SÈVES
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

macron  Marx  

Derniers sujets
» avec ou sans GILETS JAUNES, couleurs d'une colère sociale
Aujourd'hui à 0:07 par Patlotch

» le vrai du faux
Hier à 21:06 par Patlotch

» MÉSAVENTURIERS DE LA CLASSE PERDUE
Hier à 20:25 par Patlotch

» RUPTURE EN COURS DANS LA CRITIQUE
Mar 11 Déc - 23:03 par Patlotch

» THE HIGHLIGHTS OF MACRON
Mar 11 Déc - 15:19 par Patlotch

» LUTTES ANTIRACISTES
Mar 11 Déc - 14:39 par Patlotch

» METS TA THÉORIE
Mar 11 Déc - 13:59 par Patlotch

» les choses, non les mots
Lun 10 Déc - 3:54 par Patlotch

» MOTS LESTÉS
Dim 9 Déc - 20:39 par Patlotch

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


les robots, un nouveau prolétariat ?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

les robots, un nouveau prolétariat ?

Message par Patlotch le Sam 20 Oct - 7:09



dans un sujet de l'ancien forum, ROBOTS CONTRE PROLÉTARIAT ?, je soutenais un raisonnement de ce type


Les robots et des intelligences artificielles se développent toujours plus vite. A terme, tous les emplois sont menacés.

Mais les « élites » n’ont aucune solution. Elles font tout pour que le peuple ne soit pas informé. Elles font tout aussi pour laisser entendre qu’elles auraient une solution.

On se demande  s’il faut taxer les robots. Bill Gates et Benoît Hamon par exemple proposent cette idée. On se demande aussi s’il faut créer un revenu universel.

Mais les robots créent-ils de la valeur ?

1- Pourquoi le capitalisme conduit à la robotisation

La question des machines est très ancienne. C'est l'un des sujets le plus importants dans Le Capital de Karl Marx.

Un livre dépassé diront certains. Mais peut-être pas.

Que dit Marx ? Les capitalistes sont en concurrence. Donc ils cherchent le profit maximum. Et qu'est-ce qui permet de faire plus de profit ? Eh bien par exemple, remplacer des travailleurs par des machines.

Prenons un exemple. Les caisses automatiques dans les magasins. Imaginons que dans chaque magasin, Auchan remplace 5 caissières par une caisse automatique. Au début, Auchan paie ces machines. Mais tous les mois, Auchan paie cinq caissières en moins par magasin. Et la machine les remplace très bien. Donc les caisses automatiques sont très vite rentabilisées. Avec ces économies, Auchan peut baisser ses prix.

Carrefour, Lidle et les autres magasins sont en concurrence avec Auchan. Si Auchan baisse ses prix, les autres doivent faire pareil. Sinon ils vont avoir moins de clients. Donc que vont faire les autres magasins ? Eh bien ils vont chercher eux aussi à baisser leurs prix. Comment faire ? Comme Auchan : remplacer des caissières par des caisses automatiques.

Ce phénomène peut s'appliquer à d'autres secteurs comme l'automobile par exemple. En fait, il s'applique à toute l'économie.

Quand une entreprise remplace des salariés par des machines, les autres doivent le faire aussi.


« s'il arrive qu'un producteur parvient à fabriquer à meilleur compte et à vendre moins cher, par conséquent à occuper plus de place sur le marché, ses concurrents se voient obligés, l'un après l'autre, d'appliquer également un procédé plus économique, apportant une nouvelle réduction de la quantité de travail socialement nécessaire. »

Karl Marx, Le Capital - Livre III, §2, X
Chaque entreprise suit son propre intérêt. C'est pourquoi elles remplacent les travailleurs par des machines.

Mais d’un point de vue global, cela conduit à un problème impossible à résoudre pour le capitalisme.

Quel est ce problème ?

2- Les machines ne créent pas de valeur

Le problème, c’est que les machines ne créent pas de valeur.

A priori, on pourrait croire qu’une machine crée de la valeur. On voit un produit qui sort de la machine, elle fabrique un objet, donc on se dit : « elle crée de la valeur » . En réalité, la seule chose qu’on peut en déduire, c’est qu’elle fabrique un objet, rien de plus.

Fabriquer un objet et créer de la valeur sont deux choses différentes.

Karl Marx expliquait que la machine ne crée pas de valeur. Elle transmet simplement sa propre valeur aux marchandises qu’elle fabrique.


« Il est évident au premier coup d’œil que l'industrie mécanique, en s'incorporant la science et des forces naturelles augmente d'une manière merveilleuse la productivité du travail, on peut cependant demander si ce qui est gagné d'un côté n’est pas perdu de l'autre, si l'emploi de machines économise plus de travail que n'en coûtent leur construction et leur entretien. Comme tout autre élément du capital constant, la machine ne produit pas de valeur, mais transmet simplement la sienne à l’article qu’elle sert à fabriquer. C'est ainsi que sa propre valeur entre dans celle du produit. Au lieu de le rendre meilleur marché, elle l’enchérit en proportion de ce qu'elle vaut. »

Karl Marx, Le Capital - Livre premier, IV° section, XV, II
Pour comprendre pourquoi une machine ne crée pas de valeur, il faut comprendre ce qu'est la valeur.

Les hommes échangent des choses entre eux. Toutes ces choses qui sont échangées ont un point commun : il a fallu travailler pour les produire. Prenez n’importe quel marchandise, elle a nécessité pour être produite : des matières premières, des outils, des machines, et surtout des travailleurs.

Par exemple pour produire une voiture, il faut du métal et d’autres matériaux, une chaîne de montage et des ouvriers.

Or, le métal, les matériaux et la chaîne de montage sont aussi des marchandises.

Le constructeur de voiture doit acheter le métal par exemple. Une autre entreprise produit du métal. En fait, le métal aussi nécessite du temps de travail pour être produit.

Donc, marchandise initiale + travail = marchandise finale

Or, la marchandise initiale est aussi faite d'une autre marchandise initiale et de travail.

Une marchandise, c'est donc la combinaison d’un travail passé (ou mort) et d’un travail vivant.

Quand un homme produit un objet, son travail vivant se cristallise dans cet objet, qui devient alors du travail mort.

Par exemple, un cordonnier qui fabrique une chaussure va utiliser du cuir (travail mort) et sa force de travail (travail vivant) pour aboutir à une chaussure (travail mort).

Tout ce qui s’échange dans la société, c’est du temps de travail. Il existe sous deux formes : le travail mort (les marchandises) et le travail vivant (qu’on vend par exemple en échange d’un salaire).

La valeur, c'est le temps de travail qu'il faut en moyenne dans une société donnée pour produire une marchandise.

Créer de la valeur, c’est donc ajouter du temps de travail vivant à une marchandise 1 pour produire une marchandise 2. Cette marchandise 2 aura donc une valeur supérieure à la marchandise 1, parce qu'on y a ajouté du temps de travail.

Par exemple la chaussure a plus de valeur que le cuir initial car le cordonnier y a incorporé son temps de travail.

Quand on achète une chaussure au cordonnier, on a pas à travailler soi-même pour fabriquer la chaussure. Le cordonnier l’a fait pour nous, mais comme il a dépensé son temps, il veut quelque chose en échange : de l’argent, qui lui permettra d’acheter lui aussi des marchandises, c’est à dire le produit du travail des autres.

Ainsi on voit que ce qui s’échange, c’est du temps de travail contre du temps de travail.

Ce n’est pas la même chose avec les machines, parce que les machines ne travaillent pas. Elles font bien sur un mouvement mécanique qui donne le même résultat que le travail d’un homme. Mais elles ne dépensent pas leur temps, ce ne sont pas des êtres conscients. Elles n’exigent pas non plus un salaire en échange de leur activité et ne peuvent pas posséder quoi que ce soit ni acheter ni vendre des marchandises.

Mais alors pourquoi ce qui sort d’une machine a une valeur ?

Marx nous l’expliquait tout à l’heure. La machine ne crée pas de valeur mais par contre elle a une valeur. En effet il faut du temps de travail pour la produire. Donc celui qui possède une machine a un objet de valeur. Cet objet a un certain pouvoir de fabrication. Celui qui possède la machine possède ce pouvoir de fabrication qui a une certaine valeur. C’est cela qu’il vend, c’est cela qui se transmet aux marchandises que la machine fabrique.

Par exemple, si une machine peut aider à produire 1000 voitures avant d’être complètement usée, alors elle aura transmis un millième de sa valeur à chaque voiture.

Au final, il n’y a que le travail (humain) qui crée de la valeur.

Donc le capitalisme tend à remplacer les travailleurs par des machines. Donc il crée un monde où il n’y a plus besoin de travail. Si on a plus besoin de travailler pour produire un objet, alors celui-ci n'a plus de valeur.

Mais à quoi bon échanger ce qui n’a plus aucune valeur ? Si tout est produit par des machines, plus rien n’a de valeur car plus rien ne nécessite de temps de travail.

Le capitalisme ne résoudra pas ce problème. Cela ne peut à long terme que créer du chômage et des crises. Peu importe ce que les « élites » disent pour faire croire qu’il n’y a pas de problème, la robotisation est un problème que le capitalisme ne peut pas résoudre. C’est un changement complet de société qui s’impose.

en attendant, ça ne change pas grand chose, tant que le capitalisme peut vivre à crédit. Il suffit de surveiller le taux d'endettement des ménages, puisque le capital en survit

Patlotch
Admin

Messages : 310
Date d'inscription : 01/10/2018
Age : 67
Localisation : FoSoBo

Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum