européen, dont la compagnie de Dubaï est de loin le premier client avec 109 appareils dans sa flotte sur les 232 en service dans le monde.

Si cette commande, signée en janvier 2018, était annulée, il ne resterait plus à Airbus que 33 A380 à livrer à Emirates, plus trois autres pour All Nippon. Toutes les autres commandes encore en portefeuille sont en effet des commandes dont les clients ne veulent plus, mais qui n'ont pas encore été rayées du carnet de commandes pour des raisons juridiques.

Ces 36 commandes restantes représentent un peu plus de quatre ans de travail au rythme actuel (de 6 à 8 avions à l'année). Sachant qu'Airbus doit passer commande à ses fournisseurs au minimum 18 mois à l'avance, l'avionneur n'a véritablement que deux ans de visibilité.

Dans l'intérêt d'Airbus
C'est loin d'être la première fois que l'A380 est menacé d'une fin prématurée. En 2015 et en 2018, son avenir était déjà suspendu à la signature d'une nouvelle commande d'Emirates. Mais la menace n'a jamais été aussi grande. Non seulement Airbus a confirmé être en renégociation avec Emirates (qui doit réduire ses coûts et ralentir sa croissance), mais l'objet de ces négociations serait non pas de sauver la commande d'A380, mais plutôt de la transformer en commandes d'A350 et d'A330neo.

Ce qui pourrait être au passage dans l'intérêt économique à court terme au moins d'Airbus. Livrer des A350 et des A330neo serait en effet beaucoup plus rentable que de vendre des A380 à perte. Malgré les efforts d'Airbus pour réduire le coût de production de l'A380, le point d'équilibre avoisine les 15-20 appareils par an,  et le ralentissement des livraisons a fait repasser le programme dans le rouge. Dans l'esprit d'Airbus, cette situation ne peut être que temporaire, dans l'attente de nouvelles commandes.

Celles-ci pourraient venir d'outre-Manche. Jeudi, le grand patron d'IAG, Willie Walsh, qui préside aux destinées de British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus et Level, a confirmé son intérêt pour l'avion - British Airways en exploite déjà 12, et doit bientôt remplacer des vieux Boeing 777. Mais le dirigeant a remis le problème du prix sur la table. « Nous avons dit à Airbus que nous serions disposés à en commander davantage, à condition qu'ils nous proposent un bon prix, ce qu'ils n'ont pas été en mesure de faire jusqu'à présent. Airbus doit se monter plus agressif commercialement », a-t-il expliqué, lors d'une conférence de presse à Londres.

Espoir en Chine
En somme, le seul salut durable de l'A380 serait une grosse commande chinoise. D'après Airbus, les compagnies chinoises pourraient avoir l'usage d'une soixantaine d'A380, même si leur développement est actuellement réduit par la pénurie de créneaux utiles disponibles dans les grands aéroports chinois. La possibilité d'une commande chinoise d'A380 avait même été évoquée, il y a un an, par Emmanuel Macron, lors d'un voyage officiel en Chine. Airbus aurait par ailleurs fait miroiter aux Chinois l'implantation d'une usine d'aménagements intérieurs d'A380. En vain pour le moment.

L'avionneur européen pourra-t-il attendre davantage ? Faute de certitude, le conseil d'administration d'Airbus et l'actuel patron du groupe, Tom Enders, pourraient être tentés de régler définitivement le problème de l'A380, afin de laisser en avril, au nouveau patron d'Airbus, Guillaume Faury, une situation assainie. D'autant que les deux motoristes de l'appareil, GE et Rolls-Royce ne semblent pas avoir l'intention de voler au secours de l'A380. C'est d'ailleurs faute de s'être mis d'accord avec Rolls-Royce sur les performances attendues de ses moteurs qu'Emirates a commencé à remettre en cause sa commande.

Trancher la question n'est cependant pas si évident. En lâchant l'A380, Airbus se débarrasserait ainsi d'un foyer de pertes mais laisserait aussi pour l'instant à  Boeing un monopole sur les très gros porteurs de plus de 400 places avec la version de son futur 777X .

Patlotch
Admin

Messages : 745
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

MURS et FRONTIÈRES Empty Re: MURS et FRONTIÈRES

Message par Patlotch le Sam 16 Mar - 20:14


l'Europe à chier
... dans la dentelle, sur les migrants et immigrés


EUROPÉENNES
Wauquiez et Bellamy, ensemble pour "sauver la civilisation européenne"

MURS et FRONTIÈRES 16750871
Wauquiez et François-Xavier Bellamy, la tête de liste des Républicains pour les élections européennes
Conseil national des Républicains à Lyon, samedi 16 mars.
(ROMAIN LAFABREGUE / AFP)

Paul Laubacher, L'Obs'

A Lyon, des Républicains requinqués par les sondages ont présenté un programme civilisationnel, anti-immigration et protectionniste.

"Il est en train de se passer quelque chose". Laurent Wauquiez sourit malicieusement, les pieds rivés sur la tribune, les mains cramponnées au pupitre. Le président des Républicains peut enfin respirer, ce samedi 16 mars, lors du Conseil national du parti organisé à Lyon, sa ville, sa capitale. La tempête qui s'est abattue sur sa tête de liste pour les élections européennes, François-Xavier Bellamy, s'est calmée. Mieux : les scores de la droite dans les sondages reprennent un peu de hauteur. Et ils sont venus nombreux, militants, élus locaux et cadres du parti pour applaudir leur chef.

Bellamy superstar
Alors quoi de mieux qu'une grand-messe pour introniser officiellement la liste des 26 premiers candidats de la droite pour le scrutin européen ? Et entériner le programme tant attendu ? Seule ombre au tableau:  l'absence des ténors Valérie Pécresse, opposante interne, Bruno Retailleau, chef de file des sénateurs LR et Christian Jacob, patron du groupe LR à l'Assemblée, qui n'ont pas fait le déplacement.

"C'est un problème médiatique si vous décidez d'en faire un, mais ce n'est pas un problème politique, je vous l'assure"
, assure un cadre LR.

Gérard Larcher, président du Sénat, absent lui aussi, a  tout de même gratifié la foule d'une vidéo. Mais il a réussi l'impossible : ne pas prononcer le nom de la nouvelle star de la droite française, François-Xavier Bellamy, le philosophe-politique qui était encore inconnu du grand public il y a quelques  semaines.

Maire-adjoint de Versailles, il est monté sur scène porté par une ovation des militants et sous une pluie de compliment. "Tu as réussi à détruire en peu de temps l'image caricaturale qu'on a fait de toi", clame Jean Léonetti, maire d'Antibes et président du Conseil national, le parlement du parti. Annie Genevard, secrétaire générale du parti, salue "la clarté lumineuse de sa pensée" du jeune bachelor de LR. "Je te connais pas", raconte Hervé Morin, patron du Centre qui s'est allié avec LR. "J'ai entendu la caricature mais je t'ai écouté et j'ai aimé ton propos et ton discours. J'ai aimé que tu fasses appel à la raison et à l'intelligence." Et le président de la région Normandie d'affirmer :

"Vous êtes en train de voir émerger un des grands talents des prochaines années."

Laurent Wauquiez et François-Xavier Bellamy affichent leur grande proximité. Le premier touche touche le genou du second quand son nom est prononcé. Et quand Bellamy monte sur scène, Wauquiez le regarde, serre et lève ses poings, en signe de puissance. "Je suis fier de ceux qui vont porter nos couleurs", déclare le président de LR. "Ce choix n'a pas été facile. J'ai du faire face à de nombreux doutes", concède Laurent Wauquiez qui conclut avec un clin d'oeil : "Mais vous connaissez mon tempérament."

Pour une "Europe frontière"
Car pour Laurent Wauquiez et François-Xavier Bellamy, l'heure est grave. L'enjeu des élections européennes, "ce moment historique", est, rien de moins, que de sauver la "civilisation européenne". Il ne reste d'ailleurs que "70 jours" avant le 26 mai, jour des élections européennes. "C'est court pour changer l'histoire", pointe François-Xavier Bellamy. Il faut faire face à Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ce "pour ou contre l'Europe", cette "même alternative stérile", "les deux même impasses", selon Laurent Wauquiez.

Il fallait donc montrer que les Républicains ont des idées pour l'Europe. C'est donc un programme contenant pas moins 75 propositions qui a été présenté. Frontières, civilisation, immigration constituent les priorités du parti. Il s'agit de "lutter contre l'immigration illégale" mais aussi d'"arrêter l'immigration de masse". Il faudrait que :

- traiter les demandes d'asiles soient "en dehors de la France"
- ramener les "bateaux de migrants sur les côtes africaines"
- "multiplier les vols groupés organisés par Frontex pour expulser les immigrés illégaux"
- "dénoncer le pacte de Marrakech" qui "encourage l'immigration et promeut le multiculturalisme"


Contre le terrorisme "islamiste", Laurent Wauquiez, et sa tête de liste, propose un "bouclier européen" dont le but est de contrôler et de pouvoir interdire le "financement extra-européen de l'islam", "l'identification des imams salafistes" et le "refus du retour des djihadistes sur le sol européen".

Après une "Europe frontière", il faut une "Europe civilisation". Les Républicains veulent inscrire "les racines judéo-chrétienne", l'héritage "gréco-romain" et des "lumières" dans les traités européens et dans "une nouvelle charte européenne des valeurs et des devoirs". Une "charte" qui conditionnera l'obtention ou le renouvellement d'un titre de séjour : pour en avoir un, il faudra adhérer à cette "charte".

Les questions sociétales ne sont pas oubliées. LR veut "lancer une initiative juridique européenne pour protéger la dignité humaine" et donc d'interdire la GPA. Et pour "protéger l'environnement", le parti de droite veut instaurer une "barrière écologique" via des droits de douane anti-pollution sur les produits importés et qui n'ont pas les mêmes normes qu'en Europe. Et enfin, LR veut instaurer une double préférence, européenne et nationale, pour "donner la priorité à nos entreprises et nos emplois".

Laurent Wauquiez et François-Xavier Bellamy arriveront-ils à se faire entendre dans le match qui oppose Marine Le Pen et Emmanuel Macron ?  "Les lignes se sont remises à bouger en à peine quelques semaines", clame le patron de la droite française. Et François-Xavier Bellamy d'assurer, comme le chef : "Je sens que quelque chose est en train de changer dans ce pays". La méthode Coué ?

Patlotch
Admin

Messages : 745
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 68
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

MURS et FRONTIÈRES Empty Re: MURS et FRONTIÈRES

Message par Florage le Mar 26 Mar - 12:08


mur mûr, et sans lamentation

Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump
20 Minutes avec AFP, 26/03/19

Pendant sa campagne, Donald Trump avait promis la construction de ce mur à la frontière avec le Mexique

MURS et FRONTIÈRES 2255343_le-pentagone-debloque-1-milliard-de-dollars-pour-le-mur-de-trump-web-tete-060969605717
Le chef du Pentagone Patrick Shanahan a annoncé lundi avoir débloqué un milliard de dollars pour la construction d’une section du mur frontalier voulu par le président Donald Trump à la frontière avec le Mexique.

Le ministère de la Sécurité intérieure (DHS) a demandé au Pentagone de construire un mur de 91 km de long dans la région de El Paso (Texas), et le corps du génie de l’armée de Terre « est autorisé à se coordonner directement avec le DHS et les gardes-frontières pour entreprendre la planification et la mise en œuvre de ce projet à hauteur d’un milliard de dollars », a indiqué le ministre de la Défense par intérim dans un communiqué.

Un mur de 91 km de long et de 5,5 m de haut
Patrick Shanahan justifie cette dépense par la loi fédérale. Un paragraphe de l’article 10 du Code des Etats-Unis « autorise le ministère de la Défense à construire des routes et des barrières et à installer des éclairages pour empêcher […] le trafic de drogue transfrontalier ».

« Par conséquent, j’ai décidé d’entreprendre […] la construction d’un mur de 91 km de long et de 5,5 m de haut, de construire et de réparer les routes et d’installer des éclairages comme requis » par le DHS, précise Patrick Shanahan dans ce communiqué publié à une heure tardive, quelques heures seulement avant qu’il ne s’adresse au Congrès pour défendre le projet de budget du Pentagone.

Les démocrates indignés
Frustré par le refus du Congrès de lui accorder le budget qu’il réclamait pour construire le mur frontalier, Donald Trump a déclenché le 15 février une procédure d'« urgence nationale » qui lui permet de contourner les parlementaires afin de débloquer plus de huit milliards de dollars de financements.

Cette mesure exceptionnelle a indigné les démocrates, mais aussi des élus de son camp, qui estiment que le républicain outrepasse les pouvoirs présidentiels et crée un dangereux précédent.

MURS et FRONTIÈRES 6c0bc530285cc549194672e9b11_516955


Florage

Messages : 353
Date d'inscription : 23/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

MURS et FRONTIÈRES Empty Re: MURS et FRONTIÈRES

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum