SÈVES
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

macron  Marx  

Derniers sujets
» avec ou sans GILETS JAUNES, couleurs d'une colère sociale
Aujourd'hui à 0:07 par Patlotch

» le vrai du faux
Hier à 21:06 par Patlotch

» MÉSAVENTURIERS DE LA CLASSE PERDUE
Hier à 20:25 par Patlotch

» RUPTURE EN COURS DANS LA CRITIQUE
Mar 11 Déc - 23:03 par Patlotch

» THE HIGHLIGHTS OF MACRON
Mar 11 Déc - 15:19 par Patlotch

» LUTTES ANTIRACISTES
Mar 11 Déc - 14:39 par Patlotch

» METS TA THÉORIE
Mar 11 Déc - 13:59 par Patlotch

» les choses, non les mots
Lun 10 Déc - 3:54 par Patlotch

» MOTS LESTÉS
Dim 9 Déc - 20:39 par Patlotch

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


LE PANIER DES PROLÉTAIRES

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

LE PANIER DES PROLÉTAIRES

Message par Patlotch le Dim 7 Oct - 17:16


Le grand mensonge du pouvoir d'achat
Hervé Nathan Marianne 04/10/2018

Un économiste, Philippe Herlin, remet en cause les méthodes de calcul officielles, qui, selon lui, masquent non seulement une perte de pouvoir d'achat depuis les années 70, mais aussi la perte de substance de notre économie.


Panique dans les porte-monnaie ! Selon un sondage Eudoxa pour RTL publié le 27 septembre, 86 % des Français estiment avoir perdu du pouvoir d'achat dans les douze derniers mois, et 82 % estiment qu'ils vont aussi en perdre dans l'année qui vient. Joli paysage que celui de la France : nulle part ailleurs en Europe les citoyens (et consommateurs) ne sont aussi pessimistes, note le cabinet Eudoxa, qui a interrogé 3 005 personnes sur le continent, dont 997 Français. Les Allemands, par exemple, ne sont que 67 % à angoisser pour leur compte en banque. Les Français se trompent-ils, sont-ils pessimistes, voire dépressifs chroniques ? En fait non, car les statistiques officielles ne disent pas autre chose. Selon l'Insee, leur pouvoir d'achat a baissé de 0,6 % au premier trimestre de cette année, fait rarissime dans l'histoire statistique de notre pays.

La faute d'abord et avant tout à la politique fiscale d'Emmanuel Macron. En 2018, plutôt que de réduire les cotisations sociales des salariés en même temps qu'il augmentait la CSG, le gouvernement a préféré engranger d'abord les milliards de hausse de la CSG, plutôt que de réduire les cadeaux aux plus riches. Un choix qui s'est ressenti dans le portefeuille des Français, puis sur la croissance elle-même, devenue une des plus faibles de la zone euro. Etait-ce un simple raté ? Pas sûr. L'économiste Thomas Porcher1 , spécialiste de la « Macron-économie », le rappelle, « l'idée de soutenir le pouvoir d'achat est étrangère au programme du candidat Macron, qui centre sa politique sur la compétitivité des entreprises françaises. Du coup, les baisses de taxes pour les salariés sont alimentées par la hausse de la CSG sur les retraités. Un système de vases communicants qui ne produit aucune hausse sensible du pouvoir d'achat global ».

Dix années de blocage
Le budget de l'Etat n'est pas seul en cause. Dans la France du XXIe siècle, l'idée d'augmenter les salaires a quasiment disparu ! Dix années de crise ont signifié pour la plupart des salariés dix années de blocage des revenus, voire une baisse pour pas mal d'entre eux. Le Smic, instrument autrefois utilisé pour doper les salaires des classes moyennes, par effet de ruissellement à l'envers, n'a plus connu de coup de pouce depuis lors. Des économistes proches du pouvoir estiment même que le plus urgent serait de le supprimer ou de le réduire à un filet de secours. Pour les catégories juste au-dessus, c'est aussi la soupe à la grimace du déclassement : « Le pouvoir d'achat des professions intermédiaires a baissé de 8 % entre 1975 et 1995 et depuis, il stagne. Sachant que les personnes ont suivi deux années d'études de plus que la génération précédente, on peut comprendre leur malaise », analyse Christine Kerdellant2, directrice de la rédaction de l'Usine nouvelle . La France d'en bas voit ses revenus bloqués, alors que celle d'en haut s'en sort mieux. Résultat, non seulement les inégalités sociales se sont accrues malgré la fiscalité mais la consommation retrouve un caractère de classe. Dans un livre à paraître, véritable saga de la consommation française, Jean-Claude Daumas3 rappelle une loi de l'économie : « Les comportements de consommation sont toujours dépendants du niveau de vie : les 20 % de ménages ayant les revenus les plus élevés consomment 53 % de plus que la moyenne, tandis que les 20 % des ménages les plus modestes consomment 38 % de mois. »



Dans un tel contexte, la question du pouvoir d'achat reprend sa place dans le débat politique, dont elle avait été évincée un temps par le chômage. Pour le dire vite, le pouvoir d'achat, ce sont les revenus des ménages moins les prix de ce qu'ils consomment. Les premiers, on l'a vu, ont stagné pour les classes moyennes. Pas grave, nous affirment les médias, s'appuyant sur l'indice officiel de l'Insee, eux seraient restés aussi très sages, jusqu'à cette année (+2,3 %). Match nul, la balle au centre, donc ? Pas si simple.

Philippe Herlin conteste cette version reprenant des séries de prix entre 1965 et 2015. A Marianne, il confie : « J'ai voulu prendre du recul pour bien comprendre ce que les Français vivent, et proposer des solutions. » Son travail l'a conduit aux archives des catalogues de vente par correspondance. Ces relevés de prix, il les exprime en francs ou en euros, mais aussi par rapport au Smic, contestant aussi la sous-estimation du poids relatif de différentes dépenses dans le budget des familles populaires, en particulier pour le logement. Le résultat est renversant : « Depuis la fin des Trente Glorieuses, le pouvoir d'achat des Français a diminué » ! Son livre Pouvoir d'achat, le grand mensonge (Eyrolles) dont nous publions des extraits en exclusivité, est un pavé dans la mare des certitudes qui rassurent à la fois économistes et politiques. Car si la thèse de Philippe Herlin est vraie, il faudrait revoir d'autres indicateurs à la baisse, tel le PIB, puisque les prix en sont une des composantes majeures. Et réviser aussi les politiques publiques : favoriser à la fois une plus grande concurrence pour traquer les rentes de situation comme dans l'assurance, tout en rompant avec une vision irénique de la mondialisation, mais aussi en finir avec la préférence des élites françaises pour les activités de services, soutenir enfin l'industrie de notre pays, conditions d'un retour à une croissance consistante, avec des gains de productivité du travail, seules capables de redistribuer… du pouvoir d'achat.

(1) Auteur d'Introduction inquiète à la Macron-économie (avec Frédéric Farah), Les Petits Matins, 2016, et de Traité d'économie hérétique, Fayard, 2018.
(2) Auteur du Suicide du capitalisme, Robert Laffont, 2018.
(3) Auteur de la Révolution matérielle, Flammarion, 2018.



EXTRAITS
Comment l'Insee sous-évalue votre perte de pouvoir d'achat
Philippe Herlin a écrit:Les «dépenses courantes de logement», au sens de l'Insee, regroupent les dépenses des locataires et des propriétaires (les loyers que doivent acquitter les locataires et les loyers que les propriétaires occupants auraient à acquitter s'ils étaient locataires de leur logement), ainsi que les dépenses d'énergie pour se chauffer et s'éclairer ainsi que les charges [...] On peut constater une augmentation continue et forte, entre 1965 (indice 0,1216) et 2015 (0,2702), plus qu'un doublement sur la période, avec une hausse qui débute véritablement en 1983. Et on espère que l'Insee n'a pas mis d'effet qualité dans cette série... Ces «dépenses courantes de logement» sont multipliées par 2,23 sur la période, par 1,67 en tenant compte de l'augmentation de la population (50,02 millions de Français en 1965, 66,62 en 2015), ce qui est plus juste évidemment, soit une augmentation des deux tiers. Le pouvoir d'achat des Français ne fait que reculer dans le domaine du logement. Cette hausse du coût du logement pèse sur le pouvoir d'achat, d'autant qu'il occupe une part importante du budget, presque un quart selon l'Insee : «En 2014, 23,6 % de la consommation finale effective des ménages est allouée au service de logement (1), le logement au sens large (dépenses courantes et dépenses d'investissement).»



Patlotch
Admin

Messages : 310
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 67
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum